LES SACRES AU QUÉBEC

 

INTRODUCTION

   

Les sacres au Québec sont des jurons ou des formules de jurons fondés par l’emploi ou la déformation de mots définissant des objets, des concepts ou de personnages ayant rapport avec la religion chrétienne.  

Jusque dans les années 70, ils n’étaient employés que par les hommes qui les utilisaient pour marquer leur virilité. Ces sacres démontraient chez ceux qui les employaient un certain détachement par rapport aux choses religieuses ou à la religion catholique en particulier. Celle-ci était très présente dans tous les aspects de la vie de l’époque. Elle contrôlait la vie quotidienne de tous et c’est en SACRANT que l’on se libérait  de ce joug.  

Pour les femmes, des sacres sont utilisés, mais on peut les qualifier de sacres doux comme « Doux Jésus ou encore Sainte Bénite », mais les sacres durs, ceux des hommes, sont apparus avec les années dites de la libération de la femme. Ils sont utilisés pour se libérer non seulement de la religion, mais de tous ce qui les encarcanaient.

 

CLASSEMENT

Personnages

Objets

Concepts

Lieu

Christ

Hostie

Sacrement

Calvaire

Vierge

Ciboire

Sacrifice

Diable

Tabernacle

Baptême

Bon Dieu

Crucifix

Eucharistie

Saint-Esprit

Saint-Chrème

Eau bénite

Calice

 

DÉFINITION, PRONONCIATION et DÉRIVÉS

CHRIST

 

Prononciation  (crisse)                

Dérivés: clisse, clousse, clif, crim, crousse, cristi, cristof

 

VIERGE 

Définition  (mère du Christ)

Prononciation (viarge)                 

Dérivés: viargette

 

DIABLE Prononciation (Yable)
BON DIEU Prononciation (Bonyieu)

Dérivés : bondieuseries (choses reliées à la religion)

SAINT-ESPRIT

Définition : Troisième personne de la Trinité. La première étant Dieu le Père, la deuxième, Jésus-Christ son fils.

HOSTIE

Définition :  Pain consacré

Prononciation : Osti  

Dérivés :  Asti, esti, ostination, ostine, estine.

CIBOIRE

Définition : Vase sacré où l’on conserve les hosties.  

Dérivés : cibole, cibolac, simonac, gériboire, taboire

TABERNACLE

Définition : Petite armoire destinée à conserver l’eucharistie.

Prononciation : Tabarnac

Dérivées. Tabarnac, tabarname, tabarnane, tabarniche, tabarnik, tabarnouche, tabarouette, tabarsac, tabaslac, tabarnache,  tabernouche, tabarouette, taboire.

CRUCIFIX

Définition : Croix sur laquelle le Christ est représenté.

Dérivés : crucifier

SAINT-CHRÈME

Définition : Huile bénite. 

Dérivés : Sainclème

 EAU BÉNITE

Dérivés : Sainte bénite
CALICE

Définition : Vase sacré servant à la consécration du pain et du vin.

Prononciation : Câlisse avec un  â ouvert comme dans « pâte »

Dérivés : câlisser, décâlisser, câline, câlic

SACREMENT

 Définition : Acte rituel

Prononciation : Sacrament                                  

Dérivés : sacristi
SACRIFICE

Définition : Renoncement volontaire  

Prononciation:  Sacréfice ou prononcé à l’anglaise : « sacréfaïsse »

BAPTẾME

Définition : Un des sacrements de l’Église.

Dérivés : batinse, batèche, bateau, batisse (de Saint-Jean-Baptiste)

EUCHARISTIE

 Définition : Sacrement de l’Église qui transforme le pain et le vin  en corps et sans de Jésus-Christ.  

Dérivés : eucaresse

CALVAIRE

Définition : Colline où le Christ fut crucifié.

Dérivés : calvinse, calbor, caltor, calvénousse, calvette

 

Les dérivés sont souvent employés pour éviter la menace de commettre un péché grave ou véniel puni des châtiments les plus sévères allant jusqu’à l’excommunication dans les cas très graves.

 Exemple : Pour éviter de dire calvaire, on emploie souvent l’expression calvette qui signifie au Québec un petit ponceau. En disant : « Calvette, que c’est beau! », on a dans l’esprit : « Calvaire que c’est beau! », mais on évite les représailles de la religion en utilisant un mot qui a une toute autre signification.

 

 

EMPLOI

   

Comme interjection en début de phrase
On emploie plusieurs de ces sacres comme interjection en début de phrase.

Christ! que tu vas vite! 

On peut remplacer Christ par les sacres suivants ou un de leurs dérivés :viarge, bonyeu, osti, ciboire, tabarnak, calisse, sacrament, sacrifice, baptême, calvaire, Sainte-Bénite.

   

Comme nom

On emploie les sacres comme nom pour indiquer la péjoration

  L’esti, il m’a fourré!»

 On peut remplacer esti par les sacres suivants ou un de leurs dérivés :viarge, bonyeu, Christ, ciboire, tabarnak, calisse, sacrament, sacrifice, baptême, calvaire.

 

Comme verbe

On emploie plusieurs de ces sacres comme verbe pour donner de l’intensité à sa pensée.

Je vais te crisser (donner) une volée si tu continues à m’écoeurer! 

On peut remplacer crisser par câlisser qui garde le même sens.

Décrisse (va-t-en) de mon terrain, sinon...!

Ma femme a tout décâlissé mon char (démoli ma voiture).

   

Comme adverbe

 Ce gars-là, il est crissement parfait!

Il travaille vite en sacrament!

   

Devant un adjectif  suivi d’un nom pour indiquer le superlatif

As-tu vu la crisse de belle fille qui vient de passer? 

On peut remplacer crisse par viarge, esti, ciboire, tabarnak, calisse, sacrament, sacrifice, baptême.

   

À la suite d’un verbe suivi de la préposition en pour marquer l’état d’âme ou la manière de faire.

André vient de se faire mettre dehors de l’usine, il est en calvaire. 

 On peut remplacer calvaire par viarge, esti, ciboire, tabarnak, calisse, sacrament, sacrifice, baptême.

 

 Comme complément  l’un de l’autre.

On peut utiliser les sacres en complément l’un de l’autre. On peut faire ainsi des chaînes de sacres.

 Mon tabarnak d’esti de calvaire de pas bon, tu n’es qu’un hypocrite! 

Par fusion

Certains sacres ont été créés par la fusion de deux sacres.

Exemples: Taboire est né de la fusion de tabarnak et ciboire.

                   Caltor vient de calvaire et torrieu.

 CONCLUSION

 

On peut dire qu’au Québec, sacrer n’est pas très acceptable.  
 

Chez l’adulte, l’utilisation fréquente des sacres  démontre un manque de culture. Il est quand même utilisé fréquemment dans les cas extrêmes, là où le juron ordinaire ne suffit plus. « Crisse-moi la paix, veux-tu! »

Chez l’adolescent, c’est une façon de s’affirmer. Aujourd’hui, la plupart de ceux-ci utilisent les sacres, mais ne connaissent souvent  pas le sens premier des mots qu’ils emploient.

 

Mais, une chose est sûre, des fois sacrer, ça fait du bien en ciboire.

 

RETOUR