Spiritualité

Itinéraire des Exercices pauliniens

Mois de septembre-octobre 2020

Vertu: "la perfection de la volonté qui finit d'incliner au bien
per une longue répetition des actes" (DF 81-82)


…Au moins dans notre hemisphère, le mois de septembre marque la pleine reprise des activités ecclésiales, sociales, communautaires. Nous sommes encore entourés des conséquences dramatiques de la Covid 19 et nous confions le future au Seigneur pour qu'il puisse être plus lumineux et serein même si nous n'avons jamais abandonné le travail spirituel, en ce début apostolique, nous voulons donner une impulsion nouvelle et décisive à notre cheminement. Nous sommes toujours sous l'aimable direction de notre Fondateur, dans la section du DF intitulée "Moyens de grâce". Après avoir parlé des sacrements et de la vie de prière, en cette année qu'il nous donne de vivre, don Alberione nous achemine vers la considération de la vertu en général, de la fuite des occasions et des états de vie. Accueillons avant tout la synthèse, brève mais intense, sur le thème de la vertu en général.

Vertù
1. La perfection de la volonté est la vertu qui finit par incliner au bien à travers une longue répétition des actes. Il y a quattre vertus naturelles: prudence, justice, force tempérance; trois théologales: foi, espérance, charité; douze vertus morales.

2. La perfection de la volonté est aussi importante que la perfection de l'intelligence. Les vertus s'acquièrent par voie surnaturelle, avec la prière, les Sacrements, les dons de l'Esprit Saint; par voie naturelle, avec la pratique (répétition des actes) jusqu'à parvenir à agir avec promptitude, facilité et de bon gré.

3. Comment les acquerir: a) une à la fois, généralement; b) de tout coeur, en prenant tous les moyens.

C'est évident. Que don Alberione résume ici les éléments fondamentaux de la vertu en elle même. La définition clasique de vertu est: "l' "habitude" de fare le bien, acquise en répetant des actes bons. Le Fondateur lie ce concept à "la perfection de la volonté", en tant que, si elle est constantemment tendue vers le bien, elle est portée à la vertu. Dans ce but, elle nous invite à être "fervant dans la sanctification personelle, attentif à la vie intérieure, à l'acquisition de la vertu, à la ferveur dans la Communion, la Messe, l'Adoration. La sanctification personnelle est la chose la plus importante, absolument nécessaire".

Cette application à travailler sur soi-même se traduit ensuite dans l'exercise de l'apostolat; en nous rappelant qu'il ne suffit pas d'éclairer et d'instruire lespersonnes, le Fondateur précise; "qu'il est nécessaire aussi de mouvoir la volonté" leur volonté, de stimuler leur coeur et de s'éprendre de la pratique de la vertu. Pour tout cela, la grâce est indispensable; on l'obtient par la prière, les mortifications et les sacrifices. Sans cela, la grâce ne pourrà pas passer de l'Apôtre de la Presse aux âmes. Une autre chose nécessaire pour être efficace, c'est de pratiquer nous-mêmes ce que nousvoulons enseigner aux autres. Ëtre les premiers à cheminer. C'est précisément cette croissance et ce progrés dans la vertu qu'il invoquait du Seigneur comme souhait au début de l'an 1947: "Je prie pour qu'en cette année, vous ayez les bénédictions de Dieu, à chaque jour, pour les 365 jours de l'année, et que ces bénédictions servent à l'accroissement de la vertu. Soyez constants: un petit pas à chaque jour! Si vous faites cela, à lafin de l'année, vous aurez fait 365 pas, donc, un bon bout de chemin, n'est-ce pas?

Par conséquent, l'orientation pour vivre les exercises "pauliniens" en cette période pourrait être:
Convaincu /e que, selon le Catéchisme de l'Église Catholique, la vertu est "disposition habituelle et ferme à faire le bien" (CEC 1803), au cours de ces deux mois, je veillerai à mettre en acte une plus grande fidélité au project spirituel. En particulier, pour être "fervent" dans la pratique de la vertu, comme mon Fondateur je désire, chaque jour, j'engagerai la volonté avec une petite résolution, bien définie, et je serai très attentif à la mettre en pratique, je m'exminerai, à chaque soir.


"Entre l'imagination qui dit: "Je peux tout essayer" et la volonté qui dit: "Tout est possible, mais tout n'est pas bien (pour l'autre et pour soi-même) "on arrive à installer une sourde discorde. L'acte de la promesse transforme vraiment cette discorde en concorde fragile: "Je peux tout essayer", certainement, mais "ici, je m'arrête"".

La croissance dans la vertu et dans la fidélité exige de choisir qui devenir! Nous pouvons faire beaucoup dans la direction du bien, de la charité, de la vie évangélique. De même, pouvons-nous faire dans la direction de l'égoisme, de l'individualisme, de l'absence de Dieu dans notre quotidien (nous souvenant que ce ne sont pas seulement les prières qui font la différence, mais la vie de Jésus en nous qui devient prière!). Le choix et dans nos mains, dans l'intelligence, dans le coeur! L'extérieur peut faciliter ou rendre laborieux, mais c'est toujours nous qui décidons. Nous pouvons nous décider de "nous arrêter" de faire le mal et choisir "rapidement" le bien! C'est à nous que cela revient! Courage!

En communion profonde, Don Guido.