Les organistes



Les Brassard

M. François-Joseph Brassard (1908-1976) a tenu l'orgue de Saint-Dominique en tant que titulaire de 1930 à 1971, soit quarante-et-un ans. Il avait appris le piano avec M. l'abbé Herménégilde Fortin, au Séminaire de Chicoutimi, où il accompagnait les élèves. Il poursuit ses études musicales à l'école de musique de l'Université Laval. Son professeur d'orgue fut M. Omer Létourneau, qui, à ce moment-là, était titulaire des orgues de Saint-Jean-Baptiste de Québec. M. François-Joseph Brassard a reçu un doctorat honoris causa en musique en 1961.

Mme Anne Marie Plourde-Brassard, épouse de M. François-Joseph Brassard, fut la première bachelière en musique de toute la région. Elle remplace à l'orgue Saint-Dominique en 1933, 1934 et 1935 M. Brassard, qui fait un séjour d'étude, en France et en Angleterre. Chaque année, elle joue l'orgue à Noël pour les deuxième et troisième messes. Avant tout, elle était pianiste. Je l'ai entendue au moins à deux reprises, jouer des oeuvres de son mari dans des concerts bénéfices.

Les Fortin

L'abbé Herménégilde Fortin, a été organiste à la Cathédrale de 1913 à juillet 1943, puis organiste au Petit Séminaire, de 1943 à son décès en 1955. Je me suis laissé dire qu'il était diplômé du Dominion College of Music, section Québec. Il fut professeur de piano au séminaire de Chicoutimi, de 1912 à 1955. Il a eu le plaisir de commander le troisième orgue de la Cathédrale, le Casavant Frères ltée no 627, de trois claviers, 32 jeux, puis en 1921 de commander l'orgue actuel, no 916, trois claviers, 50 jeux. (L'orgue possède maintenant 60 jeux depuis 1989). Il préférait les romantiques français, comme Gounod, Guilmant, Boellman, Bonnet, etc. Léonidas Bélanger me racontait: " Au sacre de Mgr Charles Lamarche, 1928, tout le monde était très ému d'entendre la Voix humaine. "

L'abbé Herménégilde Fortin avait quatre neveux, qui étaient prêtres et musiciens:

" Tous les neveux ont dû, un jour ou l'autre, aller aider leur oncle à accorder les anches de l'orgue de la Cathédrale mais surtout la Voix humaine ", m'a dit Léonidas Bélanger. À partir de 1933, (j'avais alors 4 ans), mon père et moi allions à la grand-messe à la Cathédrale et nous nous placions au premier jubé, comme on dit par chez nous. Après la grand-messe, alors que le clergé défilait, les orgues pouvaient faire entendre leurs voix et l'évêque sortait le dernier, en distribuant beaucoup de bénédictions. C'est alors que je pouvais, après que la horde des chantres fut passée, monter tout près de cette maison sonore et voir M. Fortin, bien calme, faire sonner cet instrument dans toute sa puissance. J'aimais beaucoup le regarder et l'entendre accompagner le chant grégorien. Il fait sans doute partie des gens qui ont stimulé mon plaisir de l'orgue.

Les Jean de Kénogami

Mme Marie-Paule Jean a été organiste à Sainte-Famille de 1943 à 1948 et à Sainte-Cécile dans les années 60. Son frère, M. Marcel Jean, a été organiste au petit Séminaire de 1945 à 1947, à Sainte-Famille de 1948 à 1956, à Saint-Jean-Vianney de Montréal de 1956 à 1962, à Sainte-Cécile de Kénogami de 1962 à 1963, à Saint-Jean-de-Brébeuf de Roberval de 1963 à 1965, à Saint-Joseph d'Alma de 1965 à 1982. Après un retour à Sainte-Cécile de 1982 à 1986, il revient à Saint-Joseph d'Alma où il est toujours en poste.

Les Levasseur de Kénogami-Jonquière

Mme Cécile Levasseur-Bérubé fut organiste à Saint-Laurent, de la fondation de la paroisse (1937) jusqu'à son décès en 1959. Elle avait étudié le piano avec sa soeur aînée, Yvonne, puis avec Mme Marie Desbiens de Jonquière et avait obtenu son diplôme en piano du Dominion College.

Mme Yvonne Levasseur-Munger avait obtenu un diplôme en piano du Dominion College. Elle a enseigné le piano à ses soeurs Cécile, Marie-Ange, Jeanne et à sa fille Monique Munger, prix d'Europe en 1956, en plus d'enseigner le piano (leçons privées) à la maison plus de cinquante ans. Elle fut organiste à Sainte-Famille, au début des années '30, puis remplaçante à Saint-Dominique et organiste titulaire de Sainte-Cécile de Kénogami, pendant douze ans. Elle avait donné un concert d'orgue pour l'inauguration de l'orgue de Saint-Charles-Borromée vers 1955.

Mme Marie-Ange Levasseur-Marquis, décédée en septembre 1991, a joué de l'orgue dans plusieurs églises de Jonquière pendant plus de cinquante-cinq ans. Mme Levasseur avait obtenu son lauréat en orgue de l'Université Laval, en 1944. Cette année-là, à Saint-Dominique de Jonquière, une nouvelle console fut installée et l'orgue électrifié. À cette occasion, elle partagea avec M. François-Joseph Brassard et la chorale de Saint-Dominique, différentes parties de ce concert sacré de mai 1944. Elle avait été auparavant organiste à Sainte-Famille de Kénogami où, vers 1937, on la retrouve sur des photos paroissiales jouant de l'harmonium, car l'électronique à claviers (orgue Hammond) arrivera à l'église Sainte-Famille en même temps qu'à Saint-Laurent et à Sainte-Thérèse d'Arvida soit à Noël 1941 (c'était la grosse mode de l'époque). À partir de 1944, Mme Marie-Ange Levasseur jouera aux mariages à Saint-Dominique et elle dirigera aussi des chorales d'enfants de Marie, de dames de Sainte-Anne, etc.... tout en accompagnant ces chorales. Elle remplace M. François-Joseph Brassard occasionnellement, jusqu'au jour où elle succédera à sa soeur, Mme Cécile Levasseur-Bérubé, qui venait de décéder en septembre 1959.

Mme Jeanne Levasseur-Poisson, lauréate en piano de l'Université Laval, remplaçait pour des funérailles et des mariages à Saint-Dominique entre les années 1980 et 1985; elle avait suivi des cours d'orgue de sa soeur Marie-Ange. Chez les Levasseur, tout le monde faisait de la musique. Alfred et Rose jouaient du violon.

Les Néron

Mme Yvonne Néron-Couture (mère de Jacynthe Couture, prix d'Europe 1974) a joué à l'orgue de Saint-Gédéon, de Saint-Luc et maintenant de Saint-David-de-Falardeau et de Saint-Honoré. Mme Jeanne-Mance Néron a été organiste à Saint-Gédéon, tandis que Mme Ghislaine Néron a fait de l'orgue avec M. François-Joseph Brassard; elle a été organiste chez les Antoniennes, puis à Saint-Joachim vers 1963. M. Benoît Néron a fait du piano avec sa soeur Yvonne, puis a été organiste au petit et au grand Séminaire, à Sainte-Claire puis à Saint-Joachim vers 1963-1964. Il est présentement en poste à Saint-Luc.

Les Tchernoff

Mme Marie-Jeanne Tchernoff, titulaire à la Cathédrale de Chicoutimi de 1955 à 1972, a été lauréate en piano à l'âge de 14 ans. Elle a étudié l'orgue avec M. François-Joseph Brassard et Mme Françoise Aubut-Pratt. M. Michel Tchernoff a étudié l'orgue avec sa soeur Marie-Jeanne. Mme Ludivine Tchernoff tenait les orgues du couvent du Bon-Conseil. Elle avait étudié avec M. François-Joseph Brassard. Elle obtint son baccalauréat en orgue de l'Université Laval dans la classe de M. Antoine Bouchard.