Voyage ornithologique

venezuela1_fl_md_clr.gif (6581 octets)   Vénézuela - Isla Margarita   venezuela1_fl_md_clr.gif (6581 octets)

 

4 au 10 Mars 2002


(Optimisé sous MS Internet Explorer, 1024 X 768 pixels)

 

Note: Vous pouvez cliquer sur les photos encadrées en vert  pour obtenir un agrandissement de celles-ci.

 

Participants:       Marisa Moscini
                            Claude Nadeau

Endroits visités:

Durée:    Une semaine.

Tarifs:    Environ 1600 $ canadiens/pers./sem. en occupation double.

Frais supplémentaires:    Voiture louée du 7 au 9 mars 2002 (Beach Car Rental, environ 200$ canadiens).

Références intéressantes à consulter:

De Schauensee, Rodolphe M. et William H. Phelps Jr.1978. A Guide to the Birds of Venezuela. Princeton University Press. Princeton, New Jersey.

Branch, Hilary D. 2000. Venezuela. Le plaisir de mieux voyager. Les Guides de voyages Ulysse inc. Bibliothèque nationale du Québec. Montréal.

Liens intéressants à consulter:

Isla Margarita/Tobago, Juillet/Août 1999, Charles and Joy Fletcher.
Venezuela: Isla de Margarita, Septembre 1999, Mark Gawn.

 

voyvenbihov.jpg (10240 octets)

 

Rapport d'excursion

(Cliquer ici pour télécharger la liste de prise de données. Exigence minimale, MS Office 1997.)

 

Lundi 4 mars 2002 - 2h30 A.M. - Aéroport de Porlamar. Encore trente minutes de route à faire avant d'atteindre notre destination finale, Puerto Viejo. Assis dans l'autobus, nous avons hâte d'arriver à notre hôtel pour profiter des dernières heures de noirceur nous séparant de nos premières observations ornithologiques vénézuéliennes. Sans aucun doute, le sommeil sera réparateur, surtout après cette envolée de près de cinq heures qui nous a permis de relier Montréal au sol sud-américain.

Circulant de villages en villages, notre enthousiasme augmente au fur et à mesure que notre chemin se raccourcit. Soudainement, l'impressionnante silhouette de notre hôtel se dresse devant nous telle une forteresse érigée au milieu de nulle part... Enfin, les portes du Hesperia Isla Margarita s'ouvrent à nous. Nous y séjournerons jusqu'au 10 mars 2002.

L'Hôtel Hesperia Isla Margarita

voyventropicmoq.jpg (12222 octets)Vaste domaine adjacent à un golf et donnant un accès direct à la mer, le site est fidèle à ce que nous nous étions représentés. Très aride, l'habitat est composé de plusieurs zones buissonantes assez fournies pour procurer un couvert végétal intéressant pour quelques espèces.

La diversité des observations s'est avérée réduite, mais nous nous sommes réjouis de la qualité de ces dernières: peu farouches, les oiseaux se sont laissés voir sans trop de problèmes même que les opportunités de photographie ont été fréquentes.

Ainsi, en circulant sur le terrain de l'hôtel tôt le matin et en fin d'après-midi, nous avons pu observer les espèces suivantes:

Nom de l'espèce Statut
Frégate superbe - Magnificent Frigatebird Très facile à voir au dessus de la plage.
Fou brun - Brown Booby Très facile à voir au dessus de la plage.
Fou masqué - Masked Booby Assez facile à voir au large.
Cormoran vigua - Neotropic Cormorant Assez facile à voir au large.
Pélican brun - Brown Pelican Très facile à voir au dessus de la plage.
Bihoreau violacé - Yellow-crowned Night-Heron Un adulte observé près de la lagune.
Urubu noir - Black Vulture Omniprésent.
Urubu à tête rouge - Turkey Vulture Quelques individus seulement.
Balbuzard pêcheur - Osprey Un individu au dessus de la lagune.
Buse à queue blanche - White-tailed Hawk Un individu au dessus de la plage.
Faucon pèlerin - Peregrine Falcon Un individu autour du site.
Chevalier grivelé - Spotted Sandpiper Un individu sur les berges de la lagune.
Huitrier d'Amérique - American Oystercatcher Quatre individus sur la plage.
Sterne royale - Royal Tern Quelques individus sur la plage.
Colombe écaillée - Scaled Dove Commune sur le site.
Colombe à queue noire - Common Ground-Dove Commune sur le site.
Ani à bec lisse - Smooth-billed Ani Quelques individus sur le site.
Émeraude orvert - Blue-tailed Emerald Deux femelles sur le site.
Colibri trompeur - Buffy Hummingbird Quelques individus sur le site.
Martin-pêcheur d'Amérique - Belted Kingfisher Un individu sur le bord de la lagune.
Synallaxe albane - Pale-breasted Spinetail Un seul individu observé près de la lagune.
Batara rayé - Barred Antshrike Quelques individus sur le site.
Grisin de Cayenne - White-fringed Antwren Quelques individus sur le site.
Tyranneau modeste - Southern Scrub-Flycatcher Quelques individus sur le site.
Tyran mélancolique - Tropical Kingbird Un individu observé près de l'hôtel.
Viréon à pattes claires - Scrub Greenlet Quelques individus sur le site.
Moqueur des savanes - Tropical Mockingbird Abondant et facile à voir.
Gobemoucheron tropical - Tropical Gnatcatcher Quelques individus. Assez facile à voir.
Hirondelle chalybée - Gray-breasted Martin Plusieurs individus autour de l'hôtel.
Tangara glauque - Glaucous Tanager Quelques individus. Assez facile à voir.
Sporophile cici - Black-faced Grassquit Abondant et facile à voir.
Cardinal vermillon - Vermilion Cardinal Quelques individus. Assez facile à voir.
Loriot verdâtre - Yellow Oriole Quelques individus. Assez facile à voir.
Quiscale Merle - Carib Grackle Abondant et facile à voir.

 

voyvenvcard1.jpg (10513 octets)Toutes ces mentions ont été faites sur le terrain de l'hôtel. La liste est peut-être courte, mais elle est majoritairement constiuée d'espèces différentes de celles rencontrées sous nos latitudes. Personnellement, nous avons grandement apprécié nous familiariser et apprendre à bien connaître les oiseaux de la place au lieu de tomber dans un tourbillon de nouvelles observations.

Il est aussi à noter que nous avons mis plusieurs heures d'observation à scruter le large à la recherche du Fou à pattes rouges ou du Phaéton à bec rouge. Nos tentatives se sont avérées vaines même si nous profitions d'un télescope. Cependant, cet outil s'est avéré indispensable dans l'identification des Fous masqués qui, en général, s'approchaient moins des côtes que les Fous bruns.

Quant à l'Hirondelle chalybée, nos meilleures observations se sont faites du toit de l'hôtel.

 

voyvenbufhumin.jpg (11679 octets)

 

L'Ile de Margarita

Les jeudi 7, vendredi 8 et samedi 9 mars 2002 ont été consacrés à la visite et à la miroise dans  l'île de Margarita. Plus précisément, nous avions deux objectifs, soit le Parc National Cerro El Copey et la péninsule de Macanao (incluant le Parc National  Laguna de la Restinga).

Nous avons loué une voiture et avons  mis un avant-midi à nous familiariser avec la façon de conduire des vénézuéliens jusqu'à ce que nous comprenions qu'il fallait, nous aussi... chauffer n'importe comment!!! Cependant, chapeau pour le coût de l'essence!!! Nous avons fait le plein à deux reprises pour moins de 4 dollars canadiens!!!

Jeudi 7 mars 2002 - Parc National Cerro El Copey

Situé sur la plus haute montagne de l'île, le Parc National Cerro El Copey NP est caractérisé par une dense forêt tropicale abritant une avifaune différente de celle rencontrée dans les basses terres.

voyvenurun.jpg (7932 octets)Nous avons pris une demie-journée pour observer les espèces de la place, principalement représentées par l'Urubu noir (Black Vulture), la Colombe de Verreaux (White-tipped Dove), le Grisin de Cayenne (White-fringed Antwren), le Batara rayé (Barred Antshrike), le Viréon à pattes claires (Scrub Greenlet), le Sucrier à ventre jaune (Bananaquit) et la Paruline à joues noires (Tropical Parula) que nous avons repérée par son chant s'apparentant à celui de sa cousine à collier.

Alors que notre ascension progressait vers le sommet et que la végétation tropicale laissait graduellement sa place à des buissons épars, nous avons été surpris par l'apparition trop rapide d'un Turdidé noir à bec et à cercles oculaires jaunes. Patience et persévérance porteront fruit car nous finirons par revoir l'oiseau inespéré et l'identifier comme étant un Merle à pattes jaunes (Yellow-legged Thrush). L'attente fut plus que fructueuse étant aussi rehaussée par la présence de deux superbes Arianes de Félicie qui butinaient dans les fleurs à quelques mètres de nous.

Notre descente vers la voiture se fît sous l'écoute frustrante du chant de nombreux Manakins lancéolés (Lance-tailed Manakin) que nous n'avons malheureusement pas réussi à voir. Cependant nous avons très bien entendu le «benitarotaro» typique de l'espèce ainsi que le «whack» qu'elle emet fréquemment. De plus, la cascade descendante d'un Grimpar sp. (Woodcreeper sp.) est venue caresser nos tympans sans que l'on ne puisse lever la jumelle sur l'oiseau.

Notre retour à l'hôtel s'est fait tant bien que mal à essayer de nous retrouver dans le dédale de petites rues des villes et villages de l'île qui tout compte fait n'était pas si compliqué que cela. De cette aventure, nous garderons quand même bonne mémoire de quelques espèces aperçues en bordure de route. Citons notamment la présence du magnifique Élanion perle (Pearl Kite), de la Buse de Harris (Harris's Hawk), du Caracara huppé (Crested Caracara) et du  Pigeon jounud (Bare-eyed Pigeon), seul Columbiforme vénézuélien à arborer de nets croissants blancs aux ailes.

 

voyvenpkite1.jpg (9489 octets)

 

Vendredi 8 mars 2002 - Samedi 9 mars 2002 - Laguna de la Restinga - Péninsule de Macanao

La péninsule de Macanao est le bout de terre constituant la portion ouest de l'Ile de Margarita. Nous avons parcouru cette zone très aride durant la journée du 8 mars et à vrai dire nous sommes restés sur notre faim en ce qui concerne les oiseaux. C'est d'ailleurs pourquoi nous y sommes retournés le lendemain en fin de journée.

voyvengher2.jpg (9767 octets)À l'entrée de la péninsule se trouve l'immanquable Parc National Laguna de la Restinga d'où il est possible de prendre un tour de bateau guidé en plein coeur d'une mangrove sillonnée de nombreux canaux. Le spectacle est intéressant et offrira l'opportunité de voir de nombreux coraux et étoiles de mer, mais côté ornithologique, nous sommes restés sur notre appétit. Évidemment, nous avons pu voir de nombreux Pélicans bruns (Brown Pelican), quelques Grands Hérons (Great Blue Heron), Aigrettes tricolores (Tricolored Heron) et Balbuzards pêcheurs (Osprey), mais nous nous attendions à des concentrations plus grandes et à des couleurs plus vives. Qui plus est, nous avons réussi de peine et de misère à entrevoir le Conirostre bicolore (Bicolored Conebill), oiseau réputé comme étant commun dans les mangroves.

voyvenlorio.jpg (19782 octets)Cependant, le Parc National Laguna de la Restinga est aussi un vaste désert s'étendant sur de nombreux kilomètres. Nous avons parcouru l'endroit en deux journées différentes et, tout compte fait, nous avons fini par amasser un nombre intéressant d'observations. En effet, nous avons vu plusieurs  Conures cuivrées (Brown-throated Parakeet) alors que l'Amazone à épaulettes jaunes (Yellow-shouldered Parrot) et l'Oriole troupiale (Troupial) figuraient en petits nombres. Quelques arrêts en bordure de route nous ont aussi permis de rajouter le Colin huppé (Crested Bobwhite), le Loriot verdâtre (Yellow Oriole) ainsi qu'un suprenant Tyran gris (Gray Kingbird). Bien sûr, le Moqueur des savanes (Tropical Mockingbird) était omniprésent et les cieux étaient partagés par l'Urubu à tête rouge (Turkey Vulture), la Buse de Harris (Harris's Hawk) et le Caracara huppé (Crested Caracara) alors que quelques Élanions perles (Pearl Kite) et Crécerelles d'Amérique (American Kestrel) étaient parfois visibles, perchés sur les fils électriques.

Finalement, une visite en bordure de mer (accessible par le poste de contrôle du parc) nous a permis d'accéder à une vaste lagune autour de laquelle nous avons pu voir plusieurs limicoles dont le Bécasseau minuscule (Least Sandpiper), le Bécasseau d'Alaska (Western Sandpiper), le Bécasseau sanderling (Sanderling), le Tournepierre à collier (Ruddy Turnstone), le Pluvier semipalmé (Semipalmated Plover) ainsi que le Pluvier argenté (Black-bellied Plover). Pélicans bruns (Brown Pelican), Cormoran viguas (Neotropic Cormorants) et Grands Hérons (Great Blue Heron) étaient aussi présents mais, à notre grande déception, le Flamant rose (American Flamingo) brillait par son absence. Toutefois, l'endroit s'est avéré être adjacent aux zones de mangroves précédemment citées et une superbe observation de Conirostres bicolores (Bicolored Conebill) est venue porter revanche à celle que nous avions déjà effectuée.

 

En conclusion, nous pouvons dire que l'Ile Margarita nous a comblés sous tous les aspects. Et bien que l'avifaune ne se soit pas montrée plus variée, nous sommes parfaitement conscients que nous ne sommes pas à plaindre. En effet, plusieurs espèces très colorées se sont montrés à nous: les Élanions perles, Loriots verdâtres, Orioles troupiales et Cardinaux vermillons en sont d'excellents exemples. Considérant que d'autres espèces spectaculaires telles le Phaéton à bec rouge, le Flamant rose ou le Colibri rubis-topaze auraient pu se greffer à la liste de nos espèces observées, nous devons nous résoudre à admettre le potentiel de la place.

Sans dire que nous serons de retour à Margarita sous peu, il nous semble opportun de terminer sur cette note positive et d'encourager les gens à suivre nos pas. Car en plus de l'ornithologie, bien d'autres plaisirs peuvent être assouvis sous le soleil des tropiques!!!

 

Marisa Moscini et Claude Nadeau, 17 mars 2002

 

 

Pleins feux sur l'île de Margarita...

 

voyvencarte.jpg (20402 octets)

 

Surnommée "la perle des Caraïbes", Maragarita a d'abord été connue pour ses bancs d'huîtres perlières. Christophe Colomb, qui ignorait tout de cette richesse fabuleuse, baptisa cependant cette île du nom de Margarita en l'honneur de Margaret d'Autriche, pricesse de Castille.

Cette richesse s'est depuis bien appauvrie mais plusieurs habitants sont demeurés pêcheurs et les fruits de mer abondent sur toutes les tables.

Margarita voit briller le soleil neuf heures par jour en moyenne, et ce, presque toute l'année. Les températures diurnes oscillent généralement autour de 28°C et la température de l'eau se maintient en moyenne à 26°C. Des pluies modérées tombent enfin en juillet et août de même qu'en novembre et janvier.

Située en pleine mer des Caraïbes, Margarita est la plus grande île du Vénézuela avec une superficie de 934 km². Elle est formée de deux presqu'îles, celle de l'Est et celle de l'Ouest, jointe par une mince bande de terre appelée "La Restinga".

La partie ouest de Margarita, soit la péninsule de Macanao, bien que très belle, est beaucoup moins développée et l'habitat est beaucoup plus aride. La partie est de Margarita est celle du tourisme et comprend la capitale appelée "La Asunción" et "Porlamar", ville d'activités diverses comme le magasinage, les restaurants et hôtels ainsi que la vie nocturne. Au sud, on trouve deux îles plus petites "Coche" et "Cubagua" ainsi qu'un petit archipel au nord-est, "Los Frailes". Cet ensemble forme l'état vénézuelien de "Nueva Esparta". La plus grande partie des 320,000 habitants de l'île est concentrée dans l'est soit, à Porlamar et à La Asunción.

On retrouve cinq parcs nationaux à Margarita. Les plus importants sont "Cerro El Copey", qui relie La Asunción au sommet le plus élevé de Margarita et le "Parque Nacional La Restinga".

L'île de Margarita possède 168 km de plages, ce qui en fait le paradis des sports nautiques. C'est l'endroit idéal pour la baignade, et ce partout tout autour de l'île puisque les plages sont toutes publiques.

Soleil, plage, mer, activités font de Margarita une destination de choix à explorer et où vous ne serez pas déçus de ce que vous y découvrirez.

(Tiré du Guide Ulysse sur le Vénézuela)

 

L'Hôtel Hesperia Isla Margarita...

 

voyveshesperia.jpg (21350 octets)

 

Nous avions misé sur cet hôtel parce qu'il était retiré des grands centres. Adjacent à un golf, il nous procurerait tranquilité et espace pour miroiser. En ce sens, nous avons gagné notre pari.

Les revues des agences de voyages le cotent comme un 5 étoiles ce qui, selon notre jugement, est faux. À peine âgé de dix ans, l'endroit demande déjà des rénovations et une visite dans les recoins montre un manque de finition qu'un hôtel de cette gamme ne peut se permettre.

Cependant, la nourriture était excellente et nous n'avons eu aucun problème de digestion. Dans un forfait tout inclus, nous avons pu manger et boire à volonté en alternant notre diète entre filets mignons, T-bones ou fruits de mer alors que nous nous sommes désaltérés avec tous les cocktails qu'on puisse imaginer!

Côté sports aquatiques, tout y est pour faire de la place un endroit de rêve: la piscine est belle et grande alors que la plage, quoi que courte, est isolée et tranquille.

 

voyvencouchsol.jpg (7137 octets)

 

 

Retour à la page d'accueil