La couleur, dans tous ses états!

Traitement numérique de la couleur dans la Suite Creative d'Adobe

Nouvel article : le Gamut Warning

Le concept des couleurs dites non-imprimables (Gamut Warning, en anglais) ne livre pas facilement ses secrets. Pour en comprendre le sens, partons d'une observation simple, la synthèse additive des couleurs. Comme tout monde sait, on peut, par mélange, à partir de trois couleurs, du rouge, du vert et du bleu, former l'ensemble de toutes les couleurs visibles. TOUTES les couleurs? Vraiment? Eh bien, oui, en théorie. Mais en pratique, il est difficile de trouver des sources de lumières aux qualités recherchées. À cause de cette limitation, il faudra se contenter d'un sous-ensemble des couleurs visibles. C'est cette idée de sous-ensemble qui nous mène au coeur du concept de Gamut de couleur et, par extension, à la définition de Gamut Warning dans Photoshop. Le Gamut, c'est une étendue de couleur, mesurable comme une patinoire de hockey. La surface de la patinoire est un excellent exemple de Gamut. Dans le hockey, la limite est définie par la taille de la patinoire. Dans la couleur, la limite physique est déterminée par la pureté des couleurs primaires (ou secondaires, selon le type de synthèse de couleur).

Synthèse Additive RVB des couleurs
Mélange additif des couleurs

Démonstration
Sur cette illustration, trois cercles sont disposés aux sommets d'un triangle équilatéral. Imaginez que ces cercles représentent trois lampes de couleur différentes, rouge, verte et bleue. C'est un fait physique qu'à partir d'un mélange de ces trois lampes de couleur, on peut obtenir une vaste gamme de couleur, plus ou moins nuancée. Le résultat obtenu, comme dans ce cas-ci, n'excédera jamais la surface hachurée du triangle. Pourquoi? Parce que c'est comme ça! Sceptique? Faisons l'expérience avec des tubes de peinture acrylique, un rouge, un vert et un bleu ; je vous défie d'obtenir des couleurs ayant plus d'éclat que celles des pigments purs eux-mêmes?

Lire la suite de l'article...

La petite histoire de Photoshop

Depuis sa naissance, au début des années 90, Photoshop a adopté un modèle propriétaire de gestion de la couleur. Comment pouvait-il en être autrement? À cet époque, le monde des arts graphiques vivait encore sous la férule des scanners à tambour Hell, Screen et Crossfield. Voici une image qui montre un scanner à tambour de la marque allemande Hell.

Scanner à tambour Hell, milieu des années 90
Scanner à tambour Hell, du milieu des années '90

Je travaillais en 1992 dans une entreprise où je m'occupais de la publicité. Je montais toutes les annonces dans QuarkXpress mais je dépendais de services extérieurs pour transformer les photographies des produits en images TIFF ou EPS, pour importation dans mes mises en page. C'était les beaux jours de Québecor Photolitho qui exploitaient de véritables usines à numériser. Les entreprises payaient cher les scanners à tambour à cet époque. Aujourd'hui, on les envoie à la casse.

Lire la suite de l'article...

Le travail sur écran d'ordinateur

On ne pense pas souvent à l'ergonomie de l'ensemble que forme l'écran avec nos yeux et l'éclairage de la pièce où on se trouve.

Atmosphère de travail relax

Pourtant, les conditions d'observation de la couleur influencent notre perception.

Lire la suite de l'article...