Souvenirs Expo67



«Cliquez ici
Pour visiter mon forum nos passions et hobbies



On dira ce qu'on voudra de notre serpent de maire comme l'appelait Sol un humoriste (aujourd'hui décédé hélas!
Montréal et le Québec tout entier, n'ont plus jamais été les mêmes après l'Expo 67.
Cette extraordinaire ouverture des québécoises et québécois au monde
a favorisé l'éclosion des arts, des lettres et des sciences
et permis au peuple de prouver qu'il pouvait être, généreux, chaleureux, hospitalier
avec toutes les races et toutes les nations qui peuplent la Terre des Hommes.

Il y a eue la troupe des Feux-Follets de Michel Cartier, au spectacle donné à l'Ile Ste-Hélène, en 1965,
à l'occasion de la remise des îles aux commissaires de l'Expo.
En avril 1967, j'ai franchi les guérites de l'Expo pour la première fois.
Je l'ai visité plusieurs fois et l'émerveillement était tout aussi grand.

Ce que je vous propose c'est, pour ceux et celles qui ont des souvenirs tangibles de l'Expo,
un retour au plaisir de se remémorer l'événement et pour les autres, un aperçu sommaire de ce que vous avez manqué mais dont vous continuez à recevoir les retombées.

COMMENÇONS!

La Cité du Havre
Parent pauvre de l'Expo 67, à cause du manque de pavillons nationaux,
la Cité du Havre n'en renfermait pas moins un des joyaux de l'Expo.
Je veux parler du Labyrinthe.

Ce pavillon thématique nous amenait à faire une introspection pour découvrir que la bête, le Minotaure, est à l'intérieur de chacun de nous.
Négligé par les visiteurs au début, la durée d'attente pour entrer dans le pavillon
pouvait atteindre 2h30, après un article paru dans le Life.

Àla Cité du Havre, on trouvait également, outre Habitat 67,
devenu si familier que les travailleurs et travailleuses qui empruntent l'autoroute Bonaventure,
elle-même un reliquat de l'Expo, ne le voient même plus, les Studios de la Radio Internationale
le pavillon de la médecine, celui de l'Homme dans la Cité
et la Maison Olympique.

Prenons le pont de la Concorde pour nous rendre à:

L'Île Sainte-Hélène

Le premier arrêt de l'Expo-Express est à la Place des Nations.
C'est là que se donneront les spectacles les plus flamboyants de l'Expo.
Il n'est pas rare de voir des visiteurs, ayant été refoulés
par la trop grande assistance, écouter le spectacle en regardant la fontaine lumineuse
du Lac des Cygnes. Tout autour du lac il y a des pavillons nationaux,
les Pays-Bas, le Japon, la Belgique, l'Autriche, la Suisse et les Pays Scandinaves.

Puis des pavillons de certains États américain, le Vermont, le Maine et New York
jouxtent des pavillons thématiques et le magnifique pavillon d'Iran.

De l'autre côté d'une aire de repas et de services, se trouvent les pavillons de la Chine, de la Corée
et le dôme géodésique des Etats-Unis.

Une magnifique roseraie libérait mille subtiles parfums dans le jardin arrière du restaurant Hélène de Champlain.

Traversons à pied la passerelle du Cosmos pour se rendre à:

L'Île Notre-Dame

Le premier pavillon que l'on rencontre est celui du grand rival d'alors, l'URSS.

1967 marquait le 50e anniversaire de la Révolution d'Octobre
et les communistes n'allaient pas se priver d'une si belle vitrine pour faire de la propagande en Amérique.

À la fin de l'Expo, si j'avais conservé tous les livres, dépliants, fascicules que j'avais ramassés dans ce seul pavillon,
j'en aurais en de quoi emplir un garde-robes

L'Ile Notre-Dame, c'était l'endroit où on avait érigé le plus de pavillons nationaux.

La Tunisie, le Maroc, la Tchécoslovaquie, l'Italie, la Grèce, Cuba, la France,
devenu le site du Casino de Montréal, l'Allemagne, l'Inde, le village Africain,
Monaco, l'Éthiopie, la Thaïlande, Trinidade Tobago, l'Ile Maurice, la Grande-Bretagne, le Mexique, sans compter le pavillon du Canada,
ceux de quelques provinces et celui du Québec.
Même les sculptures qui étaient situées ça et là sur le site
avaient quelque chose de magique À la tombée du jour, rompu de fatigue après avoir visité de nombreux pavillons, la journée n'aurait pas été complète sans une visite à:

La Ronde

Annoncé comme LE manège des manèges, le Gyrotron, était plus tôt décevant. Je le trouvais plus spectaculaire de l'extérieur que de l'intérieur. Quoiqu'il en soit le charme de la Ronde se situait beaucoup plus au niveau des spectacles, des boutiques, des restaurants, du Beer Garden, du Village Canadien, de la joyeuse foule de visiteurs qui festoyaient sans retenue, que des manèges.

J'ai gardé de très beaux souvenirs de l'Expo ET VOUS ?

*** ***









Ce site a été fait par/This site was made by:

  Auteure et conceptrice de sites :   Jaseuse

Site ouvert le 13 Mars 2000
Vous êtes le      visiteur
Merci pour votre visite !!