Spiritualité

Itinéraire des Exercices pauliniens

De la solennité de la Pentecôte

à la fête de la B. V. Marie du Mont-Carmel (16 juillet)


"Nous avons une double étude…: la coopération avec des résolutions spéciales" (DF 100)




 

Après avoir pris conscience que "la vie surnaturelle des âmes est communiquée, développée, perfectionnée, consumée dans l'Esprit Saint", quel est le devoir que nous voulons assumer en nous appliquant au maximum? S'il est vrai que l'Esprit est l'artisan suprême de notre sanctification, c'est également vrai que notre part ne peut pas manquer, petite part, mais indispensable! Le Fondateur affirme que nous avons une double "étude" (engagement, application): "la coopération avec des résolutions spéciales ainsi que des pratiques de piété abondantes".

Avant tout, la COOPÉRATION à l'œuvre de l'Esprit. Il s'agit d'un concept présent dès les premières pages du DF. Par rapport à l'Esprit, en ce qui nous concerne, notre devoir est de coopérer, en nous rendant disponibles à créer les conditions pour que ce même Esprit puisse opérer au maximum. Le Fondateur affirme que "le degré de sainteté dépend de la mesure d'effusion de l'Esprit Saint et de notre coopération. C'est une vérité de foi que la grâce peut augmenter moyennant les bonnes œuvres". Par conséquent, voici comment il nous invite à prier: "Jésus Maître, imprimez profondément dans mon cœur l'enseignement de votre Église. L'Esprit Saint distribue la grâce selon son bon plaisir et selon les dispositions et la coopération de l'âme. Envoyez votre Esprit en moi, donnez-moi la bonne volonté, puisqu'une grande paix est donnée à l'âme qui la possède".

La coopération s'exprime à travers les RÉSOLUTIONS SPÉCIALES. Pour don Alberione, les résolutions constituent la meilleure forme de remercier le Seigneur pour les dons dispensés au cours des exercices spirituels. "C'est difficile de décrire les grâces et les consolations reçues durant les Exercices spirituels, en préparation à la fête de Saint Joseph. Comment remercier dignement le Seigneur? Ce n'est possible qu'avec une correspondance généreuse ainsi qu'une fidélité joyeuse aux résolutions et professions émises". Dans le bulletin interne San Paolo [SP], les recommandations que don Alberione adressait fréquemment à ses fils étaient très persuasives: "Les réflexions et les applications avec les résolutions, après la prédication, sont plus importantes que la prédication elle-même. Elles exigent de la fatigue, mais elles assurent le fruit" (SP, janvier 1955). "Faire un travail intérieur ordonné: résolutions, examens, confessions, pratiques de piété, en tenant compte des résultats" (SP, ibid.). Dans son âme, la personne sage se souvient toujours des résolutions, du programme de sa vie et de l'année; la conclusion porte toujours sur ces pensées et ces décisions-là" (SP, avril-mai 1955).

Alors, nous comprenons bien l'importance non négligeable qu'au terme des exercices spirituels, nous formulions un projet spirituel personnel qui représente précisément notre coopération à l'action de l'Esprit Saint. Cela comporte d'identifier certains engagements, bien déterminés, réalisables à vivre à chaque jour et à vérifier à chaque soir, orientés vers notre conformation à Jésus-Vérité, Jésus-Voie, Jésus-Vie. Formuler et chercher à vivre chaque jour le projet spirituel signifie donner une continuité aux inspirations reçues durant les Exercices et permettre à l'Esprit de faire grandir Jésus en nous jusqu'à la pleine conformation au Christ!

Par conséquent, l'orientation pour vivre les exercices "pauliniens" en cette période pourrait être:

¢ En cette période suivant l'effusion renouvelée de l'Esprit à la Pentecôte, je veux coopérer d'une manière plus efficace à son action sanctifiante en moi, en vivant plus fidèlement que d'habitude le projet spirituel. Chaque matin, à la fin de la méditation, je renouvellerai ma promesse pour la journée, et le soir, je la vérifierai ponctuellement.

"Sans racines, il n'y a ni fleurs ni fruits. Un poète disait que tout ce que l'arbre a de fleuri vient des racines souterraines. Nos vocations auront toujours cette double dimension: racines dans la terre et cœur dans le ciel. Si l'une des deux vient à manquer, quelque chose commence à aller mal et peu à peu, notre vie pourrit, comme un arbre sans racines pourrit. […] L'Église est bonne, l'Église est mère, et si vous voyez que vous n'y arrivez pas, s.v.p. parlez quand c'est le temps, avant qu'il soit trop tard, avant de vous rendre compte de ne plus avoir de racines. […] Jésus est venu pour cela, pour sauver, et s'il nous a appelés, c'est pour sauver…".

Confions notre projet spirituel à l'Esprit pour le vivre à chaque jour et pouvoir demeurer enracinés dans le Christ Jésus, au quotidien, et produire de bons fruits.

En communion profonde, don Guido