florida.gif (8671 octets)Voyage ornithologique Nouvelle-Angleterreflorida.gif (8671 octets)

24 et 25 juin 2000

(Optimisé sous MS Internet Explorer, 1024 X 768 pixels)

 

 

Participant:        Claude Nadeau

Endroits visités:

Maine:

Massachusetts:

Durée:    Deux jours.

Coût:    Environ 100 $ canadiens.

 

Samedi 24 juin 2000

Samedi 24 juin 2000, 9h00. C'est la St-Jean-Baptiste, fête nationale du Québec.
Les dernières années nous ont habitués à assister à de nombreux gestes déplacés de la part de nos fêtards. Je n'ose pas ouvrir mon téléviseur de peur d'en voir encore aujourd'hui.
En cette journée, j'ai envie de m'exhiler. Un peu en peine de ma peau, je suis foufroyé par un éclair de génie! En moins de deux, mes bagages sont faits: destination Nouvelle-Angleterre.

Chemin faisant, l'itinéraire se dessine dans ma tête. Je commencerai par le Maine en visitant Scarborough Marsh pour y voir le Bruant à queue aigüe. Ensuite, je me rendrai à Wells où une visite de la plage me permettra d'admirer la Petite Sterne. Finalement, je me dirigerai vers Plum Island dans le but d'observer le Bruant Maritime. Si tout va bien, je devrais être de retour demain tard dans la soirée.

Il est maintenant onze heures et je suis déjà rendu à la frontière. Quelques petites questions d'usage et me voilà sur la route 201 en direction de Waterville. La journée est chaude et humide et quelques arrêts ne suffisent pas à me dépayser en ce qui concerne les espèces observées, un Pygargue à tête blanche adulte s'avérant le plus haut fait la traversée.

Quoi qu'il en soit, je roule lentement et mes arrêts sont fréquents: avec la chaleur qu'il fait, je ne vise pas être à Scarborough avant la fin de l'après-midi.

Scarborough Marsh

16h00. Je me trouve sur la route 1 en périphérie du marais de Scarborough. Déjà, j'aperçois quelques points blancs que j'associe à soit à la Grande Aigrette ou à l'Aigrette neigeuse. Le dépaysement commence à se faire sentir, mon excitation est à son comble. Vivement un stationnement, j'ai hâte de donner mes premiers coups de jumelles!!!

Posté à une halte routière en bordure du marais, je scrute l'horizon à l'aide de mon télescope et déjà le Chevalier semipalmé, la Grande Aigrette et l'Aigrette neigeuse m'arrachent un large sourire. Plusieurs autres échassiers sont visibles, mais la distance m'empêche de les observer convenablement. Je décide donc de me rapprocher en retournant sur la route 1 pour ensuite tourner vers l'est sur la Pine Point Road jusqu'à ce que je repère une autre entrée située à gauche à environ 1200 mètres. C'est à partir de cet endroit que je ferai toutes mes autres observations.

Un balayage plus approfondi à l'aide de ma lunette me permet d'observer plusieurs autres Aigrettes neigeuses et Chevaliers semipalmés alors que les Aigrettes bleues et les Ibis falcinelles sont présents en plus petits nombres. Attentif au moindre mouvement, je repère aussi une Aigrette tricolore, un Grand Héron, un Bihoreau gris ainsi qu'une Sterne pierregarin. Cependant, j'ai beau tendre l'oreille, je n'entends toujours pas de Bruant à queue aigüe.

En fait, je ne me fais pas trop d'illusions car une petite rivière me sépare de la zone qui me semble la plus propice. C'est alors que je décide de faire fi des avertissements de danger et de traverser mon l'onstacle en enjambant le pont désaffecté. Finalement, je me retrouve dans la zone optimale et les succès ne tarderont pas à venir si bien que j'observerai au moins cinq Bruant à queue aigüe et le même nombre de Bruants de Nelson.

Les différences sont subtiles ce qui fait que j'ai relégué plusieurs identifications aux oubliettes. Toutefois, j'ai pu apprécier les critères des individus les plus typiques en notant aussi une différence dans le chant qui m'a semblé plus rauque chez le Bruant à queue aigüe. Dans certains cas, j'associerais même une bonne similarité entre la voix de ce dernier et celle du Bruant maritime que je n'ai malheureusement pas eu la chance de voir à Scarborough Marsh.

Pour terminer, les boisés et les buissons avoisinants m'ont aussi permis de faire de belles observations: De celles-ci, notons la présence de la Paruline des pins et du Cardinal rouge.


Pine Point

Un peu avant le crépuscule, une brève visite sur le bord de la mer m'a permis de belles observations de Sterne pierregarin et de Sterne de Dougall, cette dernière ayant une apparence beaucoup plus élancée quoi qu'elle ait les ailes plus courtes. Bien que certaines affiches préviennent de la nidification du Pluvier siffleur et de la Petite Sterne, je n'en ai pas observé à cet endroit.

 

Dimanche 25 juin 2000

Maine

Wells - Wells Estuarine Research Center

5h00. Je me trouve dans un petit camping privé de Wells et mon réveil se fait au son du Coulicou à bec noir, du Moucherolle phébi, de la Mésange bicolore, du Troglodyte familier et du Cardinal rouge. Le ciel ensoleillé annonce une autre journée torride si bien que je m'empresse de plier bagages pour rejoindre le Wells Estuarine Research Center. Objectif: Petite Sterne.

À peine sorti de la voiture, je suis accueilli par quelques Tohis à flancs roux ainsi que par trois superbes Cerfs de Virginie dont l'un d'entre eux figure comme fond d'écran. Impatient de rejoindre l'océan Atlantique, je circule tout de même tranquillement dans le sentier au long duquel  je réussis à voir les trois espèces de moqueurs (chat, roux et polyglotte). Quelques oiseaux communs tels le Pic flamboyant, le Jaseur des cèdres et la Mésange à tête noire sont aussi de la partie.

bsan.jpg (5786 octets)Mon arrivée sur la plage est tout simplement magique. Déserte, seuls quelques promeneurs semblent l'habiter. Certes, elle est bordée par une série de demeures cossues, mais à cette heure du matin, la vie humaine ne semble pas avoir repris son cours normal. Le soleil me baigne déjà de ses rayons; il n'y a pas dire, la journée sera collante.

En me tournant vers le nord-est, je note une pointe inhabitée sur laquelle je détecte une activité ornithologique élevée. Confiant, je me dirige vers celle-ci d'un pas décidé. Sur mon chemin je note une quinzaine de Mouettes de Bonaparte, plusieurs Goélands argentés et marins, un Bécasseau sanderling ainsi qu'un Chevalier semipalmé. Au loin, j'identifie trois Sternes pierregarin accompagnées d'oiseaux beaucoup plus petits soutenant parfaitement le vol.

 pste.jpg (10615 octets)

Ça y est j'arrive au but!!! Et c'est une colonie d'une cinquantaine de Petites Sternes qui m'attend!!! Un vaste enclos protège le secteur, certains oiseaux agressifs n'apprécient pas ma présence et foncent sur moi en criant. 

Je décide de ne pas abuser. Quelques photos et je m'éloigne du périmètre... après tout, j'ai un télescope!

 

Soudainement un léger mouvement attire mon attention sur la plage. Je suis observé. L'oiseau se tient là, il est maintenant immobile. Pluvier siffleur!!! Énervé, j'ai à peine le temps de mettre les jumelles sur l'oiseau que j'en repère un autre et encore un autre!!!  Au total, j'en compterai près de dix!!! Ça c'est la vraie vie!!! Je profite abondamment de ces moments avant de quitter pour le Massachusetts.

 

plus.jpg (11248 octets)

 

Massachusetts

Plum Island - Parker River National Wildlife Refuge

13h00. Me voilà au centre d'interprétation et la température n'augure rien de bon. En effet, la chaleur est accablante et même les forts vents ne réussissent pas à créer la moindre impression de fraîcheur. En certains moments, les rafales sont telles que je dois me méfier pour ne pas que mon télescope tombe.

Quoi qu'il en soit, ma motivation n'est pas affectée si bien que je pars à la recherche de mon dernier but: le Bruant maritime. Un bref examen des lieux (cliquer pour les cartes) montre beaucoup de zones propices en bordure de route. Cependant, les conditions climatiques combinées à l'heure de la journée mettent ma patience à l'épreuve. Tout de même, j'aurai la chance de faire de belles observations d'Aigrettes neigeuses, de Grandes Aigrettes, de Chevaliers semipalmés, de Sterne pierregarin et de Petites Sternes alors que l'Aigrette tricolore, le Héron vert, l'Ibis falcinelle et le Phalarope de Wilson se montreront à l'unité. Du côté des passereaux, notons l'abondance de l'Hirondelle noire, du Troglodyte des marais, du Tohi à flancs roux ainsi que la présence des trois moqueurs.

18h00. Usé par la chaleur et par mes essais infructueux, je décide de tenter ma chance à l'extérieur du parc, le long de la route d'accès menant à Plum Island. Ainsi, je stationne en bordure de route et je me dirige vers les zones humides bordant la rivière Parker (voir le point rouge sur la carte ci-bas). Quelques moments suffisent pour que j'entende et localise finalement l'espèce convoitée. À ma grande joie, un mâle chante parfaitement à découvert au sommet d'une petite touffe d'herbes. De plus, j'ai aussi la chance d'observer à nouveau deux Bruants à queue aigüe à quelques mètres de moi.  Malgré la présence d'innombrables moustiques, je savoure la scène durant de longues minutes avant de retourner à la voiture le coeur en fête.

 

carteparkerriver.jpg (108554 octets)

 

Fatigué, je profiterai des derniers moments de lumière pour m'avancer dans mon retour vers Québec que j'atteindrai vers 2h30 du matin. Beaucoup de route pour si peu de temps direz-vous? Pour ma part, lorsque je regarde la qualité des espèces observées, je ne regrette absolument... même que je me promets de refaire ce petit périple!!!

 

 

Claude Nadeau, 4 juillet 2002

 

 

Retour à la page d'accueil