ARMOIRIES OU LOGOS


par Daniel Cogné et John J. Kennedy

Membres associés de l'Académie internationale d'héraldique
Malgré l'établissement de l'Autorité héraldique, la vogue des logotypes auprès des villes et des institutions publiques ne cesse de s'accroître. Plusieurs y voient d'ailleurs un phénomène social et culturel semblable à celui qui s'est développé au début du XIle siècle avec la création des premières arrnoiries. Ce rapprochement est saisissant!

Mais que reproche-t-on à l'héraldique? Pour plusieurs experts en communication visuelle, les armoiries sont démodées et souvent ésotériques. Leur facture compliquée et peu accessible au citoyen ordinaire ne leur permettrait pas de remplir leur rôle de marques d 'identification dans une société où la rapidité et l'efficacité des communications sont de mise. Les hérald istes scandinaves ont essayé avec succès, semble-t-il de faire face à ce problème en imaginant des armoiries simples, habituellement formées d'un meuble unique et colorées d'un émail et d'un métal. Les ornements extérieurs de l'écu, souvent surchargés et compliqués à l'excès, ont été supprimés. Ce retour à la sobriété de l'héraldique médiévale est fort bien venu. I1 permet à ces héraldistes européens d'affronter avec succès la concurrence des concepteurs de logos auprès des conseils municipaux. Espérons que nos héraldistes sauront tirer les leçons de ces expériences avant qu'il ne soit trop tard.

Ne soyons pas naïfs! La création de logos correspond à un besoin actuel qui s'accorde parfaitement avec notre société et ne saurait disparaître malgré tous nos efforts. Seule une héraldique originale, voire audacieuse, pourra cheminer efficacement aux côtés des créations graphiques contemporaines. L'avenir nous dira si les héraldistes canadiens sauront relever le défi et convaincre les dirigeants de nos collectivités qu'une héraldique renouvelée peut jouer un rôle important dans la société du XXIe siècle.


(Référence : L'héraldique au Canada/Heraldry in Canada, décembre 1992)


HeraldicAmerica Forum