I. ÉLECTROCARDIOGRAMME ECG :

L'ECG n'est qu'un enregistrement de surface de l'activité électrique du cœur, par des électrodes reliées à un 
électrocardiographe qui amplifie le signal électrique. Les téguments se trouvant entre le cœur et les électrodes 
parasitent (certes a minima) ce fameux signal. Ainsi, le tracé électro
cardiographique, bien que reproductible,
n'est qu'une estimation de l'activité électrique générée par le cœur.
Cette limite n'empêche cependant pas l'ECG d'être ce formidable outil diagnostique dont on se sert si
fréquemment aux Urgences, en Cardiologie, en Réanimation, etc.

II. MÉTHODOLOGIE D'INTERPRÉTATION:

     Pour mieux interpréter les arythmies, il faut utiliser:

    Ex: Vous êtes devant un tracé présentant de l'onde P < 0, intervalle PR = 0,14 sec., fréquence 72/ min., les
          complexes QRS sont fins et le rythme est régulier.

                                            
                                                    Illustration de l'analyse d'arythmie
          

III. LES ÉLÉMENTS À ANALYSER :


1. Le siège:

Lorsqu'on parle du rythme cardiaque, on parle du lieu de genèse de l'activité électrique du cœur. On parle de:

  • Arythmie sinusale, lorsque le trouble de rythme
    se situe au niveau du sinus (1). Ex: bradycardie sinusale (1). La décharge de l'impulsion sinusale
    est plus lente que la normale (<60/min.)

  • Arythmie auriculaire: fibrillation auriculaire, l'origine du trouble de rythme vient des oreillettes.

  • Arythmie A-V: tachycardie jonctionnelle (2). La décharge au niveau du noeud A-V est plus rapide que la normale.

  • Arythmie ventriculaire: Flutter ventriculaire (3).
    La vitesse du rythme provenant des ventricules
    est extrêmement rapide.

    
      Sièges:
      1. Noeud sinusal. la fréquence normale
          est entre 60 et 100/ min.
      2. Noeud A-V: fréquence est environ
         40 à 50/min.
      3. Noeud ventriculaire: fréquence est
          environ 20 à 30/ min.
 

2. L'intervalle PR:
L'intervalle PR correspond au délai entre la décharge du noeud sinusal (1), la dépolarisation des oreillettes (2),
du noeud AV et des faisceaux de his (3).

 Normalement l'intervalle PR se situe entre 0,12 sec. 
et 0,20sec.

  • L'intervalle PR<0,12 sec. nous indique que le
    siège se trouve très proche ou même au niveau
    du noeud A-V.

  • L'intervalle PR> 0,20 sec. indique qu'il y a
    anomalie dans la conduction au niveau A-V.
    Ex: Bloc A-V.

    
     Fig 27. Intervalle PR
     


3. Le rythme:
On cherche de la régularité ou non de sa propagation. 
Régularité: espace R-R identique sur tout le tracé, avec
des complexes QRS similaires.
Habituellement, le rythme provenant du nœud sinusal, nœud A-V ou nœud ventriculaire est régulier.

L'irrégularité d'un rythme nous oriente vers certaines arythmies: 
a. Fibrillation auriculaire.
b. Présence des extrasystoles ou
c.Distinguer entre le rythme normal et le rythme anormal.
      ( rythme sinusal et arythmie sinusale)

 


                  Fig 28 Rythme régulier


                 Fig 30 Rythme irrégulier


4. La morphologie des ondes:

La même morphologie des ondes nous indique qu'elles proviennent du même foyer (de la même place).

Elles sont différentes parce qu'elles proviennent des foyers différentes.

  • OndeP: la négativité de l'onde P indique que le siège de l'impulsion électrique se trouve dans les oreillettes ou même au dessous des oreillettes et que les activités électriques part de bas en haut ( sens contraire de la voie conduction normale )

  • Onde QRS: 
    Si elle est fine: la voie de conduction provient de la partie haute ( oreillette ou jonctionnelle)
    Si elle est élargie, supérieure à 0,10 sec: ou bien, la voie de conduction provient de la partie haute et se heurte à une période réfractaire au niveau des branches, ou bien le siège se trouve dans les ventricules.


     Ces 2 complexes ont la même morphologie.
     Ils proviennent d'un même foyer.


 Fig 32

  • Les complexes 1, 2, 3, 4, 6, 7, 8 ont la même morphologie.
    Ils proviennent d'un même foyer.
    QRS étroit provient d'un foyer du noeud sinusal.
  • Le compleze #5 a la morphologie différente.
    Il provient d'un autre foyer, apparemment d'un foyer qui se situe au niveau des ventricules car le complexe QRS est élargi.


5. La fréquence cardiaque ( fréquence ventriculaire):

La fréquence cardiaque normale varie entre 60 et 100 à la minute. 

  • Entre 60 et 100/ min.: normale
     

  • En-dessous de 60 battements par minute, on parle de bradycardie.
     

  • Au-dessus de 100 battements par minute, c'est une tachycardie.
     

  • Plus rapide que 200/minute, on parle de flutter (extrêmement rapide).

 



   Fig 33  Bradycardie sinusale 50/ min.


   Fig 35 Tachycardie sinusale 120/ min.

     

IV. INFORMATIONS SUR E.C.G :  
   

   
E.C.G. nous donne des informations sur:

 

V. AUTRES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES :

    L’échographie-doppler cardiaque transthoracique.

C’est un examen qui étudie le cœur grâce à un système émetteur-récepteur d’ultrasons, totalement indolore et 
sans danger, logé dans une sonde que l’on pose sur la poitrine, d’o
ù le nom d’échographie transthoracique. 
cavités cardiaques en mouvement et l
'ordinateur qui les transcrit en image sur un écran. L’échographie permet 
de voir les cavités cardiaques en mouvement et le doppler d’analyser les flux sanguins, notamment à travers les valves 
cardiaques. Cet examen est très couramment réalisé, quelle que soit la maladie cardiaque suspectée.

L’échographie transoesphagienne.

C’est un examen qui étudie le cœur grâce à un système émetteur-récepteur d’ultrasons, logé dans une sonde introduite 
au fond de la gorge dans l’œsophage sous anesthésie locale. Cela permet d’explorer l’arrière du cœur, qui est au contact 
de l’œsophage et que l’on ne voit pas sur une échographie cardiaque classique. Les ultrasons sont traités par un ordinateur 
qui les transcrit en image sur un écran. Cet examen est réalisé en complément d
'échographie cardiaque trans-thoracique 
pour étudier les valves du cœur (notamment la valve mitrale), l’aorte et les oreillettes.

Électro physiologie EPS:

But: utiliser dans le but de diagnostique et thérapeutique.

 

VI. MOYENS DE TRAITEMENT :  

  1. Certaines arythmies ne nécessitent pas de traitement. Ex. arythmie sinusale. Souvent, elle disparaît toute seule.

  2. D'autres arythmie nécessitent de traitement médicamenteux.

  3. Lorsque le traitement médicamenteux est inefficace, on peut recourir à d'autres traitements invasifs, tels que:
        a. le pace maker
        b. l'Over drive: la stimulation par sonde au niveau des oreillettes ou au niveau des ventriculaires
        c. la cardioversion: choc électrique synchronisé
        d. choc électrique non synchronisé.

       

VII. TRACÉ D'E.C.G. INHABITUEL :  

Sur une bande de rythme, il se peut que vous ayez des tracés qui ne sont pas habituels. 

Devant une bande de rythme inhabituel, avant de confirmer qu'il s'agit d'une arythmie, s'assurer qu'il ne s'agit pas des tracés
causées par des interférences. Voici quelques exemples:

TRACÉ CAUSES POSSIBLES MOYENS DE CORRECTION

Tracé déchiqueté ou épaissi.
 

Ref: Atlas des soins: Soins en cardiologie

1. Interférence électrique;

2. Mise en place incorrect
    des électrodes;


3. Fils de raccordement
   cassés
4. Mise à terre incorrecte de l'appareil d'ECG.
1. Débrancher les appareils électriques dans
    la chambre. Ex: lit électrique, pompes,...
2. Remplacer les électrodes dans la région
    charnue et ferme:
    - raser les poils si nécessaire;
    - éviter les sailleis osseuses;
3. Vérifier les fils des électrodes;

4. S'assurer qu'un fil de mise à terre soit
    relié à une surface métallique.
 

Tracé avec déflexions irrégulières: artéfact ou interférence du tracé.



 


1. Patient bouge,
   
2. Court circuit électrique
    sur le câble;
3. Mise en place incorrecte
    des électrodes;
4. Mauvaise connexion entre
   l'électrode et le câble.

1. Aucune.

2. Remplacer l'équipement défectueux;

3. Vérifier l'emplacement des électrodes;

4. Vérifier le contact entre les électrodes
    et le câble et les remplacer si
    nécessaire.

Ligne de base ondulée.


 


1. Interférence avec des pompes,
    le lit électrique, etc.

2. tremblement musculaire;

3. Interférence électrostatique
     provenant des vêtements ou
    diminution d'humidité de
    la chambre;
 


1. Débrancher les pompes, le lit.
 

2. Conseiller au patient de se détendre;

3. Recouvrir le patient avec un linge en
 coton;

Ligne isoélectrique


Ref: Atlas des soins: Soins en cardiologie


1. Asystolie.

2. Mauvaise contact du câble: câble débranché

1. Aller voir le patient pour s'assurer qu'il 
    ne s'agit pas d'une asystolie;
2. Rebrancher le câble.

Ref: Atlas des soins: Soins en cardiologie