Spiritualité

Itinéraire des Exercices pauliniens

Du baptême de Jésus au mercredi des cendres

La Sainte Messe est le renouvellement du Sacrifice de la croix

 


…En parlant du vaste thème de l'Eucharistie, le Fondateur, après nous avoir invités à vivre intensément le rite de la Communion avec la préparation "complète" de toute la personne - préparation de l'intelligence, de la volonté et du cœur - présente plus amplement le thème de la Sainte Messe.

La Sainte Messe (DF 76)

1) Est le renouvellement du Sacrifice de la croix sur nos autels, sans effusion de sang, pour adorer, rendre grâce, réparer, prier Dieu, notre Père, en Jésus Christ et par Jésus Christ.
2) Elle a des fruits généraux, particuliers, très spéciaux. Elle est le centre et le principal acte de culte. Elle est le centre et la pratique de piété principale. Elle est sainte et salutaire: la ressentir souvent, y participer entièrement en faisant la Sainte Communion.
3) Il y a de nombreuses méthodes pour y assister… Nous suggérons: a) du commencement jusqu'à l'Évangile, honorer Jésus Vérité en méditant et en mettant en pratique la doctrine sacrée, spécialement l'Épitre et l'Évangile. b) de l'Évangile au Notre Père, honorer Jésus, Voie vers le Père, spécialement dans la Passion et la prière. c) du Notre Père jusqu'à la fin, honorer Jésus Vie de l'âme, avec la Communion et avec la grâce sanctifiante et médicinale.

…Les aspects sur lesquels don Alberione rappelle ici notre attention sont essentiels par rapport au Sacrifice eucharistique: il est "le renouvellement du Sacrifice de la croix, sur nos autels sans effusion de sang". Les fins pour lesquelles il s'accomplit sont: "adorer, remercier, réparer, prier, en Jésus Christ et par Jésus Christ, Dieu notre Père". Le Fondateur veut surtout insister sur la méthode vérité-voie-vie, en demeurant bien en syntonie avec le déroulement de la Messe: liturgie de la Parole (vérité), liturgie eucharistique (voie), rites de la communion (vie).

Don Alberione a dédié une considération maximale à la sainte Messe, dans la célébration personnelle comme dans la prédication. Sans doute que les pages les plus lumineuses à cet égard sont celles que nous trouvons dans le deuxième volume Ut perfectus sit homo UPS p.25-36. Voici quelques pierres précieuses: "La Messe soleil de la piété, reine des dévotions, source de l'eau vive et des grâces que les sacrements communiquent. La Messe est la prière de suffrage la plus efficace pour le purgatoire. La Messe lumière, sacrifice, greffe de l'huile précieuse d'un olivier sauvage qu'est l'homme pécheur. La Messe, gloire du prêtre, force des martyrs, aliment des vierges, puissance secrète de l'apôtre, de l'écrivain, du prédicateur, la joie du vrai chrétien. La Messe éternelle célébrée par le Pontife Souverain au ciel glorifie Dieu et donne le bonheur aux Bienheureux". Et encore: "La Messe, Sacrifice de Jésus Christ qui s'offre de nouveau comme Homme-Dieu en adoration, louange et remerciement… La Messe, Sacrifice de la Communauté et de notre Famille. Elle a aussi des péchés à expier, des grâces à obtenir. Elle doit également rendre gloire à Dieu et porter la paix aux hommes à travers l'apostolat… La Messe, Sacrifice du Religieux. Le religieux renouvelle l'offrande de lui-même en offrant sa volonté conformée au vouloir divin; et dans le Christ, il sera une hostie, en attendant la gloire… La Messe, Sacrifice du prêtre. Il apprend à quel point il doit aimer les âmes… La Messe, Sacrifice du paradis, du purgatoire, de l'Église. La Messe réjouit tout le ciel et obtient les prières des saints et des anges…".

Par conséquent, l'orientation pour vivre les exercices "pauliniens" en cette période pourrait être:

¢ Fidèle à la consigne du Fondateur qui m'invite à apporter chaque sollicitude (DF 40) à la célébration eucharistique, je veux répondre à cet appel en étant particulièrement attentive à la préparation de la célébration en demandant à Marie de disposer toutes mes facultés à la rencontre du Maître dans l'Eucharistie, et le remerciement à la fin de la Messe, en m'arrêtant quelques instants en adoration silencieuse de Jésus-vivant en moi.

[D'une lettre de Divo Barsotti à une consacrée]. "Laisse-toi mûrir par Dieu avec le temps! Aie une confiance plus humble et sereine. Comme créature et plus encore comme fille de Dieu, n'es-tu pas dans les mains du Père? Nous ne devons pas trop découvrir les racines - la plante en souffre. Davantage d'abandon, de foi et d'humilité. Dieu t'aime beaucoup plus que tu t'aimes toi-même. Si tu peux, participe un peu plus à la vie sacramentelle. Ne multiplie pas trop les initiatives. Mais tu dois aller de l'avant avec celles que tu as déjà prises. Ne perd pas la relation avec Dieu - et Dieu, tu ne dois pas le chercher tellement au-dehors mais dans le centre le plus intime. N'est-ce pas Lui ton Créateur, l'origine première de ta vie, de ton être? Que ta prière soit moins fébrile, qu'elle devienne de plus en plus une attention simple et pure à la Présence. […] Que le Christ nous prenne et nous possède de plus en plus".

…En souhaitant que notre recherche du Christ Jésus soit de plus en plus orientée à nous laisser aimer d'un amour gratuit, engageant et total.

En communion profonde. Don Guido.