Les familles Anctil en Amérique ©

 

Cinquième génération

 

 Les enfants de Jean-Marie Anctil et de Mathilde Hudon

*


BARTHELEMIEJOSEPHLUCE - GEORGESELMIREPHILOMENE - JACQUES


 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/maison%20barth.jpg

Maison Barthélémie Anctil et Zélie Pelletier,

Sainte-Anne-de-la-Pocatière, photographiée vers 1900.

En 1952, le diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière acquit cette propriété pour y loger son premier évêque.

 


BARTHELEMIE (1832-1916)

NAISSANCE - MARIAGES - LES ENFANTS - JEANNE - CULTIVATEUR, CHARPENTIER ET NAVIGATEUR - PRETEUR - LA TERRE PATERNELLE - DECES - DES RELATIONS FAMILIALES DIFFICILES


 

NAISSANCE

Barthélémie est né et baptisé à Sainte-Anne le 9 mars 1832. Ses parrain et marraine sont Clément et Délima Hudon. Il fréquente l'école primaire de sa paroisse car, en 1843, il est inscrit au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière1.

 

MARIAGES

Barthélémie se marie une première fois avec Adèle Hudon, le 7 février 1853 à Sainte-Anne. Elle est la fille mineure de Joseph Hudon et de feue Madeleine Cazes. Les époux ont reçu deux dispenses, une de consanguinité du deuxième au troisième degré et une de publication d'un ban du vicaire-général du diocèse de Québec, monsieur Célestin Gauvreau.

Le rituel de l'Eglise catholique exigeait l'annonce publique de l'intention de mariage pendant trois dimanches consécutifs afin de permettre à toute personne ayant un motif sérieux de s'objecter au projet d'union. C'est ce qu'on appelait la publication des bans. En revanche, cette obligation était rachetable jusqu'à concurrence de deux bans.

A leur mariage, Barthélémie est accompagné de son père, de son oncle Joseph et de sa tante Edwidge alors que Adèle est assistée de son père et de son frère Bruno.

Ce premier mariage dure seulement trois mois. Le 8 février 1858, Barthélémie épouse, en secondes noces, Zélie Pelletier, sa petite-cousine. Elle est la fille de Léandre Pelletier et de feue Eléonore Anctil de Sainte-Anne.

Cette fois-ci, les époux ont obtenu également deux dispenses, une de consanguinité au troisième degré et une de publication de deux bans du Vicaire-Général.

En plus de son père, Barthélémie est accompagné de ses frères Georges et Joseph, de ses deux sœurs, Luce et Elmire, d'un cousin Eusèbe Anctil et d'un ami Charles Perreault. Zélie est assistée de son père, de son frère Vincent et de deux autres parents. Tous, sauf le père de l'épouse, signent les registres.

 

LES ENFANTS

Barthélémie n'a pas d'enfant avec sa première femme. Avec sa deuxième épouse, Zélie Pelletier, ils en ont douze.

En voici la liste avec leurs dates de baptême (B), mariage (M), et sépulture (S), ainsi que les noms de leurs conjoints et de leurs enfants ( + = morts en bas âge), lorsque retrouvés:

1-      Alphonse, B. 3 décembre 1858, Sainte-Anne,

2-       

3-       

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/alphelis.jpg

Alphonse Anctil et Elisabeth Ouellet

*

M. Elisabeth Ouellet, 7 février 1880, Sainte-Anne,

S. Alphonse, octobre 1915, Marcelin, Saskatchewan,

S. Elisabeth, novembre 1929, Los Angeles, Californie,

Dix enfants: Marie-Anne, Alphonsine +, Rachel, Fernand +, Victor, Marie-Jeanne, Marie-Blanche +, Adrien, Adrienne, Louis-Philippe.

 

1.Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/rachel.jpg 2.Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/vic.jpg

1. Rachel Anctil (1884 - 1983) et Norbert Bériault (1884 - 1920)

2. Victor Anctil (1887 - 1976) et Déliska Hébert (1887 - 1997)

*

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/famjeann.jpg

Famille de Marie-Jeanne Anctil et de Joseph Gentil-Perret

*

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/adrie.jpg

Adrienne Anctil (1895 - 1967) et Louis Favret (1874 - 1956)

*

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/2842.jpgDescription : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/1533.jpg

Marie-Anne Gauvreau (1885 - 1969) et

Louis-Philippe Anctil (1896 - 1969)

*

2- Emile, B. 2 février 1860, Sainte-Anne,

M. Eugénie De-Sève, 1er juin 1886, Sherbrooke,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/emileeug.jpg

Émile Anctil et Eugénie De-Sève.

*

S. Emile, avril 1922, Québec,

S. Eugénie, octobre 1923, Québec,

Quatre enfants: Raoul, Blanche, Hortense et Simone.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/hotbla.jpg

Blanche (1889 - 1982) et Hortense (1894 - 1987) Anctil

*

3- Rosaline, B. 11 août 1861, Sainte-Anne,

S. 15 mars 1863, Sainte-Anne.

4- Alfred, B. 10 février 1863, Sainte-Anne,

S. Alfred, 23 août 1863, Sainte-Anne.

5- Zélia, B. 19 janvier 1865, Sainte-Anne,

M. Victor Papineau, 28 juillet 1886, Sainte-Anne,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/661.jpg

Zélia Anctil et Victor Papineau

*

S. Zélia, 8 janvier 1919, Montréal,

Trois enfants: Marie-Louise, Auguste-Jean, Léonie-Albanie.

6- Alexina, B. 16 juin 1867, Sainte-Anne,

S. Alexina, 8 janvier 1896, Sainte-Anne.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/alexina.jpg

Alexina Anctil (1867-1896).

*

7- Charles, B. 7 avril 1869, Sainte-Anne,

M. Léda Dumont, 14 juin 1897, Lewiston, Maine,

Six enfants: Alphonse, Lena, Odilon, Uldéric, Bernadette et Philippe.

8- Philippe, B. 18 janvier 1871, Sainte-Anne,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/philippe.jpg

Philippe Anctil (1871-1929)

*

M. Jennie ...  date et lieu inconnus.

B. Jennie 1868.

S. Jennie, 29 décembre 1918, South Lake City, Ut.

Enfant: Gladys, née en 1914, Ut.

M. Lilian Turner, 26 novembre 1926, South Lake City, Ut.

B. Lilian, 13 mai 1891, Virginie.

S- Philippe, 21 décembre 1929, South Lake City, Ut.

S. Lilian, inconnue.

9- Odilon, B. 10 juillet 1872,

M. Fabiola Cloutier, 8 octobre 1903, Rumford, Maine,

S. Odilon, 15 avril 1954, Southbridge, Massachusetts,

Quinze enfants: Albert, Emile, Jeannette, Lorenzo, Alberta, Daniel, Rachel, Olivier, Robert, Gabrielle, Hector, Maurice, Hortense Constance et Elisabeth.

10- Arthur, B. 19 juin 1873,

S. 15 septembre 1873, Sainte-Anne.

11- Jeanne, B. 29 novembre 1875, Sainte-Anne,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/jeanne.jpg

Jeanne Anctil

*

Célibataire.

S. Jeanne, 7 décembre 1926, Montréal.

12- Raoul, B. 1878, Sainte-Anne,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/raoul.jpg

Raoul Anctil

*

M. Délia Villeneuve, 2 septembre 1900. Berlin, New Hampshire,

Douze enfants: Philippe, Alice, André, Jeanne, Béatrice, Germaine, Albertine, Léo Mary Louise, Raoul et Joyce.

De nos jours, plusieurs descendants de Barthélémie et de Zélie se trouvent aux Etats-Unis, d'autres dans les provinces de l'Ouest et certains dans la région de Québec.

 

JEANNE

Parmi les enfants de Barthélémie et de Zélie, soulignons Jeanne qui fut la première directrice de l'École ménagère provinciale de Montréal, de 1906 jusqu'à son décès en 19262 . Auparavant, elle avait étudiée l'art ménager pendant deux ans en France et en Suisse. En 1915, elle publia, chez H.F. Lauzon à Montréal, un livre intitulé 350 recettes de cuisine.

L'École ménagère provinciale de Montréal, affiliée plus tard à l'Université de Montréal, fut précurseur de l'école des sciences domestiques de cette institution universitaire.

A son décès, les journaux écriront: Mademoiselle Anctil a su (...) montrer la véritable noblesse (...) de la vie domestique (...) et indiquer à nombre de jeunes filles des directions sensées3.

 

CULTIVATEUR, CHARPENTIER ET NAVIGATEUR

Barthélémie est cultivateur à Sainte-Anne. Il est établi sur une terre située en bordure du fleuve Saint-Laurent. En fait, il s'agit d'un bien que lui a donné ses parents, Jean-Marie et Mathilde, en 18654. La terre mesure deux arpents de large par quarante-deux de profondeur et s'étend du fleuve Saint-Laurent jusqu'au deuxième rang.

La donation comprend aussi une maison, des bâtiments de ferme, des animaux, des instruments aratoires ainsi que des droits de chasse et de pêche sur la grève.

Jean-Marie et Mathilde avaient acquis cette terre de Louis Pelletier quelques années auparavant. En retour, Barthélémie s'engage à leur verser une rente annuelle et viagère d'environ 40$.

Pour augmenter ses revenus, Barthélémie loue des emplacements sur la partie de sa terre longeant le long du chemin des Côtes, aujourd'hui l'avenue Painchaud. Par exemple, en 1879 il loue un terrain à Ophélie Caron pour cinq ans à 5$ par année5.

Selon une tradition familiale, Barthélémie aurait été charpentier et possiblement navigateur. Il aurait construit des goélettes dont une nommée "La Zélia". A ce sujet, nous avons trouvé un contrat d'engagement entre Barthélémie et les Pelletier, François et Joseph, de Saint-Roch-des-Aulnaies pour naviguer sur ce bateau en bois6.

A l'époque, plusieurs de ces embarcations, véritables chefs d'oeuvre artisanaux, qu'on appellera plus tard "voitures d'eau", faisaient du cabotage le long du fleuve Saint-Laurent entre Québec, la Côte-du-Sud et les nouveaux établissements de la côte Nord.

 

PRETEUR

Tout comme son père, Barthélémie a suffisamment d'argent, du moins à un certain moment de sa vie, pour se faire prêteur. A cet effet, nous avons trouvé quelques mentions de prêts notamment à Charles Potvin en 18587, à Rémi et à E.D. Ouellet en 18608, et à Louis Collins en 18669.

Cette dernière année, Barthélémie se joint à son père et à son frère Georges pour donner une procuration à son frère Joseph, notaire qui pourra prêter de l'argent en leurs noms10.

 

LA TERRE PATERNELLE

La période de prospérité permettant à Barthélémie de faire des prêts semble avoir été de courte durée. Lorsqu'il touche l'héritage de son père, à la fin de 1879, il cède sa terre, quelques semaines plus tard, à son fils Alphonse. Ce dernier doit, en retour, acquitter ses dettes auprès de ses frères Georges et Joseph et de sa mère Mathilde11. On se rappelle que cette terre venait de ses parents, Jean-Marie et Mathilde qui lui avaient donnée en 1865.

La créance envers Joseph se terminera par une poursuite en justice12. Aussi entre 1880 et 1889, on assiste à une série de transactions entre Barthélémie et ses fils Alphonse et Emile concernant la terre paternelle13.

Cette terre sera éventuellement vendue par Alphonse à Omer Dufour en 1906 pour la somme de 4,000$14. La moitié de cette somme sera payable un an après le décès de Barthélémie, le père de Alphonse. Entre temps, l'intérêt de 6% de ce montant servira à payer la rente viagère due à ce dernier. L'enregistrement de la vente ne se fera que onze ans plus tard, Barthélémie décédant en 191615.

Alphonse avait gardé l'usage de deux pièces de la maison vendue à Dufour afin de loger son épouse, trois de ses enfants et son beau-père, jusqu'à l'automne suivant. Celle-ci avait aussi le droit de se rendre dans la cuisine pour faire son ordinaire.

Entre temps, Alphonse pouvait se rendre dans l'Ouest choisir un lieu d'établissement et faire venir le reste de sa famille vers la fin de l'année.

En vendant sa terre, Alphonse et sa famille quittaient le Québec pour aller s'établir dans l'Ouest canadien, plus précisément dans le nord de la Saskatchewan. Comme beaucoup d'autres Canadiens français de l'époque, Alphonse s'inscrivait dans ce vaste mouvement orchestré par des prêtres missionnaires qui voulaient canaliser leur émigration vers de nouveaux établissements français et catholiques de l'Ouest du pays.

Auparavant, dans les années 1880, Alphonse avait tenté sa chance au Montana, où plusieurs de ses compatriotes s'étaient établis. D'ailleurs, son frère Philippe y demeurera plusieurs années.

La plaque funéraire de Marie-Jeanne, fille de Alphonse et de Elisabeht Ouellet, dans le cimetière de Duck Lake en Saskatchewan, rappelle ses origines pocatoises.

En 1951, la corporation du nouveau diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière se portera acquéreur de l'ancienne terre de Barthélémie17. La maison, qui a servi brièvement de siège épiscopal, abrite maintenant des bureaux diocésains. Ce bâtiment datant du siècle dernier, a peut être été construit par Barthélémie.

 

DECES

Après avoir habité quelques temps chez ses enfants aux Etats-Unis, puis chez son fils Emile à Québec, Barthélémie entre à l'Hospice des Soeurs de la Charité de Québec le 23 février 191419. Cette maison pour personnes âgés est toujours située à Place d'Youville. Il y décède le 30 mars 1916 à l'âge de 84 ans. Le lendemain, il est inhumé au cimetière des Pins, à Sainte-Anne.

 

DES RELATIONS FAMILIALES DIFFICILES

Il semble bien que les relations entre Barthélémie et, du moins certains de ses enfants, auraient été plutôt difficiles. Quelques années après sa mort, une brève échange de lettres datant de 1919-1920 entre son fils Philippe, de passage à Montréal après une absence de trente-deux ans du Québec, sa fille Jeanne et le notaire Bérubé de Sainte-Anne, nous apprenait qu'il avait dû s'adresser aux tribunaux pour obliger ses enfants à subvenir à ses besoins18.

La réponse de Philippe au notaire Bérubé ne portait guère à confusion sur le souvenir qu'il avait gardé de sa famille, quittée vers 1887 pour les Etats-Unis : "...j'ai parti de chez nous...il y a plus que 32 ans...pour pas avoir de trouble avec personne...je ne signe pas aucun papier..." Rappelons qu’en 1920, Philippe était veuf et demeurait avec sa fille Gladys, âgée de 6 ans, chez son frère Odilon à Rumford, Maine. Il travaillait comme mécanicien dans un moulin à papier. Six ans plus tard, il demeurait à South Lake City au Utah où il a épousé une veuve, Lillian Turner. Il est décédé au même endroit, le 21 décembre 1929.

*


JOSEPH (1833-1895)

NAISSANCE - LES ETUDES - LA PRATIQUE DU NOTARIAT - LA COLONISATION AU LAC-SAINT-JEAN - LA POLITIQUE - MARIAGE ET FAMILLE - LIEU DE RESIDENCE - TESTAMENT, DECES ET SUCCESSION 


 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/eugeni.jpg

Eugénie Michaud, épouse de Joseph Anctil et

sa petite-fille Rachel Trépanier

*

NAISSANCE

Joseph est né et baptisé le 11 mai 1833 à Sainte-Anne. Ses parrain et marraine sont Joseph Anctil et Julie Grondin. Contrairement à ses trois frères qui seront cultivateurs, il sera notaire.

 

LES ETUDES

Joseph fait ses études classiques au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière dans les années 18501. A la fin de son cours, l'abbé François Pilote, supérieur du Collège, écrira: "Je certifie que Mr Joseph Anctil a suivi avec succès dans ce Collège le cours ordinaire des études classiques comprenant les Belles Lettres, la Rhétorique, les Mathématiques, la Physique et la Morale. Sa conduite morale a toujours été excellente."2

En plus, Joseph était doué pour la musique, notamment le piano et l'harmonium. Avant de s'orienter vers le notariat, Joseph avait jonglé avec l'idée de devenir prêtre.

En 1854, il prend la soutane. Il est en charge de la classe de philosophie au Collège. Dans une échange de lettres avec l'archevêque de Québec, l'abbé Pilote écrit que Joseph est: "...très capable...Il paraît avoir une bonne vocation pour l'enseignement. A part une grande amour pour l'étude, il a d'autres qualités qui en feront je pense un homme de Collège."3

Pour l'encourager dans cette voie, ses parents promettent de lui verser une rente viagère de 2,400$ à partir du sous-diaconat.4

Joseph en décide autrement. À la suite du cours classique, il s'engage en 1861 comme clerc chez le notaire François-Luc Moreau de Sainte-Anne5. La durée de l'apprentissage est de quatre ans.

Durant cette période, le notaire Moreau s'oblige à lui "...enseigner la profession de notaire..." et, en retour, Joseph promet "...d'apprendre de son mieux...obéir en tout ce qu'il lui commandera de licite et honnête...faire son profit, éviter son dommage et l'en avertir s'il vient à sa connaissance, garder le secret sur les affaires...être assidu à l'office...et s'en absenter qu'avec permission et se comporter à tous égard de manière à parvenir à la dite profession de notaire..."

Joseph termine son apprentissage chez le notaire Hébert de Québec en 18646. Il poursuit en même temps des cours de droit à l'Université Laval. D'ailleurs, son cousin Jean-Laughlin Anctil de Sainte-Anne, aussi futur notaire, sera apprenti dans le même bureau7.

 

LA PRATIQUE DU NOTARIAT

Joseph pratiquera la profession de notaire de 1865 jusqu'à sa mort en 1895, avec une interruption d'environ six ans.

De 1865 à 1870, il est associé à son ancien maître dans l'étude Hébert & Anctil, située sur la rue Saint-Joseph dans la haute-ville de Québec8. De la fin de 1870 jusqu'à 1876, il interrompt sa pratique pour travailler au Bureau du recensement à Ottawa9. Par la suite, il établit sa pratique de notariat dans sa place natale, Sainte-Anne-de-la-Pocatière.

Son greffe, déposé au Palais de Justice de Rivière-du-Loup, comprend 1,514 actes. Le premier tiers découle de sa pratique à Québec et la balance de son bureau à La Pocatière.

Durant son séjour à Québec, Joseph agit comme procureur pour son père Jean-Marie et ses frères Barthélémie et Georges10. Il négocie et signe en leurs noms, principalement pour son père, des contrats de prêts d'argent. Certains emprunteurs viennent d'aussi loin que les Cantons-de-l'Est, la Beauce et le Bas-du-Fleuve.

Il agit aussi comme fondé de pouvoir pour d'autres personnes. En 1868, il arrive à une entente avec son ancienne alma mater, le Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, au nom de l'abbé N.A. Leclerc11. Ce dernier avait prêté de l'argent et, par la suite, avait quitté en froid cette institution.

L'année suivante, il représente Caroline Déry dans une transaction avec Eusèbe Anctil, devant son confrère Florent de Guise.12

A son retour d'Ottawa en 1875, Joseph vient s'établir à Sainte-Anne. Une bonne partie de sa clientèle sont des membres de sa famille. Aussi, il continue de signer plusieurs actes de prêts d'argent et de location de terrains pour son père, puis sa mère et ses frères, principalement Georges.

On doit quand même noter que Joseph n'a pas le monopole des transactions légales des membres de sa famille immédiate. Ceux-ci continent de s'adresser à d'autres notaires des environs, dont les notaires Polydor Langlois de Kamouraska et Luc-François Moreau de Sainte-Anne. Aussi, ni son père, ni sa mère lui confieront leurs testaments et le règlement de leurs successions.

En plus, on retrouve dans le greffe de Joseph des contrats de mariage, des testaments, des actes de vente de propriétés, des inventaires après décès, des quittances.

En 1880, Alphonse Anctil et Elisabeth Ouellet passent leur contrat de mariage chez Joseph13. Trois ans plus tôt, Malvina Schinck, épouse de son cousin Jean-Norbert Anctil également notaire, lui avait confié son testament14. Suite à son décès quelques années plus tard, Joseph préside à l'inventaire de la communauté de biens15.

 

LA COLONISATION AU LAC-SAINT-JEAN

Selon une tradition familiale, Joseph aurait été un des fondateurs d'Hébertville au Lac-Saint-Jean.

Au cours de ces années, des sociétés de colonisation ont été mises sur pied afin d'encourager le peuplement de nouvelles régions du Québec. On voulait inciter les jeunes des vieilles paroisses, situées dans le corridor du fleuve Saint-Laurent, à s'établir sur de nouvelles terres au lieu de s'expatrier aux Etats-Unis.

Hébertville, fondé dans les années 1850, est l'oeuvre de la Société de colonisation de L'Islet et de Kamouraska16. Cette société avait été mise sur pied par le collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et son supérieur l'abbé François Pilote. Ces initiatives de colonisation étaient habituellement placées sous l'égide d'un missionnaire-colonisateur.

Le curé Nicolas-Tolentin Hébert, ancien curé de Saint-Pascal de Kamouraska, est en charge d'un groupe de colons-agriculteurs venant des paroisses de L'Islet et de Kamouraska pour aller défricher puis fonder Hébertville.

Il est peu probable que Joseph ait joué une part active dans la fondation d'Hébertville. Tout au plus a-t-il assisté, en tant qu'étudiant au Collège de Sainte-Anne dans les années 1850, à la mise sur pied par le supérieur François Pilote, de la Société de colonisation qui est à l'origine d'Hébertville.

Cependant, Joseph a su profiter, quelques années plus tard, au développement de la partie nord-ouest du lac Saint-Jean. Lorsqu'il décède en 1895, il est propriétaire de plusieurs lots de colonisation dans les cantons de Demeules et de Parent où seront fondées Saint-Félicien et Saint-Méthode17.

 

LA POLITIQUE

Joseph a été maire à Sainte-Anne-de-la-Pocatière pendant deux ans, de 1868 à 187021.

Aux premières élections fédérales et provinciales qui suivirent la Confédération en 1867, Joseph, surnommé "bébé St-Jean", était un des organisateurs du candidat libéral Charles-Alphonse-Pantaléon Pelletier, pour le comté de Kamouraska22.

L'affiliation politique de Joseph au candidat libéral ne devait pas faire plaisir à son père, Jean-Marie, qui lui était un ami du candidat conservateur et Père de la Confédération, Jean-Charles Chapais.

La violence atteignit un tel point, lors de cette campagne électorale de 1867, que le comté de Kamouraska perdit son droit de représentation, tant au niveau fédéral que provincial, pour une période de dix-huit mois.

 

MARIAGE ET FAMILLE

Joseph épouse Eugénie Michaud le 11 novembre 1885 à Sainte-Anne. Elle est la fille de Vincent Michaud et de Estelle Bouchard. Il a cinquante-deux ans, elle en a vingt-quatre.

On se rappelle que Eugénie avait été la "servante" de sa mère Mathilde Hudon18. Celle-ci lui avait laissé, à sa mort, un montant d'argent et des meubles.

Deux ans plus tôt, Joseph, sa mère Mathilde et Eugénie Michaud habitaient en pension chez la famille François Richard19.

Après avoir eu un premier enfant décédé à la naissance le 24 mai 1885, Joseph et Eugénie auront deux filles dont l'une meurt quelques mois après sa naissance:

2- Rachel, B. 4 mai 1887, Sainte-Anne,

S. 23 septembre 1887, Sainte-Anne.

3- Amélia, B. 18 septembre 1888, Sainte-Anne,

M. François-Xavier Trépanier, (N. 1879, Matane) 16 septembre 1913, Sainte-Anne,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/648d.jpg

Amélia Anctil (1888-1960)

*

S. François-Xavier, Montréal (décédé 1951),

S. Amélia, 22 juillet 1960, Montréal,

Cinq enfants: Rachel, Thérèse, Estelle, Monique et Madeleine.

 

LIEU DE RESIDENCE

Quelques mois après son mariage, le 31 mai 1886, Joseph se porte acquéreur d'une terre plus un terrain à Sainte-Anne pour la somme de 4,120$20. La terre s'étend du nord du chemin des Côtes jusqu'à la petite rivière Saint-Jean.

La maison et ses dépendances sont situées sur cette dernière route, aujourd'hui l'avenue Painchaud. Il s'agit de l'ancienne résidence de l'avocat et député à la Chambre des communes et à l'Assemblée législative, Charles-François Roy.

Dans les années 1990, l'ancienne maison de Joseph et Eugénie fut déménagé dans le rang de la Station. Sur son ancien emplacement, on y a construit une maison pour personnes âgées, la résidence Hélène Lavoie. Une plaque y rappelle le souvenir de Joseph et de son épouse, Eugénie Michaud.

 

TESTAMENT, DECES ET SUCCESSION

Joseph meurt à La Pocatière le 7 janvier 1895.Il est inhumé trois jours plus tard dans le cimetière paroissiale. Il avait 62 ans. Nous ignorons la cause de son décès.

Quatre ans plus tôt, il avait rédigé son testament devant son confrère Louis-Joseph Bérubé de Sainte-Anne23. Il donne et lègue d'abord à son épouse Eugénie Michaud, puis à sa fille Amélia, la jouissance et l'usufruit de tous ses biens. Seule cette dernière pourra disposer par testament seulement de la pleine et entière propriété de ses biens en faveur de ses enfants à naître. Elle pourra quand même disposer à son gré d'un montant de 4,000$.

Au cas où sa fille ne peut accéder à sa succession, Joseph laisse la pleine et entière propriété de tous ses biens au couvent des Dames religieuses de la Charité de Sainte-Anne. D'ailleurs, il espère bien que sa fille entre en religion! Il exclut ses collatéraux de sa succession "...en toutes circonstances...".

Joseph croyait, sans doute, aux vertus du travail car il ajoute dans son testament les commentaires suivants:

Le travail étant un bienfait pour l'homme dans les conditions actuelles de son existence et le meilleur moyen d'assurer la meilleure somme de bonheur ici-bas. Je veux que ma dite fille Marie-Emilia Anctil, apprenne à travailler et travaille toute sa vie suivant ses forces et capacités. (J'entends le travail de son état et condition) et faute de suivre cette disposition de mon présent testament je veux qu'elle soit exclue de tous les avantages de mon présent testament."

Il nomme comme exécuteurs testamentaires le curé de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Mgr Charles Poiré ou son successeur, son beau-frère Alexis Fortin et son fils Herman, ces deux derniers de Kankakee, Illinois. Il leur demande d'avoir recours à son épouse et à sa fille dans la gestion de sa succession "...suivant leurs aptitudes et capacités".

Enfin, il demande que son corps soit inhumé dans le nouveau cimetière de Sainte-Anne et qu'une épitaphe convenable en marbre soit érigé sur un lot familial.

Suite au décès de son mari en janvier 1895, Eugénie Michaud fait la liste des biens de sa succession24. En plus de ses propriétés de Sainte-Anne, la succession comprend de nombreux lots de colonisation au Lac-Saint-Jean, des actions dans les banques Nationale et Union du Canada et dans une compagnie minière.

Eugénie accepte le testament de son mari et le legs à elle faite de la jouissance et de l'usufruit de ses biens.

La veuve notaire, comme les gens de Sainte-Anne appelait Eugénie, vivra dans sa maison du chemin des Côtes jusque dans les années 1920. Elle mourra le 26 novembre 1929, à l'hôpital des soeurs de la Miséricorde de Montréal. Elle sera inhumé auprès de son mari au cimetière de Sainte-Anne.

*

LUCE (1835-1918)

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/245.jpgDescription : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/1525.jpg

Luce Ancti et Alexandre Dionne

*

Luce est née et baptisée le 7 mars 1835 à Sainte-Anne. Ses parrain et marraine sont Georges Miville et Hélène Manning.

Comme ses deux soeurs, elle a fréquenté le couvent, probablement celui des Dames de la Congrégation Notre-Dame, situé à Rivière-Ouelle.

Elle épouse Alexandre Dionne, le 27 juillet 1858 à Sainte-Anne. Il est originaire de Rivière-Ouelle.

Luce et son époux s'établissent sur une terre à Saint-Patrice de Rivière-du-Loup.

Ils ont au moins deux enfants: Tancrède et Alexandra.

On se rappelle que Luce avait accueilli sa mère, Mathilde Hudon, sur ses derniers jours. Aussi, cette dernière avait nommé son gendre, Alexandre Dionne, pour exécuter son testamentaire1.

Luce est décédée le 11 août 1918 et fut inhumée à Rivière-du-Loup. Elle avait 83 ans. Son mari l'avait précédé le 5 novembre 1906, à l'âge de 86 ans.

*


GEORGES (1840-1916)

NAISSANCE - PREMIER MARIAGE - LES ENFANTS DU PREMIER MARIAGE - DEUXIEME MARIAGE - LES ENFANTS DU DEUXIEME MARIAGE - CULTIVATEUR A SAINTE-ANNE - VENTE AVEC FACULTE DE REMERE - UN BAIL A FERME - LA CONSTRUCTION D'UNE NOUVELLE MAISON - HOMME D'AFFAIRES - LA DONATION DE 1904 - LES DERNIERES VOLONTES - DECES ET PARTAGE - LA CONTINUITE


 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/geoeli.jpg

Élisa Lizotte et Georges Anctil

*

NAISSANCE

Georges est né à Sainte-Anne-de-la-Pocatière le 8 juillet 1840 et baptisé le lendemain. Ses parrain et marraine sont Joseph Martin et Marcelline Dionne. Comme ses frères et soeurs, il a fréquenté l'école du village. En 1855, il est inscrit au Collège du même endroit1.

 

PREMIER MARIAGE

Georges se marie une première fois le 10 juin 1861 avec Délia Potvin. Née le 9 décembre 1838, elle était la fille de Hyacinthe Potvin, cultivateur à Sainte-Anne et de Elisabeth Bois. Ses parents habitent à Saint-Denis, vraisemblablement chez son frère curé de cette paroisse, lors de son mariage qui a lieu quand même dans sa paroisse natale.

A leur mariage, Délia a 22 ans et Georges 20 ans. Il lui manque moins d'un mois pour être majeur. Aussi, doit-il se faire représenter par son père Jean-Marie, lors de la signature du contrat de mariage, le 8 juin devant les notaires Florent de Guise et François-Luc Moreau de Sainte-Anne2.

Quant à la future épouse, même si elle est majeure, elle est représentée par son père. Les mères des futurs époux sont également présentes et consentantes, lors de la rédaction du contrat.

Dérogeant à la coutume de l'époque, les biens actuels ou à venir acquis par succession, donation ou autrement ne feront pas partie de la communauté de biens des futurs époux. Seulement les acquêts et conquêts, meubles et immeubles faits pendant leur mariage en feront partie. Les futurs époux ne sont pas responsables des dettes contractés avant mariage par l'un et l'autre.

Le contrat de mariage est signé par plusieurs personnes dont les futurs époux, Georges et Délia, leurs pères, la mère et la soeur de cette dernière, les deux soeurs de Georges, Philomène et Elmire, son oncle Joseph et sa tante Edwidge Miville, ainsi que les deux notaires. Ces personnes se sont réunies dans la maison d'un voisin, Onésime Ouellet, où a lieu la rédaction du document.

Trois jours après la signature du contrat, soit le 10 juin 1861, Georges et Délia se marient en l'église de Sainte-Anne. Ils ont reçu de la part du vicaire général de l'archidiocèse de Québec, Célestin Gaudreau, des dispenses de consanguinité au troisième degré et de publication de deux bans.

La bénédiction nuptiale est donnée par le curé Bourret de la paroisse et celui de Saint-Denis, Hyacinthe Potvin, frère de l'épouse. Les témoins sont pour Georges, son frère Barthélémie et pour Délia, son père Hyacinthe Potvin.

Ce premier mariage dura moins de cinq ans. Délia Potvin décède le 8 mars 1866. Elle est inhumée deux jours plus tard à Sainte-Anne. Son service funèbre est présidé par son frère, celui-là qui avait concélébré son mariage. Elle était âgée de 27 ans seulement! Nous ignorons la cause du décès.

 

LES ENFANTS DU PREMIER MARIAGE

Deux enfants sont nés de l'union de Georges et de Délia Potvin. En voici la liste avec leurs dates de baptême (B), mariage (M), et sépulture (S), ainsi que les noms de leurs conjoints et de leurs enfants:

1- François, B. 18 juin 1862, Sainte-Anne,

S. 17 août 1863, Sainte-Anne.

2- Clorinthe, B. 10 avril 1865, Sainte-Anne,

S. 5 octobre 1880, Sainte-Anne.

DEUXIEME MARIAGE

Après treize mois de veuvage, Georges épouse Elisa Lizotte le 29 avril 1867 à Saint-Roch-des-Aulnaies. Née le 30 octobre 1842, elle était la fille majeure de Célestin Lizotte, navigateur et de feue Priscille Pinelle dit Lafrance.

Seuls l'époux, son témoin, en occurrence son oncle maternelle, Eusèbe Pelletier et le curé Têtu signent le certificat de mariage. Les époux ont obtenu une dispense de publication de deux bans.

Quatre jours plus tôt, les futurs époux avaient dicté un contrat de mariage à Saint-Roch, devant le notaire Luc-François Moreau3. Georges n'était accompagné ni de témoin, ni de parents. En revanche, Elisa était assistée de Antoine Lizotte, navigateur, probablement son frère et accompagnée de quelques parents, Béatrice, Délima et Joseph Lizotte.

Contrairement au premier mariage de Georges, les futurs époux se marient en communauté de biens mais seulement pour les biens à venir. Cependant, chacun est responsable des dettes contractés avant leur union.

Si l'époux décède le premier, l'épouse aura, durant la durée de sa vie, la jouissance et l'usufruit de tous les biens laissés par son mari. Si l'épouse meurt la première, l'époux héritera de tous les biens apportés en mariage par celle-ci, en autant que des enfants ne soient pas nés de leur union.

 

LES ENFANTS DU DEUXIEME MARIAGE

Douze enfants sont nés de l'union de Georges et de Elisa Lizotte. En voici la liste avec leurs dates de baptême (B), mariage (M), et sépulture (S), ainsi que les noms de leurs conjoints et de leurs enfants ( +: morts en bas âge):

1- Emma, B. 6 juin 1868, Sainte-Anne,

S. 19 février 1927 (décédée le 17 à Québec), Sainte-Anne.

2- Georges-Pantaléon, B. 29 juin 1869 (né le 28), Sainte-Anne,

M. 1er mai 1892, Rose Goulet, Somersworth, Rhode Island,

S. Georges-Pantaléon, novembre 1939 (décédé le 4), Sainte-Anne,

B. Rose, 1864, Sainte-Marie de Beauce,

S. Rose, mai 1951 (décédée le 12), Sainte-Anne,

Cinq enfants: Edgar +, Anne-Marie, Blanche, Florida, Marie-Rose.

3- Alexina, B. 9 août 1870, Sainte-Anne,

M. Joseph Gagnon, 8 mars 1886, Sainte-Anne,

Enfants: Joséphine, Lara, Clara, Gustave.

M. André Gagnon, 31 mars 1898, Sainte-Anne,

S. Alexina, 31 mars 1899, Sainte-Anne,

4- Tibérius, B. 3 septembre 1871 (né le 3), Sainte-Anne,

M. 23 novembre 1894, Amanda Toussaint, Saint-Jean-Port-Joli,

S. Tibérius, 1912, Sainte-Anne,

B. Amanda, 1873, Saint-Jean-Port-Joli,

S. Amanda, 1954, Sainte-Anne,

Sept enfants: Albert, Emilia, Arthur, Emile, Omer, Jeanne, Alfred.

5- Béatrice, B. 17 mai 1874, Sainte-Anne,

M. 3 février 1891, Georges-Armand Potvin, Sainte-Anne,

Enfants: Georges-Napoléon-Armand, Adrienne.

6- Armand, B. 2 septembre 1875 (né le 1er), Sainte-Anne,

M. 9 août 1900, Marie-Louise Dufour, Saint-Philippe-de-Néri,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/armand.jpgDescription : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/mlse.jpg

Armand Anctil et Marie-Louise Dufour

*

S. Armand, 1932, Sainte-Anne,

B. Marie-Louise, 1878,

S. Marie-Louise, 1951, Sainte-Anne,

Dix enfants: Joseph, Marie-Anne, Wilfrid, Sylvio, Gérard, Géraldine, Edgar, Hormidas, Clorinthe, Jean-Marie.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/clori.jpg

Clorinthe Anctil (1916 -1942) et Georges Blouin (1913 -1941)

*

7- Laura, B. 24 septembre 1877, Sainte-Anne,

S. 8 décembre 1885, Sainte-Anne.

8- Charles, B. 1879, Sainte-Anne,

S. 1888, Sainte-Anne.

9- Horace, B. 28 avril 1880 (né le 27), Sainte-Anne,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/famhorace.jpg

Famille d'Horace Anctil et de Marie Soucy

*

M. 21 janvier 1907, Alexina Pelletier, Lawrence, Massachusetts,

M. 19 février 1917, Marie Soucy, Saint-Onésime de Kamouraska,

S. Horace, juin 1961 (décédé le 12 à Mont-Joli), Sainte-Anne,

B. Alexina, 1890,

S. Alexina, août 1916 (décédée le 15), Sainte-Anne,

B. Marie, 12 juin 1888, Saint-Onésime,

S. Marie, mars 1965 (décédée le 8), Sainte-Anne,

Six enfants du premier mariage: Régina, Albert +, Yvonne +, Olivier +, Marthe, Marie-Ange +.

Cinq enfants du deuxième mariage: Roland, Robert, Adélianne, Adrienne +, Roger.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/famrol.jpg

Famille de Roland Anctil (1917-2001) et de Cécile de Courcy (1914-2009)

*

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/robori.jpg

Famille de Robert Anctil (1919-2003)et d'Orianna Emond (1920-2006)

*

10- Jean-Baptiste, B. 29 septembre 1881, Sainte-Anne,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/639.jpgDescription : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/1491.jpg

Jean-Baptiste Anctil et Marie Laboisonnière (à gauche)

M. 6 mars 1905, Marie Laboisonnière, Saint-Pacôme,

S. Jean-Baptiste, août 1956 (décédé le 25), Sainte-Anne,

B. Marie, 26 juin 1880,

S. Marie, 1961, Sainte-Anne,

Sept enfants: Gérard, Camil, Raymond+, Géraldine+, Géraldine, Jean-Marie+, Germaine.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/famgeral.jpg

Famille Géraldine Anctil (1911-2001) et Lucien Dubé (1911-1994)

*

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/germaine.jpg

Mariage de Germaine Anctil et Armand Courcy13 oct. 1945

*

11- Marie-Louise, B. 19 avril 1884, Sainte-Anne,

M. 25 février 1903, Charles-Arthur Sirois, Sainte-Anne,

Huit enfants: Yvonne, Eugène, Albert, Georges, Marguerite, Simone, Rose, Marcel.

S. Charles-Arthur, 1 février 1960, Farnhamm

Marie-Louise, 24 novembre 1962, Farnham.

12- Anonyme, 7 avril 1886, Sainte-Anne.

 

CULTIVATEUR A SAINTE-ANNE

Tout comme ses ancêtres avant lui, Georges est cultivateur à Sainte-Anne. Il est établi en très grande partie sur des terres données, en 1865 puis en 1879, par ses parents, Jean-Marie et Mathilde Hudon. Rappelons-en les grandes lignes.

La donation de 1865 comprend deux terres de dimensions différentes4. La première est située entre le chemin des Côtes et le deuxième rang, face aux propriétés du Collège. Elle mesure environ un arpent de large sur plus de vingt de long.

Elle comprend certains emplacements, situés le long du chemin des Côtes, loués par bail emphytéotique. Cependant, les parents de Georges s'étaient réservés les loyers de ces terrains pour la durée de leur vie.

Cette terre faisait partie d'un plus grand étendu de terrain que le père de Georges, Jean-Marie, avait reçu de ses parents, François et Victoire Martin en 1826.

La deuxième terre accordée à Georges en 1865, est située au coeur du faubourg naissant, à l'est de l'église. Elle mesure un arpent de large sur quarante-deux de long. Elle va du fleuve Saint-Laurent jusqu'au deuxième rang. Elle comprend des bâtiments.

Cependant, ses parents gardent la propriété de la partie située entre le chemin des Côtes et le rocher, allant vers le nord. Il s'agit d'emplacements loués.

Cette terre, en réalité la moitié d'une terre, venait des parents de Mathilde, Germain et Victoire Hudon. Georges l'habite probablement depuis son mariage, quatre ans plus tôt.

En 1879, Georges reçoit, quelques jours avant le décès de son père Jean-Marie, les terrains que lui et son épouse s'étaient gardés entre le chemin des Côtes et le rocher9. Il s'agit d'une partie de la terre que Mathilde avait eu de ses parents, les Hudon.

Ces donations, contrairement à l'habitude, ne comportaient aucune obligation de rente viagère. Par contre, ces terres devaient être transmises éventuellement à un ou plusieurs des enfants de Georges.

En plus de ces terres reçues par donation de ses parents, Georges fera deux acquisitions en 1881, puis en 1900.

Le 24 août 1881, Georges acquiert la moitié ouest de la terre venant de ses grands-parents Hudon10. Une première partie venait de sa mère qu'elle avait eue de ses parents tandis que l'autre partie était allée à sa soeur, Adélaïde épouse de Eusèbe Pelletier de Saint-Roch-des-Aulnaies.

En 1881, Georges achète donc la deuxième moitié de la terre de son oncle Pelletier, veuf de sa tante Adélaïde et rentier, vivant alors à Kamouraska. Celle-ci mesure environ un arpent de large sur quarante-deux de long, allant du fleuve Saint-Laurent au chemin du deuxième rang.

Cette acquisition comprend une maison et plusieurs emplacements loués, probablement des deux côtés du chemin des Côtes. Georges promet de respecter les baux consentis à Pierre, Onésime et Adolphe Ouellet, à David Lavergne, à Georges Deschène, à Louison Courcy et aux Soeurs de la Charité. Il paye un montant de 3,600$, payable en partie comptant, en partie par paiements annuels avec intérêt à 6%.

Trois ans plus tard, Georges vendra un emplacement à son oncle Eusèbe Pelletier qui décide de revenir vivre à Sainte-Anne11. Le terrain vendu 148$ faisait partie de la terre achetée en 1881.

Le 30 juillet 1900, Georges achète une terre de Elisabeth Ouellet, épouse de son neveu Alphonse Anctil, fils de Barthélémie12. Cette terre est située à l'est du village de Sainte-Anne. Il en revendra une partie à son fils Georges-P, six ans plus tard13.

 

VENTE AVEC FACULTE DE REMERE

En 1867, Georges vend à son frère Barthélémie les deux terres reçues de ses parents deux ans plus tôt. Le montant de la transaction est 3,200$5. Il continue d'y demeurer et se garde un privilège de rachat d'une durée dix ans.

Ce type de transaction, disparue depuis longtemps, s'appelait une vente avec faculté de réméré. C'était l'ancienne façon d'emprunter de l'argent avant la généralisation des prêts garantis par des hypothèques.

Certaines personnes, dont Barthélémie, préféraient avoir recours à cette procédure tombée en désuétude malgré l'apparition des hypothèques, depuis la création des bureaux d'enregistrement dans les années 1830.

En plus des terres et des bâtiments, la vente comprenait:

...tous ses meubles, effets mobiliers, batterie de cuisine, linges, provisions, voitures, harnais, outils et instruments d'agriculture & autres, animaux de toutes espèces, bois, grains, foins & légumes... et tel que le tout se trouve dans les bâtisses & sur les terrains sus décrits, sans aucune exception...

Georges exerce son droit de rachat en novembre 18746. Il paie un surplus de 200$, une balance d'intérêt sur la montant empruntée.

 

UN BAIL A FERME

En mars 1873, Georges signe un bail à ferme d'une durée de cinq ans avec Etienne Lévesque de Saint-Onésime7. Par ce contrat, il s'assure le travail d'un employé de ferme et de sa famille pour l'aider à cultiver sa terre de Sainte-Anne.

En général, un bail à ferme, hérité de la coutume française et prévu dans la Coutume de Paris, le Code Civil en vigueur, prévoit que le propriétaire fournit la terre, les animaux, les semences et les outils tandis que le locataire, appelé aussi métayer, fournit la main d'oeuvre et, parfois des animaux. Les deux partis se partagent les récoltes, le bétail né en cours d'année et les produits de la ferme.

Selon le bail signé par Georges, sa terre mesure quatre arpents de large sur quarante de long pour trois arpents et trente-deux pour un arpent, depuis le fleuve. Toutes ces mesures étant approximatives.

Selon les termes du contrat, Lévesque ou le preneur s'engage aux obligations suivantes:

"...de fumer, engraisser, labourer, cultiver et ensemencer la dite terre par sols et saisons ...déchaumer sans la désoler ni la désaisonner, tenir les prairies nettes, ...faire et entretenir pendant la durée de ce bail les clôtures et fossés que besoin sera sur la dite terre...

De plus, il se chargera de répondre aux charges de voiries rurales et municipales, soit l'entretien de chemins et de fossés, paiera la moitié des cotisations municipales et scolaires en effets ou en argent, gardera les bâtiments en bon état, coupera et préparera annuellement cent pieux et autant de piquets de cèdre.

Il pourra utiliser le four à pain selon ses besoins et la cheminée du fournil au printemps et à l'automne ainsi que cultiver son propre jardin.

A la fin du bail, qu'il ne pourra pas céder sans l'autorisation de Georges, il rendra "... le tout... en aussi bon état qu'il l'aura reçu, sauf l'usage et les dépérissements ordinaires."

De son côté, Georges ou le bailleur se garde l'exclusivité de la maison et du fournil, d'un terrain comprenant un verger et un jardin à patates et d'un arpent de grève. Il se garde des espaces dans la grange et dans l'étable, une partie des pacages et la moitié des engrais (fumier).

Georges s'engage à construire une maison de vingt pieds sur dix-huit pour Lévesque. Il lui laissera quatre vaches à lait et douze moutons et, pour les deux premières années seulement un cheval pour le travail de la ferme. Lévesque sera obligé de les nourrir et de les soigner comme les siens.

Georges et Lévesque se partageront les récoltes en grains battus, les animaux à naître sauf les cochons et les chevaux après la deuxième année. Le fourrage récolté servira seulement à nourrir les animaux. Chacun fournira la moitié des grains de semence. Georges aura le droit à vingt-cinq livres de beurre chaque automne et ce pour chaque vache se trouvant sur la ferme.

Par les termes du contrat, il est évident que Georges met seulement une partie de sa terre, de ses animaux et de ses bâtiments dans l'entente avec Lévesque. Il s'en garde une partie pour sa propre exploitation, ce qui ne devait pas toujours être facile à gérer en parallèle avec le bail à ferme.

Nous ignorons si Georges a renouvelé l'expérience du bail à ferme pour obtenir de l'aide ou s'il a préféré, le cas échéant, s'en remettre à l'embauche direct d'employés de ferme pour le seconder dans ses travaux.

En 1879, le cultivateur Firmin Proulx se plaint au curé de la paroisse, monsieur Poiré, de son voisin Georges Anctil8. Il lui reproche de ne pas se préoccuper suffisamment de la lutte contre les insectes à patates, tout comme les mauvaises herbes, qui infestent ses champs.

 

LA CONSTRUCTION D'UNE NOUVELLE MAISON

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/maisongeo.jpg

Maison de Georges Anctil

*

En 1866, Georges et sa première épouse Délia se font construire une nouvelle maison à Sainte-Anne. Celle-ci sera située au centre de la terre reçue de ses parents l'année précédente, sur le chemin des Côtes, au coeur du faubourg naissant de Sainte-Anne. Elle remplacera une ancienne maison, probablement celle de ses grands-parents Hudon.

Le contrat de construction est signé avec Rémi et Stanistlas Danjou de Saint-Pacôme14. Ceux-ci s'engagent à démolir la vieille maison habitée par Georges et sa famille et d'en récupérer le bon bois pour la nouvelle construction.

La nouvelle maison mesurera quarante-cinq pieds sur trente, le solage sera en pierre et le carré aura douze pieds de hauteur surmonté d'un comble construit en bois neuf. Un cordon en madriers de trois pouces démarquera le solage du carré de la maison.

Celle-ci comprendra dix grandes fenêtres au rez-de-chaussée, cinq dans les combles et quatre au sous-sol. Il y aura trois portes; une au sud, une comprenant un portique et une galerie sans colonnes au nord et une double pour l'entrée du sous-sol. Les portes et les fenêtres seront peintes, mastiquées et boisées tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.

La maison sera calfeutrée avec de l'étoupe, lambrissée en planches de pin posées à la verticale et munie de renvois d'eau en madriers. Le toit sera recouvert en bardeaux.

A l'intérieur, une cheminée sera construite sur les entrais des mansardes, deux escaliers conduiront une à l'étage et l'autre au sous-sol, le plafond, le plancher et les plaintes seront complétées et une seule cloison percée d'une porte divisera la maison sur toute sa longueur.

En plus, les Danjou s'engagent à construire un fournil relié par un tambour à la maison. Mesurant dix-huit pieds carrés, percée de deux fenêtres, de même facture que la maison, il comprendra un four et une cheminée.

Georges fournira les clous, l'étoupe, la peinture, la chaux et la brique pour les cheminées. Il paiera la somme de 500$ payable en différents paiements étalés jusqu'à la Toussaint de l'année 1867. Les Danjou s'engagent à livrer une partie de la maison à la Saint-Michel et à la compléter pour Noël prochain.

Les deux partis s'acquittent de leurs obligations car Georges reçoit quittance des Danjou en décembre 186715. Entre temps, sa première épouse est décédée et il s'est remarié avec Elisa Lizotte.

Cette maison, incendiée en partie en 1941, existe encore mais transformée. Elle est toujours la propriété des descendants de Georges et de Elisa.

 

HOMME D'AFFAIRES

Comme son père Jean-Marie et son grand-père François, en plus de gagner sa vie en cultivant la terre, Georges fait de l'argent en prêtant à ses concitoyens. En revanche, on remarque que les sommes sont moins importantes et que les créanciers sont de la région de La Pocatière.

Basée sur l'information disponible, Georges prête régulièrement aux cours des années 1860, 1870 et 1880. Dans les premiers temps, il prête des montants de 100$ portant intérêt à 8%, pour des durées variables. Pour l'époque, cette somme est non négligeable, si on se rappelle qu'une maison et un fournil lui ont coûté 500$.

Dès 1863, alors qu'il est âgé seulement de 23 ans, il prête à Prospère L'Italien, cultivateur à Sainte-Anne16. L'année suivante, il avance de l'argent à Clovis Miville, à Clément Dubé et à Etienne Cazes, tous cultivateurs à Sainte-Anne17.

En 1866, Georges se joint à son père et à son frère Barthélémie pour remettre une procuration à son frère Joseph, notaire à Québec18. Celui-ci est autorisé à prêter de l'argent en leurs noms. L'année suivante, Georges vend à Joseph les quatre prêts déjà mentionnées19.

En 1869, Georges prête à Magloire Sirois, en 1870 et en 1871 à Jean Bois, en 1873 à Louis Collin, en 1876 à David Thiboutot et à Augustin Ouellet, en 1878 à Charles Soucy et en 1879 à André Bérubé20. Tous ses créanciers sont cultivateurs à Sainte-Anne, sauf Soucy qui est de Saint-Onésime.

Parfois Georges prête de plus gros montants. A la fin de 1879, quelques jours après avoir partagé une première fois dans la succession de son père, il avance 350$ à Adélaïde Ouellet, veuve de Isaïe Michaud et une deuxième somme, 300$ cette fois-ci, à André Bérubé21.

En 1880, il prête 200$ à Charles Tremblay, menuisier à Kamouraska, 100$ à Siméon Pelletier, 250$ à Amable Bernier, cultivateur à Sainte-Anne, 300$ à François-Xavier Lizotte et 620$ à Damase Rossignol de Kamouraska22. En 1882, Georges cède à profit à Jules Tardif de Saint-André un prêt de 600$ consenti antérieurement à Joseph Sirois23.

Par la suite et jusqu'à son décès en 1916, tout indique que Georges a poursuivi ses activités de prêteur.

En plus de prêter de l'argent, Georges diversifie ses activités financières en louant des terrains. A l'époque, on trouvait plus profitable louer que vendre. C'était une façon de s'assurer des revenus annuels réguliers alors que la valeur de l'argent était relativement stable. D'autant plus qu'il n'était pas possible, sinon difficile, d'aliéner des terres données en ligne directe.

Georges profite du développement immobilier autour de la nouvelle gare de chemin de fer - le rang de la Station - et surtout de l'expansion du faubourg naissant de Sainte-Anne. Les terres provenant de ses parents Anctil et de ses grands-parents Hudon sont bien localisées et il sait en tirer profit.

Il loue donc des emplacements en bordure et à proximité de la gare ainsi que du chemin des Côtes, axe principal de développement du nouveau faubourg.

A titre d'exemple, en 1871, Georges loue un terrain d'environ quatre-vingts pieds sur quatre-vingts à Octave Marchand, employé du Grand-Tronc24. Cet emplacement est situé sur le chemin du deuxième rang au bout de ses terres, à proximité de la gare.

La durée du bail est de dix-neuf ans, non renouvelable aux mêmes conditions, non transférable, pour un montant de 8$ par année. Le locataire devra se clôturer à ses frais et répondre aux voisins quant aux travaux mitoyens. A la fin du bail, il pourra enlever ses bâtiments et devra remettre le terrain en bonnes conditions.

En 1872, le bedeau de Sainte-Anne, Thomas Gagné, loue un emplacement de soixante pieds sur cent sur le chemin des Côtes25. Le bail est d'une durée de vingt-neuf ans et le loyer annuel est de 12$. Il devra occuper le terrain "en bon père de famille".

Le 28 octobre 1882, Georges loue deux emplacements sur le chemin des Côtes à Charles Bérubé et à Alexandre Gueret pour une durée de quarante-cinq ans, à raison de 8$ par année26. Les conditions d'occupation des terrains sont semblables au bail signé par Marchand.

En 1884, Georges loue des terrains sur le chemin des Côtes au marchand Charles Dionne pour trente-cinq ans, à raison de 22$ par année; au journalier Michel Lemieux pour vingt-cinq ans, à raison de 8$ par année et à Joseph Pelletier pour trente-cinq ans, à raison de 12$ par année27.

A son décès en 1916, les héritiers de Georges se partageront pas moins de trente-cinq terrains en location.

 

LA DONATION DE 1904

En 1904, Georges et son épouse Elisa sont dans la soixante. Au déclin de la vie, ils prennent les moyens pour assurer leur vieillesse. Tout comme leurs ancêtres, Jean-Marie en 1865, François en 1826, Jean-Baptiste en 1800 et en 1808 et Jean en 1765 et en 1772, ils donnent leurs avoirs à leurs enfants moyennant en retour certains biens et services et une pension viagère.

Georges et son épouse divisent le bien paternel entre deux de leurs fils, Jean-Baptiste et Horace (Augure)28. Ils se gardent la propriété de nombreux terrains leur garantissant un revenu annuel. Ces derniers emplacements sont situés principalement en bordure et à proximité du chemin des Côtes. Ils en feront la distribution plus tard.

La donation de 1904 comprend donc les terres venant de Jean-Marie situées d'une part en face du Collège et d'autre part au milieu du village, moins les emplacements loués. Cette dernière terre comprend notamment une maison, un fournil, une grange-étable, d'autres petits bâtiments dont un poulailler ainsi que leur contenu en meubles, instruments aratoires, outils et animaux.

A Jean-Baptiste, ils donnent la partie est de la terre du village sur laquelle sont construits la maison paternelle et les bâtiments de ferme. Elle s'étend du fleuve Saint-Laurent jusqu'au chemin de la station, sur la largeur d'un arpent. A Horace, ils donnent la partie ouest de la même terre.

Ils séparent en deux la terre située en face du Collège, moins toujours les emplacements loués, et donnent la partie est à Jean-Baptiste et la partie ouest à Horace.

Ils incluent aussi tous les droits de passage, et parfois les ruelles, leur donnant accès au chemin public.

A Jean-Baptiste, ils donnent les parties sud-ouest de la maison et du fournil et les parties nord-est de la grange-étable ainsi que les autres petits bâtiments. A Horace, ils donnent la partie nord-est de la maison et du fournil et les parties sud-ouest de la grange-étable.

Georges et Elisa se gardent, leur vie durant, le droit d'habiter toute la partie sud-ouest de la maison, de circuler librement par les portes actuelles, d'avoir accès à la laiterie située dans le tambour entre la maison et le fournil et de garder l'usage d'un jardin à patates, incluant un petit bâtiment.

Ils se réservent aussi une partie de la grange-étable appelé "la petite étable" pour y emmagasiner des grains et du fourrage et y vaquer. Ils gardent aussi les piquets et les perches de clôture se trouvant sur les terrains données.

En retour de cette donation, les deux fils Jean-Baptiste et Horace s'engagent à payer les rentes seigneuriales, les taxes municipales et scolaires; à entretenir les bâtiments et les fontaines d'eau; à chauffer convenablement leurs parents ou leur livrer annuellement dix cordes de bois; à pacager et entretenir une vache et un cheval, ce dernier seulement durant la vie de leur père; de nourrir et soigner les chevaux des visiteurs de leurs parents.

Si leur mère survit à leur père, ils devront la promener, à sa demande, avec une voiture convenable sauf durant la période des récoltes.

Les deux fils ne seront pas tenus de fournir des aliments et des vêtements à leurs parents mais devront payer l'eau de l'aqueduc. Ils n'auront pas à fournir le bois de chauffage tant et aussi longtemps que l'un des fils habitent avec eux.

Tant les parents que les fils auront le droit de circuler librement autour des bâtiments pour vaquer à leurs occupations, pour prendre de l'eau de l'aqueduc à la même chantepleure de la maison et au même puits et à la même pompe pour les animaux.

Ils devront garder les biens immobiliers donnés pour les remettre éventuellement à un ou plusieurs de leurs fils.

Dans l'éventualité d'un deuxième mariage, Elisa perd tous les avantages prévus à cette donation, incluant le droit de résider dans la partie sud-ouest de la maison.

Jean-Baptiste et Horace devront payer solidairement une rente annuelle de 150$, payable à moitié par chacun au cours du mois de novembre. S'il y a négligence de la part de l'un des deux frères, la donation sera nulle à moins que l'autre acquitte la partie manquante. Dans une telle éventualité, celui-ci bénéficie de tous les avantages accordées à son frère négligeant tout en assumant sa part des obligations.

En incluant cette dernière clause dans la donation, Georges et Elisa prenaient, sans doute, certaines précautions. Aussi, quelques années plus tard, on apprend que Horace n'a pas payé sa part de la rente annuelle. En 1911, il reconnaît sa négligence et cède tous ses droits à son frère Jean-Baptiste29.

Ce dernier devient donc le principal héritier du bien paternel venant de ses parents, de ses grands-parents et en partie de ses arrières-grands-parents.

 

LES DERNIERES VOLONTES

En 1916, quelques jours avant son décès, Georges complète la distribution de ses biens, notamment les emplacements loués; de l'argent, que lui et son épouse ont amassé durant leur vie et prend les mesures d'usage quant à la subsistance de cette dernière et de leur fille malade et célibataire.

Devant le notaire Louis-Joseph Bérubé de Sainte-Anne, il signe, entre le 16 juin et le 8 juillet, veille de sa mort, quatre documents dont trois testaments et une donation. Seul le testament du 4 juillet sera révoqué.

Dans le premier document, son testament du 19 juin, Georges donne une "pièce de terrain" à son fils Horace30. Il lui laisse aussi des petits bâtiments, dont un poulailler, qu'il pourra y transporter en autant que sa mère ne veuille pas le garder pour élever des poules. En retour, Horace devra cultiver, pour le bénéfice de sa mère, une partie de ce terrain qui servait, vraisemblablement de potager.

Son frère Jean-Baptiste pourra circuler seulement le long du terrain afin d'entretenir ses bâtiments. Enfin, Horace ne pourra aliéner ce terrain qu'en faveur de ses enfants ou de l'un d'eux.

La donation prévoit le partage entre trois des fils de Georges: Georges-P, Armand et Horace une partie de ses emplacements loués. Ceux-ci sont concentrés sur la moitié est de la terre située au centre du faubourg et celle en face du Collège. Ils venaient de la donation de son père Jean-Marie de 1865.

Ces terrains ne faisant pas partie de la communauté de biens avec sa deuxième épouse, Elisa Lizotte, il n'était pas nécessaire qu'elle soit solidaire de leur donation.

Georges donne les articles de ménage, les meubles et les animaux qu'il possèdent à son épouse Elisa. Elle pourra en disposer à son gré.

Enfin, il nomme son fils Georges-P exécuteur testamentaire. Celui-ci est cultivateur à Sainte-Anne mais résidant temporairement à Lawrence, Massachussetts. Dans le document, on mentionne également que Horace et Armand sont journaliers résidants à Sainte-Anne.

Donat Lizotte, charretier et Alphonse Maurais fils, commis-marchand, agissent comme témoins au testament signé par Georges et le notaire Bérubé.

Dans le deuxième document, la donation du 7 juillet, signé deux jours avant son décès, Georges et son épouse Elisa, complètent d'abord la donation de leurs biens immobiliers31. Il s'agit essentiellement de la balance des emplacements loués: une partie ayant déjà été distribuée par le testament de Georges du 16 juin précédent.

On se rappelle que lors de la donation de 1904, Georges et Elisa s'étaient gardés ces emplacements. Ce qui leur permettait d'en retirer un revenu annuel leur assurant d'écouler une vieillesse à l'abri de tracas financiers.

Ces terrains étaient de dimensions différentes, louées pour des durées variables et rapportant des loyers annuels de quelques dollars. Ils étaient situés en bordure ou à proximité du chemin des Côtes, soit en face des propriétés du Collège, soit au milieu du faubourg, à l'est de l'église.

Les terrains restants sont donc répartis entre trois des fils: Georges-P, Armand, Horace et, pour une moindre part, Amanda Toussaint, veuve de Tibérius. De plus, cette dernière n'aura que l'usufruit des terrains donnés qui devront revenir éventuellement à ses enfants.

La donation comprend aussi des legs monétaires. Georges et son épouse distribuent 9,200$ à leurs enfants: 2,000$ chacun à Georges-P, Armand, Horace; à Amanda Toussaint, veuve de Tibérius, de son vivant cultivateur à Sainte-Anne; 1,000$ à leur fille Marie-Louise, et 200$ à Jean-Baptiste.

Leur bru ne pourra retirer que les intérêts du capital qui reviendra éventuellement à ses enfants. Aussi, le montant donné à leur fille ne pourra d'aucune façon entrer dans la communauté de biens avec son mari, Arthur Sirois, cultivateur de Kamouraska.

La donation comprend une clause levant l'obligation pour Jean-Baptiste de donner les biens qu'il a reçus en 1904 en ligne directe, sauf qu'il doit appliquer les montants de leurs ventes à l'achat d'autres biens immobiliers.

En retour de ces différents legs, les héritiers devront verser proportionnellement une rente viagère annuelle de 200$ à leur mère, sa vie durant, incluant la pension alimentaire pour leur soeur Emma. Seule Marie-Louise sera exempte de cotisation tandis que Jean-Baptiste sera tenu d'en payer 75$.

Dans l'éventualité où leur mère deviendrait incapable, ils devront s'occuper de leur soeur, lui trouver une personne "capable d'en avoir bien soin", et contribuer financièrement à son maintien. Si leur mère décède avant leur soeur, ils devront payer une pension annuelle de 125$ à Emma, sa vie durant.

On sait que, après la mort de sa mère survenu en 1920, Emma habitera chez son frère Horace jusqu'en 1926. Elle mourra l'année suivante, quelques mois après son admission dans un hôpital de la région de Québec.

Dans leur donation, Georges et Elisa demandent qu'un montant de 200$ chacun soit consacré à leurs frais funéraires, services et messes.

Georges-P est chargé d'exécuter les clauses de cette donation. Aussi, il est prévu un dédommagement, jusqu'à concurrence de 50$, pour ses frais de transport qui devra être prélevé sur la part consentie à sa soeur Marie-Louise.

En plus de Georges et du notaire Bérubé, son épouse Elisa déclarant ne pas pouvoir s'exécuter, le document est signé par les fils Georges-P, Armand et Jean-Baptiste et le témoin Alphonse Maurais fils, commis-marchand.

Dans le dernier document, son testament du 8 juillet, signé la veille de sa mort, Georges ratifie la donation faite la journée précédente sauf qu'il abaisse le legs monétaire en faveur de Jean-Baptiste de moitié; il révoque son testament du 4 juillet; il nomme ses trois fils Georges-P, Armand, Horace et sa bru Amanda Toussaint légataires universels du résidu de sa succession et il confirme son fils Georges-P dans sa fonction d'exécuteur testamentaire32.

Les témoins sont cette fois-ci, Joseph Bébubé, fils d'Amable cultivateur à Sainte-Anne et Alphonse Maurais fils, commis-marchand qui signent avec Georges et le notaire Bérubé.

 

DECES ET PARTAGE

Georges décède le 9 juillet 1916 dans sa maison du chemin des Côtes à Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Il est inhumé dans le cimetière des Pins trois jours plus tard.

L'acte de décès lui donne soixante-dix-huit ans et quatre mois! En fait, il est âgé exactement de 76 ans si on compte son âge, comme la tradition catholique le voulait, à partir de la journée de son baptême le 9 juillet 1840, étant né la veille.

Aussi, à cette époque si peu lointaine, on était peu soucieux, même dans des documents officiels, de l'exactitude de l'âge des gens.

Tous les fils du défunt et le gendre Charles-Arthur Sirois signent l'acte de décès, Albert représente son père défunt Tibérius. Il n'était pas l'usage pour les femmes, si elles étaient présentes aux funérailles, de signer un tel document.

Le 15 juillet suivant, soit trois jours après les funérailles, quatre des héritiers, Georges-P, Armand, Horace et Amanda Toussaint se rencontrent chez le notaire Bérubé afin de se partager les emplacements que leur ont laissés leur père33.

Si on exclut leur mère, les deux autres héritiers, Jean-Baptiste leur frère et Marie-Louise leur soeur ne sont pas présents, n'étant pas concernés par ce partage.

De ce partage, Georges-P recevra onze emplacements, Armand sept, Horace quatorze et leur belle-soeur quatre. Afin de se conformer aux dernières volontés de leur père, les fils recevront chacun des terrains représentants une valeur de loyers annuels d'environ 122$ et la bru de 50$.

Compte tenu du nombre important de documents rédigés par le notaire Bérubé dans la succession de Georges, le notaire recevra comme paiement un emplacement sur le chemin des Côtes où il se fera construire une résidence34.

Nulle part dans les documents précédents sa succession, Georges ne mentionne ses deux filles, Amanda et Eugénie, nées de son premier mariage avec Délia Potvin. On peut présumer que celui-ci leur a versé la part de leur mère à l'occasion de leur mariage.

Le même jour, Georges-P, l'exécuteur testamentaire, dresse un bilan de la succession35. On peut ainsi établir que l'héritage de Georges et de son épouse se montre à plus de 20,000$.

Ce chiffre comprend la valeur des emplacements donnés, de quelques biens matériels laissés et les montants d'argent distribués. En revanche, il ne comptabilise pas le bien paternel - terre, maison, bâtiments et leur contenu - laissé à leur fils Jean-Baptiste par la donation de 1904.

Elisa, l'épouse de Georges, lui survivra quatre ans. Elle décède le 27 août 1820 et est inhumée, trois jours plus tard, auprès de son mari. Elle est âgée de soixante-dix-sept ans et dix mois. Ses quatre fils signent l'acte de décès.

 

LA CONTINUITE

Georges a passé sa vie à Sainte-Anne-de-la-Pocatière, lieu d'établissement de ses pères depuis le premier, Jean au XV111e siècle. Il a vécu des fruits de la terre, a fait fructifié son bien, qu'il a transmis par la suite à ses fils. Eux aussi ont vécu et sont morts à Sainte-Anne.

Des enfants de Jean-Marie et de Mathilde Hudon, Georges est celui dont plusieurs descendants sont toujours présents à La Pocatière, à l'aube du troisième millénaire.

*

ELMIRE (1844- 1907)

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/elmialex.jpg

Famille d'Elmire Anctil et d'Alexis Fortin

*

Elmire, nommée Arthémise à la naissance, est née et baptisée le 2 octobre 1844. Ses parrain et marraine sont Louis Pelletier et Thècle Ouellet.

Comme ses deux autres soeurs, elle a fréquenté le couvent des Dames de la Congrégation Notre-Dame, situé à Rivière-Ouelle. En 1857, Jean-Marie paye 4$ et un minot de blé par mois pour la pension de sa fille.

Elmire épouse Alexis Fortin, le 26 janvier 1869 à Sainte-Anne. À son mariage, Alexis déclare être cultivateur à Kankakee, dans l'état de l'Illinois. Elmire et Alexis eurent six enfants: Herman, Arthur, Alexandre, Laura, Marie-Paule et Victor.

Selon la tradition familiale transmise par Jeanne Murphy, épouse de David Paul Fortin, petit-fils d'Herman, quatre des frères Fortin, dont Alexis et Timothée, auraient fait fortune dans les années 1840 lors de la ruée vers l'or en Californie. Tous étaient de Kankakee. Leurs parents, Timothée et Elisabeth Cloutier, mariés à Iberville, au Québec, en 1831, sont inhumés à Kankakee. La famille Fortin était de la région de Cap Saint-Ignace, au Québec.

Le fils d'Elmire, Herman, était gérant de banque à Salix, Iowa. Il fut ruiné lors de la Grande Dépression des années 1930. Son fils, aussi prénommé Herman, était courtier en bestiaux à Sioux City, Iowa et à Wichita, Kansas. En 2002, le fils de ce dernier Herman, David-Paul, est l'instructeur du club de basketball, les Hornets de la Nouvelle-Orléans, anciennement de Charlotte, en Caroline-du-Sud.

Plusieurs Canadiens français ont émigré vers les états du Mid-West des États-Unis au cours du XIXème siècle1. Nombreux sont les départs depuis les paroisses du Québec en quête de terres agricoles dans le Wisconsin, le Minnesota, l'Ohio et l'Illinois. Les parents d'Alexis, Timothée Fortin et Elisabeth Cloutier sont de ceux-là.

Aussi, il existait une communauté francophone importante dans ce qu'on appelait alors "le pays des Illinois", autour de Bourbonnais et de Kankakee, où habitaient les Fortin. Aujourd'hui, il existe un site historique appelé "le petit Canada" qui rappelle l'histoire des premiers Canadiens français qui se sont établis dans cette région durant les années 1840.

Dans le cimetière de Kamouraska, une pierre tombale rappelle le souvenir d'un prêtre ayant fait du ministère au "pays des Illinois". Originaire de la Côte-du-Sud, le curé Chiniquy, l'apôtre de la tempérance, y occupa aussi une cure avant d'être banni de l'Église catholique.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/mausolee.jpg

Mausolée de la famille d'Elmire Anctil et d'Alexix Fortin

*

Elmire, décédée en 1907, est inhumée dans un mausolée au Mont. Calvary Cemetary de Kankakee. En plus de son mari, Alexis, on y retrouve plusieurs descendants, dont ses filles Laura et Amélia, toutes deux ayant épousées Georges Granger. La dernière personne à y être enterrée fut sa petite-fille, Jeannette Lecour, décédée à l'âge de 101 ans en 1999.

*

PHILOMENE (1847- 1916)

Philomène est née le 19 juillet 1847 et baptisée le lendemain à Sainte-Anne. Ses parrain et marraine sont Frédéric Roy et Scholastique Miville. Son père Jean-Marie est présent au baptême, ce qui était inhabituelle à l'époque.

Comme ses deux soeurs, elle a fréquenté le couvent, probablement celui des Dames de la Congrégation Notre-Dame, situé à Rivière-Ouelle.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/timothee.jpg

Timothée Fortin (1833-1912)

*

Philomène a épousé Timothée Fortin, cultivateur à Kankakee en Illinois. Le mariage a eu lieu à Chicago, le 26 janvier 1872. Timothée était le frère d'Alexis, époux de sa soeur Elmire.

Au recensement de Kankakee de 1880, Philomène et Timothée inscrivent une fille de trois ans, prénommée Rachel. Vers 1896, cette dernière épouse Alexandre Desmarteau à Kankakee. Rachel décède le 29 juin 1910 à Montréal et est inhumée au cimetière Notre-Dame-des-Neiges le 2 juillet suivant. Elle était âgée de 33 ans, 8 mois, 20 jours. Son mari est inhumé au même endroit, le 2 avril 1928. Timothée Fortin avait fait construire l’Hôtel Lafayette à Kankakee en 1901. Cet établissement a été repris par ses petits-fils Desmarteau, d’abord par Charles au début des années 1920, puis par Marc en 1929.

Les deux soeurs, Philomène et Elmire ont donc passé leur vie aux États-Unis. Lorsque leur père Jean-Marie décède en 1879, seuls Philomène et son mari sont présents aux funérailles1. Au décès de leur mère, Mathilde Hudon, quatre ans plus tard, elles ne reviennent pas à Sainte-Anne.

Philomène est inhumée avec son mari dans le Mont. Calvary Cemetary de Kankakee. Seule l'année de son décès, 1916, est inscrite sur la pierre tombale. Comme le veut la tradition aux États-Unis, Philomène porte le nom de son mari. Son nom de fille, Anctil, n'est pas mentionné.

*


JACQUES (1848-1924)

NAISSANCE - MARIAGES - LES ENFANTS - ETABLISSEMENT A SAINTE-ANNE - DEPART DE SAINTE-ANNE - DESCENDANCE


 

NAISSANCE

Jacques est né et baptisé le 22 juillet 1848 à Sainte-Anne. Ses parrain et marraine sont Vallier Potvin et Anastasie Boies. Jacques fréquente l'école du village car, en 1867, il est inscrit au Collège du même endroit1.

 

MARIAGES

Jacques se marie à trois reprises: le 12 février 1872 à Saint-Pascal de Kamouraska avec Exilda Ouellet; le 10 septembre 1883 à Sainte-Anne avec Elise Hudon, veuve de Jean-Baptiste Bois, fille de Aristobule Hudon et de Sara Lévesque; le 12 juillet 1892 à Sainte-Luce de Rimouski avec Célestine Tremblay, fille de Pierre et de Léocadie Bouchard.

Le jour précédant le premier mariage, Jacques et Exilda Ouellet signent un contrat de mariage2. Ils se marient en communauté de biens tant pour les biens actuels que futurs.

Les biens appartenants à Jacques viennent tous de ses parents. Il s'agit d'une terre qu'ils lui ont donnée à Sainte-Anne quelques jours plus tôt; d'un montant de 800$ payable par des annuités de 100$; des animaux, du mobilier et des articles de maison.

En plus, Jean-Marie s'engage à construire une maison de vingt-pieds de large sur vingt-cinq de long d'ici l'été suivant. Aussi, Jacques pourra occuper la moitié des bâtiments de ferme de son père.

Les biens de la future épouse consiste en un montant de 200$ payable par ses parents au cours des huit prochaines années; des animaux, des meubles et des articles de maison.

Jean-Marie et Mathilde s'engagent à garder leur future bru avec eux advenant le décès de leur fils et ce jusqu'au moment où Exilda convolera en secondes noces.

Le contrat de mariage est signé devant le notaire Auguste Martin de Saint-Pascal, lieu de résidence des parents de la future mariée, Thomas Ouellet et Domithilde Dionne. Jacques est accompagné de son père Jean-Marie, de ses frères Barthélémie, Georges et Joseph, les deux premiers avec leurs épouses et de sa soeur Philomène.

Exilda est assistée de ses parents, de ses frères Joseph, François et Thomas, les deux premiers avec leurs épouses, de ses soeurs Eléonore, Philomène, Janes, Adèle, de l'épouse de Joseph Hudon de Saint-Alexandre et de trois oncles.

 

LES ENFANTS

A Jacques et à sa première épouse, nous leur connaissons six enfants et avec sa deuxième femme, six également.

En voici la liste, leurs dates de baptême (B), mariage (M), et sépulture (S), ainsi que les noms de leurs conjoints et de leurs enfants.

Enfants du premier mariage:

1- Joseph, B. 22 mars 1873 (né le 20), Sainte-Anne,

M. Florentine Langlois, 12 juillet 1892, Sainte-Luce de Rimouski,

S. Joseph, 1953, Rouses Point, New York,

Deux enfants: Flavie, Joseph.

2- Elise, B. 5 mars 1875, Sainte-Anne,

S. 29 janvier 1883, Sainte-Anne.

3- Gustave, B. 9 mai 1878, Sainte-Anne,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : http://pages.infinit.net/anctil/jnmat.htg/gustave.jpg

Gustave Anctil (1878 - 1967) et Emérentienne Langlois (1878 - 1964)

*

M. Emerantienne Langlois, 10 novembre 1901, Fall River, Mass,

S. Gustave, 1967, Rouses Point, New York,

Huit enfants: Leo, Henry, Albert, Francis, Lena, Mary Ann, Lucille, Mary Jane.

4- Jean-Marie, B. 12 décembre 1879, Sainte-Anne,

S. 3 septembre 1880, Sainte-Anne.

5- Ludger, B. 1 février 1881, Sainte-Anne,

S. 12 octobre 1882, Sainte-Anne.

6- Alexandre, B. 21 juillet 1882, Sainte-Anne,

S. 26 août 1882, Sainte-Anne.

Enfants du deuxième mariage:

1- Blanche, B. 29 juin 1884, Sainte-Anne,

M. Adhémar Thériault, 28 juillet 1908, Saint-Gabriel de Rimouski,

M. Ignace Lévesque, 29 mars 1921, Saint-Quentin, Nouveau-Brunswick,

S. Blanche, 2 février 1955, Berthierville, au Québec.

2- Nadyre, B. 24 avril 1885, Sainte-Anne.

3- Emma, B. 24 octobre 1886, Sainte-Anne.

4- Aurea, B. 23 juin 1888, Sainte-Anne,

M. Cyprien Ouellet, 1919, Sainte-Antoine-de-Padoue, Rimouski,

S. Auréa (Reine), 26 février 1933, Baie-des-Sables.

5- Vivaldi, B. 26 octobre 1889, Sainte-Anne,

S. 1 novembre 1889, Sainte-Anne.

6- Rosario, B. 26 septembre 1891, Sainte-Flavie, Rimouski,

S. 20 septembre 1891.

 

ETABLISSEMENT A SAINTE-ANNE

Depuis son premier mariage en 1872 jusqu'en 1890, Jacques est cultivateur à Sainte-Anne. A la veille de son premier mariage, avec Exilda Ouellet, il avait reçu de ses parents un premier circuit de terre, sans maison ni bâtiments de ferme3. Ce terrain, rappelons-le, était situé dans le premier rang, entre le fleuve et les terres du Collège.

Dans son contrat de mariage, quelques jours plus tard, son père Jean-Marie s'était engagé à construire une maison. En 1878, suite au décès de sa première épouse, Jacques donne quittance à son père quant à ce dernier engagement4. Il confirme qu'il n'a aucune prétention dans les biens immobiliers de ses parents.

En fait, il semble bien que Jean-Marie n'ait jamais construit de maison pour Jacques. Ainsi, lui et son épouse Mathilde cèdent à leur fils, en 1879, quelques jours avant le décès de Jean-Marie, le bien paternel sur lequel ils ont vécu toute leur vie5. Depuis son mariage en 1872, Jacques et sa jeune famille, aurait tout simplement vécu avec ses parents, en attente de la donation de ce bien.

Cette terre est située dans le premier rang, depuis le fleuve jusqu'à l'équerre de la côte de l'Eglise. Elle comprend maison et bâtiments de ferme. La donation ne comprend pas cependant les biens meubles. Mathilde pourra en disposer selon ses volontés. Aussi, elle se garde le droit d'habiter la maison et de circuler librement sur une partie de la terre donnée.

On sait que, par la suite, Mathilde préférera demeurer en pension chez un voisin et ira terminer ses jours chez sa fille Luce à Rivière-du-Loup.

 

DEPART DE SAINTE-ANNE

Jacques et sa famille quittent Sainte-Anne au début des années 1890. Le 10 février 1890, il vend sa terre de la côte de l'Eglise à Nicolas Ouellet, ferblantier et marchand à Sainte-Anne6. Moins de quatre mois plus tard, Ouellet revend à perte la terre au Collège de Sainte-Anne7. Il l'avait payé 2,800$ et l'a revendu 2,375$.

Il est possible que Ouellet ait servi d'intermédiaire entre Jacques et les autorités du Collège, les relations entre ces deux partis n'étant pas tellement cordiales.

Quatre ans plus tard, le 17 mars 1894, Jacques cède son circuit de terre situé entre le fleuve et les terres du Collège, à son fils Joseph8. Quelques jours plus tard, ce dernier le vend aux autorités du Collège pour la somme de 1,5009.

Cette dernière vente avait été précédée de démêlés quasi judiciaires entre Jacques et les autorités du Collège10.

Jacques quitte Sainte-Anne pour le Bas-du-Fleuve où il s'est remarié une troisième fois, en 1892, avec Célestine Tremblay. Cette dernière année, il habite à Sainte-Flavie, tout comme son fils Joseph. Par la suite, il ne nous a pas été possible de suivre ses allés et venus.

Selon une tradition familiale, Jacques aurait terminé ses jours dans une maison pour personnes âgés à Rivière-du-Loup. Il fut inhumé au cimetière Saint-Patrice de cet endroit, le 4 janvier 1924.

 

DESCENDANCE

Les deux fils de Jacques, Joseph et Gustave, nés du premier mariage, émigreront aux Etats-Unis au tournant du siècle11. Les deux frères, mariés aux deux soeurs Langlois, vivront un certain temps à Fall River, Massachussetts. Puis, Joseph qui était sacristain et son épouse ménagère, suivront leur curé à Tupper Lake et à Rouses Point, New York. Ils s'établiront définitivement à ce dernier endroit. Gustave et son épouse (voir illustration no 20) rejoindront leurs frère et soeur à Rouses Point. Gustave travaillera comme employé de chemin de fer.

De nos jours, plusieurs descendants de Joseph et Gustave habitent cette région située à une soixante de kilomètres au sud de Montréal, dans l'état de New York.

Quant à Blanche et Auréa, nées du deuxième mariage de Jacques, elles ont vécu au Québec, la première étant morte à Berthierville en 1955 et la deuxième à Baie-des-Sables en 1933.

 


Français   *   English

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : jaune