Spiritualité

Itinéraire des Exercices pauliniens

Du mercredi des Cendres au Dimanche de Pâques

“La Visite (adoration) est l’antichambre du ciel,

c’est le soupir et la préparation à la vision céleste” (DF 77)



Ayant traité le thème de la Messe seulement dans ses aspects essentiels, don Alberione passe immédiatement à présenter une des pratiques plus importantes et significatives de notre spiritualité: la Visite eucharistique.


Visite (DF 77) 1. L'Adoration du Très Saint-Sacrement consiste à honorer l'Eucharistie comme trône de grâce, en plus de la Messe et de la Communion. C'est l'antichambre du ciel; le soupir et la préparation à la vision céleste. Elle est grâce, lumière, réconfort. 2. Elle a les 4 fins de la Messe: l'Adoration de Notre Seigneur Jésus Christ, Dieu et homme: et en Lui et par Lui le Père; elle est propitiation pour les péchés; elle est impétration pour tous nos besoins. 3. Mode: a) la faire réellement et constamment; b) la faire graduellement et avec simplicité, nous approcher de la méthode des quatre fins; c) la considérer comme notre refuge puisque que c'est là que Jésus Christ s'est manifesté spécialement Voie, Vérité et Vie.


Même ici, voilà de très brèves touches sur un des aspects de la vie eucharistique paulinienne, aspects plus marquants du Fondateur. Vivre la Visite, c'est "honorer l'Eucharistie comme trône de grâce en plus de la Messe et de la Communion"; nous comprenons immédiatement que la Célébration eucharistique et la Visite sont étroitement liées. Dans la Visite, chacun de nous se trouve comme dans l'antichambre du ciel, et en mesure d'avoir déjà un avantgoût de la vision céleste de Dieu. Comme finalité de la Visite, en un premier moment, nous voyons le Fondateur encore attaché à la méthode des quatre fins: adorer, remercier, réparer, intercéder. Mais, comme nous le verrons sur la prochaine fiche, c'est précisément en ce moment historique que le Fondateur nous invite tous à passer de la méthode des quatre fins à la méthode vérité-voievie. Plus encore que pour la sainte Messe, une remarque vaut aussi pour la Visite.

Les pages les plus lumineuses à ce sujet, nous les trouvons dans le deuxième volume UPS, aux pages 104s. Tous, nous nous souvenons bien de la litanie lyrique de dénominations qu'il contient, et que quelqu'un a défini "hymne à la Visite": "en quoi consiste la Visite? C'est une rencontre de l'âme et de tout notre être avec Jésus. C'est la créature qui rencontre le Créateur. C'est le disciple auprès du Divin Maître. C'est le malade avec le Médecin des âmes. C'est le pauvre qui a recours au Riche. C'est l'assoiffé qui s'abreuve à la Source. C'est le faible qui se présente au Tout-Puissant. C'est le tenté qui cherche le Refuge sûr. C'est l'aveugle qui cherche la Lumière. C'est l'ami qui va à la rencontre du véritable Ami. C'est la brebis perdue que le Divin Pasteur recherche. C'est le cœur désorienté qui trouve la Voie. C'est l'insensé qui trouve la Sagesse. C'est l'épouse qui trouve l'Époux de l'âme. C'est le nul qui trouve le Tout. C'est l'affligé qui trouve le Consolateur. C'est le jeune qui trouve l'orientation de sa vie…".


D'ici, la recommandation pressante du Fondateur afin que chacun soit fidèle quotidiennement à la Visite ("la faire réellement et constamment"), étant donné qu'il s'agit de la rencontre la plus prolongée, même comme espace de temps, durant lequel la personne se plonge avec toutes ses facultés dans toute la Personne de Jésus, Vérité-Voie-Vie.
Par conséquent, l'orientation pour vivre les exercices "spirituels" en cette période pourrait être :
? Le temps fort du Carême est pour moi une occasion très opportune pour vivre avec intensité et fruit l'Adoration eucharistique quotidienne. Comme le bienheureux Alberione m'invite, j'y donnerai chaque attention (DF 40), en lui dédiant, si possible, le temps le plus favorable de la journée. Je dédierai particulièrement la deuxième partie à vivre en JésusVoie. Je m'arrêterai sur les vertus de Jésus telles qu'elles émergent de l'Évangile du jour, je Lui demanderai de prolonger en moi son style de vie, et je me confronterai attentivement à Jésus, dans l'examen de conscience.


"La manière de vivre de Jésus exprime sa capacité singulière d'habiter la réalité dans le Père et dans l'amour de l'Esprit, prête à apprendre de chaque personne et de chaque situation (cf. Mt 1, 40s; 5,30; 7,27-29). […] Le chemin de l'incarnation, c'est le chemin pascal qui nous transforme à travers la limite, avec de durs passages, jusqu'à vivre le sentiment de la filiation du Christ, dans l'Esprit. Qui rencontre le Christ entre dans un processus qui le porte à être de qu'il doit être : la créature que Dieu a pensée et aimée. Tous ceux qui ont rencontré Jésus reprennent le chemin de la vie parce que l'essentiel de la propre existence a été dévoilé, donc, connu. […] Dans le Christ, l'oraison, les pensées, les paroles, les actions concordent et manifestent la simplicité et l'unité de notre être".


En souhaitant que notre itinéraire du Carême soit ancré au Christ, pour en assumer de plus en plus les traits à partager et communiquer aux sœurs et frères que nous rencontrons sur notre chemin.

En communion profonde, Don Guido