Téléroman
Nouvelle
Théâtre
CVitae
 
Pierre Varennes
C'est dans cet espace sidérale que j'ai décidé de publier mon point de vue sur différents sujets qui m'interpellent ou m'horripile. Mes opinions se veulent le fruit d'une véritable réflexion. En ces temps perturbés, seul l'ironie ou le cynisme permettent de regarder la réalité en face sans en être trop affecté. Mais soyez rassurer, mes propos sont toujours empreints d'humour. Mon seul souhait est que vous ayez autant de plaisirs à le découvrir que j'en ai eu à le rédiger.

Réflexion sur la Justice Québécoise

Je me souviens d'une certaine époque où les décisions de justice avaient une très forte apparence de justice. Elles étaient empreintes d'une certaine sagesse pour ne pas dire d'une sagesse certaine. À cette époque, les tribunaux rendaient des décisions compréhensibles qui nous apparaissaient évidemment très convaincantes. Dès lors, il en ressortait parmi la population civile un vrai sentiment de sécurité qui se répandait dans l'air du temps et nous confortait sur la véracité de nos institutions.

Hélas, les temps ont beaucoup changé. Il nous apparait aujourd'hui, plus que jamais, qu'une partie de l'appareil judiciaire protège d'avantage les criminels de tous acabits sans aucune considération envers les innocentes victimes n'ayant pourtant rien fait pour mériter le sort abjecte qui leurs est dévolus. De là à penser que ce ne sont pas les pauvres victimes qui " nourrissent " l'appareil judiciaire, Il n'y a qu'un pas que plusieurs d'entre nous n'hésitons plus à franchir.

De nos jours les gens sont instruits et savent faire la différence, si subtile soit-elle, entre une décision évidente étant écartée au profit d'une autre à l'allure farfelue voire risible prise aux seules fins de protéger un client souvent indéfendable. Ex. : Entre autres, de relaxer des prisonniers et d'abandonner les charges retenues contre eux, sous prétexte de dépassement raisonnable du temps d'attente en marge de leur procès.

Le simple citoyens n'en peut plus de se faire dire qu'il n'y comprend rien alors que vous et moi savons très bien qu'il sait où se situe votre intérêt et donc anticipe avec beaucoup de justesse les petites manigances auxquelles plus personne ne souscrit. Soyons sérieux. On n'a pas à connaître le code civil par cœur pour bien voir et constater à qui le système profite et à quelle fin il sert. Selon toutes vraisemblances, il ne sert en aucun cas la " LA JUSTICE " au sens littérale du mot ni à l'esprit ni à la lettre de celle-ci.

De là ma proposition d'écarter le mot " JUSTICE " et de rebaptiser ce Club Sélect du Droit (Ministère de la justice.) par " Le Ministère de la Loi " dont vous et vous seuls connaissez, article par article les " formules magiques " pouvant faire libérer le bandit et/ou criminel qualifié candidement par vos instances de " Client ".

Vous allez me dire que les lois sont votées par les parlementaires et que le système de justice n'a pas droit au chapitre. Soit mais sachez que toutes les lois sont, sans exception, rédigées par des avocats spécialistes de la rédaction des lois œuvrant pour le bénéfice du législateur. Ainsi, les avocats rédacteurs laissent sciemment quelques brèches ou failles de manière à laisser place à l'interprétation. La science rédactionnelle consiste donc à mettre dans une même phrase un beau grand principe ainsi que la façon de le contourner. Tout le monde sait que le diable est dans les détails.

Expression française : Le diable est dans les détails - Une autre forme de détail pernicieux est, par exemple, la petite note de bas de page d'un contrat, écrite en tous petits caractères, note que personne ne lit avant de signer, alors que, pourtant, elle restreint fortement les cas d'applications décrits dans le document. Et ce n'est qu'une fois qu'on a besoin de faire appliquer les termes du contrat, qu'on nous met le nez sur ce petit détail en apparence insignifiant auquel on aurait pourtant dû porter beaucoup plus d'intérêt. Les non-dits, les imprécisions, les termes interprétables d'un document et, qui plus est, d'une loi, peuvent aussi être de ces fameux détails qui auront plus tard un effet " diabolique ".

Pourtant, votre premier devoir ne devrait-il pas de faire en sorte d'instaurer parmi la population un climat de confiance permanent en la justice pour que l'ordre règne en maître dans notre société. Mais pour atteindre ce but, il vous faudra défendre les droits de tous et toutes, y compris ceux des innocentes victimes.

P.-S. J'ai personnellement toujours cru en cette institution et j'y crois encore. Mais au train ou vous la malmener, vous êtes en train de la détruire dans la tête des citoyens respectueux de celle-ci. J'ai peur que les parodies de justice auxquels on assiste aujourd'hui finissent par inciter à la désobéissance civile.

 
 
 
AVIS LÉGAL
 

Cette œuvre est protégée par le droit d'auteur et strictement réservée à un usage privé. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L'éditeur, Pierre Varennes alias Les Éditions Vasky, se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. Les personnes, les sites et les serveurs virtuels qui voudraient s'y référer sont tenus d'établir un lien.


 
Aujourd'hui le  2017
Courriel: pvarennes@outlook.com