Évaluation d'équipement

Mes oculaires

Je vous présente ma collection actuelle :
1.Meade série 5000, SWA 34mm (2 pouces); 2.Baader, Hyperion 17mm; 2.a Baader, anneau focal 28mm; 3.SkyWatcher, Super Plössl 25mm; 4.Meade série 4000, Super Plössl 12,4mm; 5.University Optic, orthoscopique HD 9mm; 6.SkyWatcher, UW66 6mm; 7.AstroTech/TMB Optical, Planetary II 6mm

Commençons donc par le début : les Plössl! C’est un concept déjà âgé (1860) basé sur 4 éléments en 2 groupes, ayant la réputation d’être versatile avec peu d’aberration, bon pour tout usage et abordable. Je préfère les vrais Plössl aux modèles modifiés plus récents, qui peuvent être n’importe quoi au fond; j’en ai vu qui contenaient jusqu’à 7 éléments! Quand un concept est "trop" adapté ou modifié, il devrait simplement porter un autre nom.


Super Plössl

À ma connaissance, le terme "Super" Plössl ne représente pas un concept différent d’un Plössl normal, outre un ou deux détails mineurs… J’ai des exemplaires de 3 manufacturiers différents : un Meade 4000 de 12,4mm, un SkyWatcher de 25mm et un Antares de 32mm (que je n'ai plus : vendu). La réputation de la série 4000 de Meade n’est plus à faire, étant devenue une sorte de classique dans le monde de l’astronomie amateur. Pour les Super Plössl SkyWatcher et Antares, la version officieuse est qu’ils sont identiques à ceux de la série 4000. Bien que la différence de longueur focale entre ceux que je possède ne me permet pas de les comparer équitablement, ils semblent performer de façon similaire mais pas à tous les niveaux. De plus, l’anti-reflet est de couleur différente sur chacun, donc à coup sûr on ne parle pas d’oculaires identiques…

Le 32mm donne le plus grand champ de vision réel d’entre eux : presque 1,4° de ciel avec mon Dobson de 1200mm de longueur focale! Ça m’aide à trouver des objets sombres, invisibles dans le chercheur, ou simplement à explorer le merveilleux domaine de la Voie Lactée. Il révèle par contre des effets de mortaise qui le rendent assez désagréable et la bonnette de caoutchouc n’aide pas à positionner l’oeil au bon endroit. Des 3, il est aussi celui qui semble le moins bien s’adapter à un télescope plus ouvert (f/6 ou moins). Le Meade quand à lui révèle quelques réflexions internes excessives, probablement dues au diaphragme fait d’un plastique très réfléchissant… Tous ont un léger astigmatisme en périphérie, mais un contraste raisonnable; des 3, le Antares semble avoir le moins bon contraste. Excepté pour le SkyWatcher, ils sont fournis dans un contenant hexagonal en plastique pour une protection accrue.

Ces Plössl ne sont apparemment pas aussi bons que ceux offerts par TeleVue ou Clavé, ce dont je ne doute pas, mais ils n’en demeurent pas moins de bons oculaires tout usage pour des télescopes plus "fermés" (f/7 et plus) et beaucoup plus abordables. Recommandés!


SkyWatcher, Plössl

J’ai fait l’acquisition de ce Plössl de 17mm peu après avoir reçu mon Newton 114mm. Il fut une bonne amélioration par rapport aux Kellner fournis avec le télescope et remplit un vide entre les différents facteurs d’agrandissement que j’obtenais. Je ne m’en sers plus (vendu). Il est affligé d’aberrations évidentes couvrant environ 20 à 25% du champ de vision en périphérie, qui ne mesure que 47° au lieu des 50° annoncés par le fabricant. Le contraste y est pas mal (les objets profonds sont assez visibles), bon dégagement de l’oeil mais accompagné d’un léger effet de mortaise. Puisque d’autres marques de Plössl sont moins dispendieuses ou ont un meilleur rapport qualité/prix, je me dois de classer celui-ci parmi les non-recommandés.


Après les Plössl…

University Optic, orthoscopique HD (discontinué )

Cet oculaire est, dit le plus simplement possible, une véritable perle! Il est très net jusqu’à l’extrême limite de la périphérie et offre un très bon contraste, même avec les objets profonds. Très léger, il offre un dégagement de l’oeil tout juste suffisant (certains le trouveront trop court) et sans aucun effet de mortaise. Il est presque trop bon pour les petits télescopes, dont les détails visibles sont limités par la taille de l'ouverture de toute façon. Il offre la meilleure vue de Jupiter de tous mes oculaires : les bandes nuageuses y sont mieux définies, on y voit plus de nuance et de détails. Lors des soirées particulièrement claires, j’ai même l’impression de voir le tourbillon dans le "Great Red Spot"! Aucune étoile double ne semble représenter un défi (les turbulences et autres phénomènes similaires limitent la résolution bien avant cet oculaire) et les couleurs y sont les plus vibrantes parmi les oculaires que je possède. Il faut bien sûr noter un champ de vision plutôt restreint d'environ 45°, petit comparé aux oculaires produits ces dernières années.

La version "HD" représente une amélioration au modèle précédent, l’orthoscopique Abbe (qui était déjà excellent), en offrant principalement un meilleur traitement anti-reflet, un baril rainuré et une bonnette en caoutchouc (bien que le mien n’en avait pas; un oublie de U.O?) J’ai cet oculaire en longueur focale de 9mm seulement car mon besoin est surtout à moyenne-haute puissance (utilisé seul ou avec la Barlow). Il est fabriqué au Japon, ce qui en soit est une marque de qualité supérieure. Et il est également abordable : environ 90$! J’ai lu que Zeiss, Pentax et un ou deux autres fabricants offraient des orthoscopiques de meilleures qualité que les HD, mais à un prix allant de 2 à 9 fois supérieur!!! Et les différences étaient si subtiles, on pouvait sentir l’auteur de l’article "travailler" pour prouver son point : observations dans des conditions très spécifiques, sur plusieurs jours, hésitant souvent ("Certaines nuits, je ne pouvais même plus dire quel oculaire était sur le télescope"), etc… Hautement recommandé!


Astro-Tech/TMB Optical, Planetary II

J’ai essayé la version 6mm seulement. Mon but avec cet oculaire était d’avoir une alternative à l’orthoscopique pour l’observation planétaire à haut facteur d’agrandissement (un orthoscopique de 6mm a un dégagement de l’oeil très, très petit).

J’ai d'abord pensé à retourner cet oculaire pour un crédit tellement il y avait d’aberrations lorsqu’utilisé avec mon Dobson f/6 : une distortion sphérique importante (effet de lentille "fish eye"), courbure de champ, beaucoup de coma; au moins 25% de la surface était carrément inutilisable! Est-ce que j'en attendais trop d'un oculaire à 65$? Puisque toutes les sources sur Internet parle en bien des TMB, je me suis fié à une intuition et j'ai démonté l'oculaire; il y a 3 groupes de lentilles, semblable à un concept Konig II. Mais si c'est le cas, alors le groupe central était en position inversée... Je l'ai retourné et vérifié le résultat : beaucoup mieux! Non, je n'ai pas un oculaire parfait, il y a encore un peu de distortion et de coma (ou peut-être de l'astigmatisme), mais au moins là il est utilisable, surtout en planétaire (où la périphérie de l'oculaire est moins sollicitée). Je dirais que l'image est de qualité équivalente à un bon Plössl avec un champ de vision plus large (58°) et surtout un dégagment de l'oeil plus long. Avec une bonnette ajustable en caoutchouc, cet oculaire est très confortable; je croie même qu'un facteur important qui en fait un préféré parmi ceux qui en ont un est justement ce grand confort, cette aisance qu'il procure à l'observation. Et à 65$, je dis recommandé!


LMDA (Synta), Kellner

Ces oculaires étaient fournis avec mon Newton LMDA en longueur focale de 10mm et 25mm, et auraient tout aussi bien pu rester sur le plancher de l’usine. Oui, ils m’ont rendu service quelques temps, surtout qu’à l’époque j’habitais à la campagne (de bonnes conditions compensent pour tellement de choses!) Ils sont très légers, terriblement économiques et comme la majorité des oculaires, ils sont assez nets sur l’axe. Mais voilà tout le bien qu’on peut en dire. Celui de puissance moyenne (10mm) est mieux, affichant moins de la moitié des problèmes de son grand frère qui lui possède TOUTES les aberrations connues! Mais ils ont tout de même un avantage : vous n’aurez aucun regret si vous deviez en échapper un sur le sol par mégarde. Donc idéals pour les enfants! Ai-je besoin d’en dire plus? Non recommandé.


Puis arrivent les "grands angles"...

TeleVue, Panoptic

Ce Panoptic 15mm de TeleVue n’est même pas le mien; j’avais l’habitude de l’emprunter d’un ami (c’est son seul bon oculaire!), mais j’utilise maintenant l’Hyperion (voir Baader, Hyperion plus bas). On peut résumer cette pièce en un seul mot : fantastique! Il a un excellent contraste, un large champ impeccable d’une extrémité à l’autre, aucune aberration et un bon dégagement de l’oeil. Il est plutôt petit pour un grand angle mais tout de même assez lourd. Je ne sais pas si je débourserais les 275$ demandés pour l’acquérir, mais c’est un oculaire splendide. Hautement recommandé!

Baader, Hyperion

Deuxième dans la catégorie dans grands angles vient le Hyperion 17mm de Baader. Si l’on se fie à sa forme et sa grosseur, on croirait tenir une grenade! Il est utilisable dans les portes-oculaires de 1,25 ou 2 pouces. Le champ est presque plat, un peu de courbure à la limite de la périphérie (un peu plus sur un f/6). Les couleurs sont correctement rendues, peut-être un peu "chaudes"; bon contraste. Les détails sur Jupiter par exemple sont bien rendus et les doubles sont facilement séparées (plusieurs d’entre elles étant près de la limite optique de mon télescope). Il souffre un peu d’effet de mortaise, mais la bonnette aide à placer l’oeil juste au bon endroit.

Une de ses particularités uniques (je croie) est la conception "modulaire" : des anneaux d’ajustement focal peuvent être insérés entre le premier groupe de lentilles et les suivants, permettant ainsi de changer la longueur focale de l'oculaire. Par exemple, ce 17mm peut être transformé en un 13,1mm ou un 10,8mm en ajoutant l’anneau de 14mm ou celui de 28mm (environ 15$ chacun). En ajoutant les 2, on obtient un 9,2mm! La première photo ci-contre montre le Hyperion 17mm seul, la deuxième le montre avec l'anneau focal de 28mm. Le champ apparent ("aFOV") semble prendre des proportions énormes avec ces anneaux focaux en place (?) De plus, on peut enlever le premier groupe de lentilles et il devient alors un 21,8mm; mais dans ce cas, il n’est utilisable qu’en version 2 pouces et beaucoup d’aberrations apparaissent. Il n’est de toute évidence pas fait pour être utilisé ainsi.

Il semble que les Stratus d’Orion soient de la même famille que les Hyperion, mais avec suffisamment de petites différences pour en faire des pièces moins intéressantes et de moins grande valeur; les Stratus sont pourtant plus dispendieux… Hyperion : recommandé!


Meade série 5000, SWA (discontinué )

Voici LE gros oculaire de ma collection! Un 34mm au coulant de 2 pouces qui, avec ses 68° de champ apparent, m’offre presque 2° complets de champ réel avec le Dobson de 1200mm de longueur focale! Une pièce magnifique mais très large et lourde, même pour un 2 pouces…

Le contraste est bon, montrant les nébuleuses aussi bien sinon mieux que mes autres oculaires. L’image est plutôt nette, précise. Je détecte une légère courbure de champ et un peu d'astigmatisme débutant à environ 25% de la périphérie. Je constate aussi un peu de pincement d'image ("pin cushion", l'inverse de l'effet globe ou "fish eye"), mais surtout lorsque je bouge le télescope pour faire un balayage d'un secteur du ciel; sinon, c'est à peine perceptible. La bonnette s’ajuste bien et reste en place, aidant à éliminer tout effet de mortaise. Il en résulte un oculaire "confortable" à l'usage!

Il est très plaisant d'observer des groupes d'objets d'un seul coup d'oeil avec le large champ résultant de cet oculaire. Exemples : les trois galaxies d'Andromède, soit M31, M32 et M110; ou dans la Grande Ourse : M81, M82 et NGC3077. De beaux spectacles pour l'amateur du ciel profond! Combiné à un filtre linéaire OIII, les nébuleuses se détachent facilement, surtout les plus larges comme NGC7000 (North America) ou le trio qui forme la nébuleuse du Voile (6960, 6992 et 6995).

Malgré cela, compte tenu de sa taille, son poids et de légères abberations, je dirais que cet oculaire est recommandé, avec précautions.

SkyWatcher, UltraWide-66

Pour terminer le groupe des grands angles, le UltraWide 6mm de SkyWatcher. Bien sur, nous ne sommes pas ici dans la même ligue que les précédents, mais il est tout de même digne de mention. Tout d’abord, le mien dévoile un champ de vision apparent de 72° au lieu de 66° comme mentionné par le fabricant! Il est très abordable et léger pour un oculaire à grande puissance et grand angle. Mais il a un gros problème d’effet de mortaise, ce qui rend le positionnement de l'oeil difficile. Il y a un peu de dispersion de couleur ainsi qu’un peu d’astigmatisme, tout deux environ 10% en périphérie (donc les 6° supplémentaires du champ de vision ne servent pas à grand chose), et il ne semble pas aussi net que mes autres oculaires. Exemple : les détails sont plus distincts en utilisant le Meade SP 12,4mm sur la Barlow Celestron (i.e. 6,2mm). Mais pour un oculaire "petit budget" offrant grand angle et long dégagement de l’oeil (ce qui est le cas), il est plutôt surprenant. Les Expanse Wide Field d’Orion sont les jumeaux des UltraWide, donc si vous avez accès aux deux, achetez les moins dispendieux. Recommandé, avec précautions!


Mes télescopes

Mes filtres et accessoires

Retour à Évaluation d'équipement