Retour au menu principal   

Le Premier Dimanche de l'Avent C

le 2 décembre 2012


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 21, 25-28.34-36



Jésus parlait à ses disciples de sa venue:

25 1l y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles.

Sur terre, les nations seront affolées

par le fracas de la mer et de la tempête.

26 Les hommes mourront de peur

dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde,

car les puissances des cieux seront ébranlées.

27 Alors on verra le Fils de l'homme venir dans la nuée,

avec grande puissance et grande gloire.

28 Quand ces événements commenceront,

redressez-vous et relevez la tête,

car votre rédemption approche.


34 Tenez-vous sur vos gardes,

de crainte que votre cœur ne s'alourdisse

dans la débauche, I'ivrognerie et les soucis de la vie,

et que ce jour-là ne tombe sur vous à l'improviste.

35 Comme un filet, il s'abattra sur tous les hommes de la terre.

36 Restez éveillés et priez en tout temps:

ainsi vous serez jugés dignes

d'échapper à tout ce qui doit arriver,

et de paraitre debout devant le Fils de l'homme.



( louange à toi Seigneur Jésus)







Chers soeurs et frères dans la foi,


 

 


“Il faut se préparer: le Seigneur vient!”





Le Christ est venu à Noël, à Bethléem. Il vient chaque jour par sa parole, dans les événements, les sacrements. Enfin, il reviendra sûrement à la fin des temps, nous prendre avec lui dans une terre nouvelle où prévaudra la justice.

En ce premier dimanche de l'Avent, nous relisons en saint Luc ce que nous avons lu et commenté en saint Marc il y a deux semaines: “On verra le Fils de l'homme venir sur les nuées avec grande puissance et grande gloire.”(1) Le Seigneur vient et il est urgent de nous préparer pour sa venue.

Saint Luc s'est présenté à ses lecteurs comme un historien précis et fidèle. Dans son oeuvre en deux volumes,(2) il s'applique à démontrer que l'histoire biblique entre Dieu et son peuple a continué dans la vie du Messie et qu'elle se prolonge maintenant dans la vie et le témoignage des disciples. Selon lui, clairement, Dieu est le maître de l'histoire et il aura le dernier mot sur tout.

Comme en saint Marc, la lecture d'aujourd'hui porte sur le retour du Fils de l'homme décrit en Daniel 7, 13-14. Nous sommes en plein style apocalyptique, gonflé d'espérance “Ce sont des cieux nouveaux et une terre nouvelle que nous attendons selon sa promesse, où la justice habitera.”(3)

Le chaos qui s'abat à la fois sur le ciel, la terre et la mer, les trois espaces de l'univers ancien, est le signe annonciateur de la venue du monde nouveau annoncé par le prophète Isaïe. En même temps, la chute de tout ce qui touche l'astrologie et les puissances occultes reliées aux divinités astrales montre qu'il n'y aura de divinité dans l'univers que le seul Dieu vivant et vrai, qui a relevé Jésus Christ et qui nous relèvera aussi de la mort.

Ainsi, loin d'être l'abolition de l'histoire, la destruction du monde ancien sera le véritable point de départ d'une histoire entièrement nouvelle. Alors que, “sur terre, les nations seront affolées”, les croyants sont invités à l'espérance: “Redressez-vous et relevez la tête, car votre délivrance approche.”

(1) Marc 13, 26. Avec le cycle de l'année C, nous ferons la lecture de l'évangile selon saint Luc, sans doute un Syrien d'Antioche converti au christianisme, médecin et compagnon de saint Paul, et qui aurait probablement écrit entre 80 et 90 de notre ère.
(2) L'oeuvre de saint Luc est importante: son évangile et les Actes des apôtres forment le quart du Nouveau Testament.
(3) 2 Pierre 3, 13. Voir, dans les mêmes termes, Isaïe 65, 17; 66, 22; Romains 8, 19; Apocalypse 21, 1 etc. Ce style apocalyptique — du verbe apokaluptô, révéler — est né 200 ans avant le Christ et durera encore plus de 100 ans après. Le livre de Daniel en est un bon exemple.

Bernard Lafrenière, c.s.c.


 

 Retour au menu principal

 

Dernière mise à jour de cette page à11:14 hrs. le 11 octobre 2012 par J.L.