Tout ce qu'il faut savoir sur Momo de Sinro



On dira ce qu'on voudra des surnoms et des abréviations, ils sont quand même très commodes, sinon on ne les aurait pas inventés.
Par exemple, rien ne nous empêcherait d'écrire au long:
Maurice Monette habite à Saint-Romain-des-Champs et sa mère travaille au magasin de la Société coopérative agricole de Saint-Romain-des-Champs.
Mais on peut dire la même chose en beaucoup moins de lignes:
Momo habite à Sinro et sa mère travaille à la Coop.
Ça se lit bien plus vite. Ça ménage l'encre et le papier. Et vous comprenez tout parce que vous n'avez qu'à comparer la deuxième version à la première pour apprendre que Momo est le surnom de Maurice Monette, Sinro l'abréviation de Saint-Romain, et ainsi de suite.
Cela n'empêche pas Momo de détester son surnom. Mais il se console en pensant à celui de Noël Normandin, qui est dans la même classe que lui à l'école de Saint-Romain-des-Champs.
Sinro, puisque c'est ainsi que nous allons l'appeler désormais, est un beau petit village tranquille, sur le bord de la rivière Saint-Romain qui, elle, ne s'abrège pas: on dit toujours la Saint-Romain , jamais la Sinro . Pourquoi? Parce que c'est comme ça. Ou parce que la Saint-Romain , ce n'est pas tellement long, et ça n'est peut-être pas la peine de raccourcir son nom pour lui enlever une misérable petite syllabe de rien du tout.
Momo vit avec sa mère, Lucie, qui déteste qu'on l'appelle par son surnom de Lulu. Alors, on va lui faire plaisir: on va l'appeler Lucie. De toute façon, ça non plus, ça n'est pas vraiment plus long: une toute petite lettre supplémentaire.
Lucie travaille, vous l'avez lu, à la Coop de Sinro, un magasin qui ressemble tout à fait à une quincaillerie une fois qu'on est entré dedans, sauf que c'est écrit Coop au-dessus de la porte avant qu'on entre.
Le père de Momo? Disons simplement qu'il n'est pas là, et que personne ne s'en plaint à haute voix. Mais quand il téléphone, ça fait plaisir à Momo. Et à Lucie aussi, même si elle ne le dit jamais.
Voilà, vous savez tout ce qu'il y a à savoir sur Momo de Sinro. Tout, sauf qu'il a une passion pour les patins à roues alignées, qu'on appelle des rollerblades en anglais et parfois en France aussi, mais la mère de Momo préfère les appeler des patins à roues alignées, parce que ça a l'air plus français.
Pourquoi Momo aime-t-il tellement les patins à roues alignées? C'est évident: parce qu'il n'en a pas. Souvent, les choses qu'on n'a pas sont celles qui nous font le plus envie. Et c'est bien dommage parce qu'il y a sûrement, parmi les choses qu'on a, des tas de choses qu'on aimerait peut-être plus si on ne les avait pas.
La semaine dernière, avant le début des vacances d'été, Momo a demandé à sa mère s'il ne pourrait pas avoir une paire de patins à roues alignées, justement parce que les vacances approchaient.
-- Tous mes amis en ont, a-t-il dit en n'exagérant presque pas.
-- C'est trop cher, a protesté Lucie sans se donner la peine de lui demander combien ça coûterait. Pourquoi tu ne travailles pas un peu? L'été commence. Tu pourrais tondre des pelouses ou désherber des plates-bandes.
Momo n'a rien répondu. Une bonne paire de patins à roues alignées, ça peut aller chercher dans les cent cinquante dollars. Il est incapable d'imaginer combien de pelouses il devrait tondre et combien de fois il devrait les tondre pour accumuler tant d'argent.
Ce matin, Momo est enfin en vacances. Des grandes vacances qui s'annoncent bien tristes et presque trop longues sans patins à roues alignées. Il a le temps de lire L'Écho de Bougainville , le journal de la ville voisine. Et tout à coup Momo sent son c ur battre devant l'annonce du magasin Sport Atout. Il pourrait s'acheter des patins à roues alignées s'il avait seulement quatre-vingt-dix-neuf dollars et quatre-vingt-dix-neuf! Et ce ne sont pas n'importe quels patins. Ce sont des SupaRollas. Des SupaRollas à moins de cent dollars, ça ne se voit pas tous les jours. Ça ne s'est jamais vu. Le seul problème, c'est que Momo n'a même pas, dans son compte à la Caisse pop de Sinro, de quoi payer les lacets.
Justement, Lucie passe derrière lui pour se rendre à la salle de bains.
-- Maman, as-tu vu les patins au Sport Atout? Des SupaRollas pour moins de cent dollars. En plus, cette semaine, ils font cadeau de la taxe pour fêter le début des vacances.
-- Tu devrais aller faire le tour des voisins pour leur offrir de tondre leur pelouse, réplique Lucie sans se donner la peine de regarder l'annonce. Je suis sûre que monsieur Pacossi te prendrait pour désherber ses plates-bandes. Il m'a encore dit l'autre jour comme il détestait ça. Surtout qu'il paraît qu'avec ses problèmes de vue, il a de la misère à distinguer les mauvaises herbes des bonnes.
Momo hausse les épaules. Bien sûr qu'il a pensé à travailler pour gagner des sous. Le problème, c'est que s'il passe l'été à arracher des mauvaises herbes, il va finir par avoir assez d'argent pour acheter ses SupaRollas... mais seulement au mois d'août, quand il sera trop tard pour se promener sur des patins à roues alignées pendant tout l'été. Il espère seulement que sa mère n'ajoutera pas ce qu'elle va justement ajouter:
-- Si tu avais déneigé les entrées de garage des voisins cet hiver, comme je t'ai dit en novembre, tu les aurais depuis longtemps, tes patins.
Il fait comme s'il n'avait pas entendu, tandis que Lucie ferme la porte de la salle de bains.
Momo n'est pas paresseux. Ou s'il est un peu paresseux, c'est comme tous les garçons de son âge. Il est prêt à travailler, mais à condition d'être assez payé pour se payer vite quelque chose dont il a envie tout de suite. Des patins à roues alignées SupaRollas, par exemple, en ce début de vacances.
D'ailleurs, les adultes aussi sont presque tous comme ça. Allez dire aux employés de toutes les entreprises du monde industrialisé qu'à compter de demain ils ne recevront qu'un salaire ridicule, insuffisant pour se payer une auto ou des vacances, et vous allez voir le monde industrialisé tout entier sombrer dans la paresse.
Donc, Momo n'est pas vraiment paresseux. Il a seulement, comme tout le monde, besoin d'une bonne raison pour travailler. Et il se trouve devant un cas évident de papadoxe. Mademoiselle Beaulé, sa maîtresse, a expliqué ce qu'est un papadoxe: c'est quelque chose qui a du bon sens, mais qui a l'air de ne pas en avoir. Non, c'est pas un papadoxe, se rappelle Momo: c'est un paradoxe.
En tout cas, il n'y a pas plus paradoxal que sa situation, qui est celle de beaucoup de garçons et de filles de son âge: ou bien il travaille pour se payer des loisirs et alors il n'aura pas le temps d'en profiter; ou bien il se paye du bon temps, mais dans ce cas il n'aura pas d'argent pour s'amuser.