Les effets psychologiques du divorce

Du point de vue de la psychologie, le divorce a plusieurs impacts sur les enfants, les parents, les relations parents-enfants et la cellule familiale. 

 

Tout d’abord, suite à la séparation de ses parents, il arrive fréquemment qu’un enfant soit déchiré entre ses parents et il n’est pas rare qu’il éprouve des difficultés d’adaptation à sa nouvelle situation.   En effet, il se sent très souvent abandonné par ceux-ci puisqu’un d’entre eux a quitté le domicile familial et l’autre vit une crise, ce qui fait qu’il a plus de difficulté à donner de l’affection à son enfant.  Ce sentiment d’abandon que ressent l’enfant est provoqué par un manque de présence psychologique aussi bien que par une absence réelle des parents.  

 

Plusieurs enfants perdent confiance en leurs parents suite à un divorce, car, pour eux, il est impossible que la famille soit séparée à jamais.  Les relations parents-enfants subissent donc les conséquences du divorce chez l’enfant.  Par exemple, un père ayant trompé ou laissé la mère pour une autre femme perd souvent la confiance d’un ou de plusieurs de ses enfants, car ils le tiennent responsable du déchirement de la famille.  Certains enfants vivent également beaucoup d’inquiétude suite à la séparation de leurs parents, car ils n’ont aucune idée de ce qui leur arrivera dans un avenir rapproché.  La plupart des enfants se sentent coupables suite à la séparation de leurs parents, car ils croient qu’ils en sont la cause.  Cela provoque des remords chez beaucoup d’enfants qui pensent ne pas avoir été assez gentils ou qu’ils n’écoutaient pas toujours leurs parents, ce qui créait une atmosphère de tension dans le milieu familial.  

 

Afin d’éviter ces troubles chez les enfants, les parents doivent s’assurer que ceux-ci se sentent en sécurité, accepter que l’enfant ait du plaisir en présence de l’autre parent, éviter la jalousie, la rivalité et les conflits avec le nouveau conjoint et avoir une zone d’action différente de celle de l’autre parent.

 

Chacun des parents doit remplir un rôle bien spécifique et le maintenir même après la séparation pour que l’adaptation de l’enfant se fasse plus rapidement et facilement et que son développement soit normal.  Dans la plupart des cas de divorce ou de séparation, il est possible d’adopter ces comportements afin de veiller au bien-être de l’enfant, sauf si, bien entendu, un des parents ne voit plus ou presque pas l’enfant; il ne peut donc pas remplir son rôle auprès de celui-ci. 

 

Le rôle de la mère et celui du père sont bien différents l’un de l’autre; ils sont complémentaires.  C’est pour cette raison que la situation familiale idéale est celle où le père et la mère sont présents dans la vie de leur enfant afin que chacun participe à son apprentissage et à son développement social, intellectuel et émotionnel.  Il est important que le rôle de chacun des deux parents soit très bien défini afin que l’enfant puisse s’identifier clairement à son père ou à sa mère durant les différentes phases de son développement.

 

D’abord, la mère est souvent la principale responsable du soin des enfants, de la vie familiale et du développement psychique des enfants.  Malgré tous les changements survenus dans la cellule familiale au cours du 20e siècle, les mères sont toujours les premières responsables du bien-être familial.  Ce sont elles qui veillent à l’apprentissage et au développement social et émotionnel de l’enfant, surtout en bas âge, soit de 0-7 ans. 

 

Pour ce qui est des pères, leur rôle a beaucoup évolué depuis le début du 20e siècle.  Durant les années 50, le rôle du père consistait en deux fonctions principales : celle du pourvoyeur, c’est-à-dire celui qui subvient aux besoins financiers et matériels de la famille, et celle d’agent de socialisation des enfants, qui est cependant secondaire.  Au cours des années 60 et 70, étant donné l’entrée massive des femmes sur le marché du travail, les hommes ont dû prendre plus de responsabilités dans le milieu familial; ils ont donc de la difficulté à s’identifier uniquement au modèle de pourvoyeur.  Cela a provoqué une certaine confusion chez plusieurs hommes, car ils n’étaient plus en mesure de définir clairement leur rôle au sein de la cellule familiale.  Par la suite, tout au long des années 80 et 90, les pères ont développé l’androgynie psychologique, qui peut être définie comme étant l’extériorisation des émotions et des sentiments.  Ceci représente un grand pas dans l’évolution du rôle masculin, car l’expression des sentiments était associée au rôle de la mère avant cette décennie.

 

suite du texte

Rounded Rectangle: Relations père-enfants et répercussions du divorce 
sur la cellule familiale