..............................................................................................
La Presse

Du pif pour les moisissures - voir PDF
Pascale Breton

Actualités, mardi 21 juin 2005, p. A9

Le pavillon Honoré-Mercier, de Saint-Hyacinthe, est désert. Le personnel et les patients ont déserté les lieux. Les couloirs blancs sont vides. Rompant le silence, un chien renifle frénétiquement les murs. En quête de drogue? Non, plutôt de moisissures.

Le chien se couche soudainement. C'est le signal que l'hygiéniste industrielle Anne O'Donnell attendait. Elle demande à son chien, O'livia, de montrer avec son museau l'endroit où se cachent les moisissures. Rien ne paraît de l'extérieur, mais un trou percé dans le gypse confirme que les champignons indésirables pullulent.

" Nous avons d'abord hésité avant d'utiliser un chien renifleur. Le concept était encore nouveau et peu connu. Nous avions eu tellement de problèmes et l'histoire de l'hôpital avait été tellement médiatisée qu'il ne fallait pas se tromper. Finalement, nous avons pris la bonne décision ", se réjouit Guy Beaudoin, directeur technique des travaux de décontamination.

Le centre hospitalier Honoré-Mercier est aux prises avec des problèmes de moisissures depuis 2001, à la suite d'un vice de construction. La direction a fait appel à Mme O'Donnell et à son chien renifleur en janvier dernier, espérant régler définitivement le problème. L'animal a passé au crible chacun des étages du pavillon Honoré-Mercier pour s'assurer qu'il ne restait aucune trace de moisissures. Les travaux achèvent et l'aile devrait rouvrir aux patients en janvier prochain.

Depuis longtemps, l'apport des chiens renifleurs est précieux pour détecter la présence d'explosifs, d'armes ou de drogue. Leur aide pour flairer des moisissures est plus récente. Les premiers mold dogs- appellation qui leur est donnée- ont été formés en Suède il y a près de 20 ans. Au Canada, il en existe trois seulement, incluant le chien de Mme O'Donnell. O'livia est un braque de Weimar, type de chien réputé pour être bon chasseur. Cette chienne a reçu une formation de 1000 heures à l'Académie canine de Floride et collabore au travail de l'hygiéniste industrielle depuis septembre 2004.

Les hôpitaux ne sont pas les seuls à requérir les services de Mme O'Donnell et de son chien renifleur. Les moisissures suscitent une préoccupation grandissante. Des écoles, des garderies et même, des propriétaires de maisons privées, figurent sur la liste des clients.

Les champignons se développent généralement à la suite d'une fuite d'eau. Invisibles la plupart du temps, cachés entre les murs, ils peuvent rendre malade. Asthme, picotement des yeux, irritation des voies respiratoires, allergies, la liste est longue.

Les élèves et les enseignants d'une école de Montréal se plaignaient régulièrement de maux de tête. O'livia a détecté des champignons derrière le tableau accroché au mur. Dans une maison, c'est dans un lit d'eau que des moisissures ont été détectées. " La crise du verglas, en 1998, a provoqué plusieurs dégâts d'eau et aujourd'hui, les propriétaires font appel à moi parce qu'il y a des champignons dans leur maison. J'ai eu au moins six cas du genre jusqu'à maintenant ", mentionne Mme O'Donnell.

Le travail de l'hygiéniste industrielle consiste à évaluer l'environnement de travail, tant au niveau du bruit que de la manutention de matières dangereuses ou de la qualité de l'air. En ce qui a trait aux moisissures, le flair du chien permet souvent d'identifier ce qu'un examen de l'air ne décèle pas. L'apport du chien renifleur permet d'identifier précisément les lieux contaminés et l'hygiéniste industrielle vérifie ensuite l'étendue des dégâts. Elle émet des recommandations sur les travaux à entreprendre. Comme les endroits contaminés sont déterminés avec précision, les travaux de démolition s'en trouvent limités.


retour