PIERRE DAGENAIS

TUÉ PAR LES IROQUOIS À LA SUITE DU MASSACRE DE LACHINE

... SES OSSEMENTS ...

Le massacre de Lachine avait lieu dans la nuit du 4 au 5 août 1689. À la suite de cette nuit terrible, les Iroquois ravagèrent toute l'Ile de Montréal. De Lachine, ils passèrent sur la rive opposée et se rendirent jusqu'à Lachenaie qu'ils incendièrent entièrement et où ils massacrèrent vingts habitants. Pour se rendre à Lachenaie, ils avaient dû passer par la Rivière-des-Prairies. En cet endroit, ils avaient des leurs et, le 9 août, ils avaient tué Pierre Dagenais.

Jusqu'à il y a quelques années on ignorait la date du décès de Pierre Dagenais et son genre de mort. En effet, Monseigneur Tanguay ne le donne pas dans son "Dictionnaire généalogique"; et les registres de Rivière-des-Prairies à l'époque des dernières années de Pierre Dagenais ne contiennent aucune mention de sépulture.

Voici une reconstitution du dernier jour de Pierre Dagenais et de son inhumation dans le cimetière de la Rivière-des-Prairies, quarante ans après sa mort.

Le jour où il fut tué, toute la région était bouleversée par la présence des Sauvages; le curé de l'endroit, M. Barthélémy était lui-même avec quelques paroissiens assiégé par les Iroquois dans un moulin aux rapides de la Rivière-des-Prairies. C'est Monsieur Brissac, curé de Lachenaie, qui procéda à son inhumation sur le lieu même du trépas par crainte des Iroquois. De retour chez lui, le curé de Lachenaie inscrivit l'acte sur une feuille qu'il inséra dans son registre et c'est cette feuille qu'on retrouva conservée aux archives judiciaires de Joliette.

Quarante ans plus tard, à la suite d'un acte de sépulture à la date du 8 août 1729, à la Rivières-des-Prairies, le curé ajouta deux lignes où il mentionna en même temps qu'il avait aussi "inhumé les ossements de Pierre Dagenais mort depuis quarante ans et qui avait été inhumé à la Pointe à Desroches". C'est grâce à cette pièce que nous avons connu ce détail intéressant sur Pierre Dagenais. La femme de Pierre Dagenais, Anne Brandon, fut probablement brûlée ou amenée prisonnière à la même date.


signature de Pierre Dagenais
 
Page précédente Vous êtes sur le site du Retraité No1